1. //
  2. // 8es de finale retour
  3. // Inter Milan/Wolfsburg (1-2)

Wolfsburg trop fort pour l'Inter

Logiquement, l'Inter Milan n'a pas su refaire son retard de deux buts après sa défaite au match aller. Face à une équipe de Wolfsburg qui tourne à plein régime, les Italiens s'inclinent (1-2). Kevin De Bruyne s'en sort avec une nouvelle passe décisive.

Modififié
0 14

Inter Milan - Wolfsburg
(1-2)

R. Palacio (71') pour Inter Milan , D. Caligiuri (24'), N. Bendtner (89') pour Wolfsburg.


Tel un restaurateur breton, un ivrogne du samedi soir ou une anorexique en pleine Fashion Week, Kevin De Bruyne distribue galette sur galette. En Bundesliga, en coupe, en five avec ses potes ou en Ligue Europa, cette saison, le Belge signe les passes décisives comme il respire. L'Inter en sait quelque chose. Excellent au match aller (deux buts et un assist), KDB a remis ça ce jeudi soir lors du deuxième acte à Giuseppe Meazza. Intenable, toujours disponible et toujours créatif, l'ancien de Chelsea a donné sa 24e passe décisive de la saison, envoyant par la même occasion son équipe en quart de finale de Ligue Europa. En ballottage favorable après sa victoire à l'aller, Wolfsburg a fait le taf pour aller chercher sa qualification.

KDB, ADN de MVP


Comme si l'on jouait déjà les ultimes minutes du match, l'Inter se rue inconsciemment à l'attaque dès le premier coup de sifflet de Mister Clattenburg. Derrière, c'est les grands espaces. Après tout, l'adage veut que la meilleure façon de défendre soit d'attaquer. Sauf peut-être face à ce VfL Wolfsburg exercice 2014-2015 et sa doublette Bas Dost/Kevin De Bruyne. Sur tous ses premiers ballons, le duo du Benelux se retrouve en face à face avec Juan et Ranocchia. Chacun dans son rôle, le Belge sert sur un plateau son voisin batave, mais Dost manque son duel avec Carrizo, le porter nerazzurro. La suivante est la bonne. Lancé au casse-pipe sur le côté gauche, De Bruyne, déjà à l'origine de plusieurs actions chaudes, redresse son ballon et trouve Daniel Caligiuri au point de penalty. Le plat du pied de l'Allemand, étonnamment seul, est assuré, le ballon détourné, mais il termine tranquillement sa course au fond des filets italiens (0-1, 24e). Wolfsburg vient de mettre un septième orteil en quart de finale de Ligue Europa.

Diego Benaglio les a dégoûtés


Et pourtant, l'Inter a des occases. Désorganisés et brouillons, les Nerazzurri parviennent tout de même à mettre en danger l'équipe allemande. Hernanes, Guarín (deux fois), Kovačić, Palacio, Icardi... Avant comme après la pause, c'est toute la ligne d'attaque intériste qui se présente et échoue devant les cages de Diego Benaglio. La faute à un sérieux manque d'efficacité, mais aussi à de sacrées parades du gardien suisse. Pas à la fête devant et en difficulté tactique derrière, l'Inter souffre sur chaque contre de la bande à Josuha Guilavogui, titulaire comme au match aller. En un geste ou deux, c'est tout le collectif italien qui se retrouve dépassé, et Juan Pablo Carrizzo livré à lui-même face à De Bruyne et consorts. Si Roberto Mancini semble dépité, enfoncé sur son banc, ses joueurs ont le mérite de ne pas lâcher l'affaire. Et de finir par égaliser à la suite d'un une-deux aérien entre Hernanes et Palacio. Comme à l'aller, l'homme à la queue de rat y va de son but (1-1, 72e). Sans conséquence puisque Nicklas Bendtner donne la victoire aux siens d'une volée en fin de match (1-2, 89e). À l'abri sur la deuxième place du podium en Bundesliga, encore en lice en Coupe d'Allemagne et désormais qualifié pour les quarts de finale de Ligue Europa, Wolfsburg réalise une saison complète. Comme la galette.


Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Simon 1661 Niveau : DHR
Lord Bendtner SVP
gaiusbaltar Niveau : DHR
trop fort devant, solide derrière avec Benaglio... les Loups sont plus que séduisants cette saison !! Ca fait plaisir de voir Guilavogui à la fête comme ça mais forcément à force de fréquenter KDB (et ses potes) ça aide.
Grosse sensation ils peuvent aller la décrocher cette coupe. Et avec la manière en plus.
Russell, c'est toi qui a raison!
Note : 8
Solide derrière ?
A part le gardien c'est non, on a réussi à les mettre en danger sur les 2 rencontres alors qu'on galère contre Cesena.

