1. //
  2. // 8es
  3. // Wolfsburg-La Gantoise (1-0)

Wolfsburg était large

Pas de scénario improbable cette fois-ci. Wolfsburg a réussi à imposer son rythme et à mieux gérer son avance (1-0). Les Loups sont en quarts.

Modififié
182 3

Wolfsburg 1-0 La Gantoise

But : Schürrle (74e) pour les Loups

En prendre trois à domicile, ce n’est vraiment pas une bonne idée. Surtout quand on n’en met que deux en retour. La Gantoise l’a appris à ses dépens. Au match aller, les Belges ont beau être revenus au score grâce à une fin de match sous amphétamines, ce n’est clairement pas suffisant pour espérer accrocher le wagon des quarts. Non, pour ça, il aurait fallu qu’ils soient aussi réalistes au match retour. Ce qui n’a pas été le cas. Il faut dire que Wolfsburg a plutôt bien joué le jeu également. Après une première période de rodage, ils ont défendu très bas et organisé un toro grandeur nature en seconde. Et puis en fin de match, sur une attaque éclair de Julian Draxler, André Schürrle a tué tout espoir restant. Malin et efficace, ça suffit en tout cas pour accéder aux quarts de finale.

Du rythme, pas de but


Une équipe qui n’a rien à perdre. Une autre qui ne maîtrise pas vraiment son sujet. Autant dire que c’est la foire en ce début de match. Enfin, surtout au milieu de terrain où la loi du plus généreux est de rigueur. Ça va d’un côté à l’autre sans interruption. Pour les Loups, c’est Josuha Guilavogui qui remporte le prix de l’action la plus dangereuse : une frappe pure à l’entrée de la surface bien sortie par Sels. Julian Draxler est également bien en jambes, mais il manque un peu de visibilité. Du côté des Buffalos, c’est Danijel Milićević qui remporte la palme de l’homme le plus en vue. Centres tendus, longues courses balle au pied, conservations de balle, dribbles dans de petits espaces, le milieu suisse sait tout faire. Et plutôt bien. D’ailleurs, s’il n’a pas été décisif en première période, il peut clairement en vouloir à ses coéquipiers et au peu de variété qu’ils lui proposent. Mais même avec des velléités claires et prononcées, le score n’évolue pas avant la mi-temps, et ce, alors que l’intensité s’effrite petit à petit.

Pas de rythme, un but


Un constat qui se vérifie surtout lors du deuxième acte. Wolfsburg prend enfin les choses en main et confisque le ballon. Et quand ils défendent, les Loups ne prennent aucun risque. On se met bas, on attend et on attaque le porteur du ballon. Les préceptes de base de La défense pour les Nuls. Ils sont d’ailleurs les seuls à se créer une occasion digne de ce nom en début de seconde période : Kruse en remise pour Schürrle, mais Neto s’interpose. Du coup, à vingt minutes du terme, les Belges entretiennent toujours un infime espoir. Enfin surtout leur coach, Hein Vanhaezebrouck, qui tente un coup de coaching avec deux entrées en jeu, coup sur coup, dont celle de Coulibaly le supersub de la Jupiler League. Le moment choisi par Julian Draxler pour enfin sortir de sa tanière. Un débordement d'équilibriste côté droit pour un centre caviar en direction de Schürrle. Ça fait 1-0. C'est toujours moins qu'à l'aller, mais les Belges n'ont plus le même grain de folie. Ils ne reviendront jamais et partiront en douceur, cette fois-ci.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Ugo Bocchi
  • Modifié

    Dans cet article

    GalateaTêtenjoy Niveau : CFA2
    Note : 1
    La Gantoise était trop limité, mais n'a pas démérité sur l'ensemble des deux matchs. L'écart de niveau était trop grand et Wolfsburg a fait un match sérieux. Pas très ambitieux ; leur parcours devrait s'arrêter en quarts.

    Et très bon match de Moses Simon, le petit attaquant de La Gantoise, vif, percutant et pas idiot dans ses choix.
    Roland Gland Niveau : DHR
    La gantoise a laissé passer sa chance au match aller mais s'est révélé être une équipe efficace sur le plan tactique. Un peu plus de justesse dans les situations offensives aurait pu leur permettre d'accrocher les allemands
    Match assez crispé et attentiste. Il fallait une prouesse individuelle pour débloquer le compteur. Draxler avec sa super conduite du ballon a fait la différence. Il faut rappeler que Gent était venu s'imposer à Lyon et avait fini 2e du groupe devant Valencia.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    Article suivant
    Le Real a pris son temps
    182 3