Non sérieusement Wolfsburg c'est prenable pour une équipe un peu sérieuse, pas l'Inter donc.
Antarcticdonkey Niveau : Ligue 1
Note : 5
Message posté par Lothaire
Solide derrière ?
A part le gardien c'est non, on a réussi à les mettre en danger sur les 2 rencontres alors qu'on galère contre Cesena.

Non sérieusement Wolfsburg c'est prenable pour une équipe un peu sérieuse, pas l'Inter donc.


Ce n'est pas faux Lothaire, ils en avaient pris 3 contre le Werder en 29 minutes... Le seul problème (enfin pas pour les spectateurs neutres) est qu'ils cherchent constamment à marquer plus que l'adversaire et honnêtement dans cette EL, je ne vois pas une défense qui pourrait finir en clean sheet face à ce Wolfsburg...
harry plotteur Niveau : DHR
"l'inter trop faible pour Wolfsburg" aurait peut-être été plus judicieux...
Télépathie ou autre chose? Je m'apprêtais à faire le même commentaire que toi, mot pour mot...Ne pouvant diviser mon point d'appréciation, il te revient entièrement de droit.
Une inter défensivement à la dérive, aussi bien en championnat qu'en coupe; juan jesus in primis et au jeu offensif trop stéréotypé pour tromper l'adversaire. Si on rajoute une condition physique inadéquate et une carence de coaching indéniable, il ressort qu'une totale reconstruction s'impose donc aussi pour le club de trohir.
Compliments à wolsburg; une équipe qui a quelques carences mais une facilité de reconversion en phase offensive remarquable.
Premièrement, déjà, ça a été un match asez agréable à suivre.

Ensuite, C'est assez frustrant parce que offensivement , on fait pas un si mauvais match, j'ai rarement vu un Palacio aussi actif cette saison.. Ca fait regretter l'absence d'un Shaqiri et d'un Brozovic qui auraient bien plus apporté que des Hernanes et Guarin (qui a retrouvé sa qualité de frappe habituelle) assez brouillons je trouve.

Mais la vérité est qu'il nous étaient supérieurs, aussi bien défensivement qu'offensivement.... La qualité de passe de De Bruyne est stupéfiante et Luis Guztavo est énorme au milieu de terrain...

Concernant l'Inter, c'est toujours la même rengaine, tant qu'on aura des défenseurs de ce niveau , on pourra jamais avoir aucune prétention ne serait-ce que sur le plan national ou européen... A part Santon (et encore) c'était un naufrage... La vitesse de Rannochia.. Faudrait la comparer à Mertesacker juste pour rigoler...

D'ailleurs pour les connaisseurs du club et du joueur... Un Campagnaro de 35 balais arrière droit c'est normal ? il me semble qu'il a toujours été central dans sa carrière non ?
Message posté par Fabienko
Premièrement, déjà, ça a été un match asez agréable à suivre.

Ensuite, C'est assez frustrant parce que offensivement , on fait pas un si mauvais match, j'ai rarement vu un Palacio aussi actif cette saison.. Ca fait regretter l'absence d'un Shaqiri et d'un Brozovic qui auraient bien plus apporté que des Hernanes et Guarin (qui a retrouvé sa qualité de frappe habituelle) assez brouillons je trouve.

Mais la vérité est qu'il nous étaient supérieurs, aussi bien défensivement qu'offensivement.... La qualité de passe de De Bruyne est stupéfiante et Luis Guztavo est énorme au milieu de terrain...

Concernant l'Inter, c'est toujours la même rengaine, tant qu'on aura des défenseurs de ce niveau , on pourra jamais avoir aucune prétention ne serait-ce que sur le plan national ou européen... A part Santon (et encore) c'était un naufrage... La vitesse de Rannochia.. Faudrait la comparer à Mertesacker juste pour rigoler...

D'ailleurs pour les connaisseurs du club et du joueur... Un Campagnaro de 35 balais arrière droit c'est normal ? il me semble qu'il a toujours été central dans sa carrière non ?


Au delà du fait que Rannochia est lent, il tente au moins de se placer correctement au niveau tactique... Le vrai problème c'est Juan Jesus qui est le stéréotype du défenseur brésilien bas de gamme! Rapide, pieds pas si mal mais aucune intelligence de jeu! Sur le 0-1 JJ est vraiment aux fraises!
MacchiaGobbo Niveau : CFA2
Chers Russel,

J'espere que tu va mieux et que tu t'es remis de ta diharée footbalistique d'hier,
Sache que tu nous manques et que l'on espère pouvoir te relire trés bientot,

Signer: un fanboys parmis tant d'autres
Message posté par Fabienko
rait-ce que sur le plan national ou européen... A part Santon (et encore) c'était un naufrage... La vitesse de Rannochia.. Faudrait la comparer à Mertesacker juste pour rigoler...

D'ailleurs pour les connaisseurs du club et du joueur... Un Campagnaro de 35 balais arrière droit c'est normal ? il me semble qu'il a toujours été central dans sa carrière non ?


Je crois que le poste de prédilection de Campagnaro, c'est central droit dans une défense à 3. Donc dans une défense à 4 il est polyvalent.
Mais bon, sa vrai place est sur le banc.

Beaucoup se moquent de Ranocchia ici, alors OK c'est pas Nesta... Mais quand t'es entouré par J.Jesus et Campagnaro, c'est impossible de faire un bon match
J'ai quelques remarques à faire sur le foot italien moi aussi. Parce que moi aussi: me so' rotto er cazzo.

Je n'ai pas vu le match de la Roma, justement parce que j'ai vu celui de l'Inter, mais je connais assez bien le jeu de cette équipe pour pouvoir en parler sans l'avoir vu jouer.

C'est à peu près le même jeu stéréotypé qu'ont toutes les grandes équipes italiennes depuis quelques temps, à l'exception de la Juventus et de la Fio par moments.

- Défenseurs qui ne tentent pas de percées
- Milieux déf qui descendent chercher le ballon pour de suite le rendre au défenseur, ce qui fait descendre l'équipe toute entière et ne crée absolument rien.
- Abus de passes latérales de manière générale. Courtes par ailleurs, ce qui n'a pas pour conséquence de déquilibrer le bloc adverse.
- Délaissement du milieu pour les côtés - flagrant chez l'Inter. Comme il n'y a personne capable de percer les lignes au milieu ou même de se placer entre les lignes, il suffit de pousser ce genre d'équipes sur le côté et invariablement le latéral fera une passe en retrait pour son défenseur central qui fera soit une passe latérale pour l'autre arrière latéral soit une passe courte vers le milieu descendu récupérer la balle qui lui même fera une passe en retrait au défenseur central, lequel, s'il s'agit de Ranocchia ou de joueurs de la Roma, feront une passe à leur gardien...
- Absence de vision de jeu des milieux. Ca dribble, ça feinte, mais aucune passe interlignes.
- Absence d'animination offensive collective
- Absence surtout de spontanéité. Palacio met à peu près 10 pas et 3 touches de balle avant de centrer. C'est trop lent de manière générale.
- Les mecs sont dépassés physiquement enfin. Ca ne court pas pour faire des appels, le replacement défensif n'est pas ouf.

De manière générale, absence de vrais bons joueurs de football en Italie. Ceux du wolsfurgh hier, moi qui n'y connais rien en buli, je n'en avais jamais entendu parler pour la plupart. Bah les mecs jouent simple mais bien. Pas de chichis, pas de cols relevés mais des passes, des tirs, des tacles rugueux mais corrects, de la spontanéité et un jeu d'équipe. Du foot quoi.

Enfin, Kevin de Bruyne, ils passent son temps à se plaindre, mais quel joueur!

En conclusion, le foot italien est au fond du trou. Je suis heureux de le suivre et je continuerai à le faire, mais le fait est que russel a en partie raison.
@Mortacci; tu relèves beaucoup de choses intéressantes dans ton commentaire. Il en ressort une forte baisse de talent et d'inventivité chez les entraineurs de la botte, vu que les carences et lacunes que tu mets en évidence relèvent avant tout du domaine tactique et de la préparation physique.
Quant'à la qualité intrinsèque des joueurs, le thème a été repris maintes fois sur so foot et tant que la politique de formation et de recrutement ne changeront pas, il faudra se contenter de ce que l'on a.

P.S. Quel est le nom du sagouin qui m'a collé un -1 à mon intervention précédente afin que je l'étripe.
Message posté par Mortacci

- Absence surtout de spontanéité. Palacio met à peu près 10 pas et 3 touches de balle avant de centrer. C'est trop lent de manière générale.


Tu peux ajouter, au chapitre de la lenteur :
- Technique faible dans les passes et les réceptions. Passes mal dosées et contrôles périlleux qui ralentissent toute l'équipe quand ils ne remettent pas carrément le ballon dans le sens du jeu adverse.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 14