Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 35 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. C
  3. // Pologne-Ukraine

Wingardium Lewyosa

Il reste muet devant les buts, mais son sélectionneur en est satisfait. Qui ? Robert Lewandowski. Un type dont le rendement en phase finale d'Euro est famélique pour son statut, mais qui impressionne depuis deux matchs par sa capacité à se mettre au service d'un collectif d'inspiration défensive. Cependant, pour que la Pologne perce, il va falloir enfin décoller, Robert...

Modififié
Redford. De Niro. Downey Jr. Pattinson. Hue. Lewandowski. Où qu'il soit, le Robert est un premier rôle. Un homme qui attire la lumière au moins autant que les femmes, les amis au moins autant que les ennemis. Pour le dernier de la liste, c'est même plus souvent le second cas. Car Robert Lewandowski est pour l’instant un homme en difficulté apparente. Depuis le début de l'Euro, c’est-à-dire deux matchs, le 4e au Ballon d’or 2015 n'a pas troué les filets une seule fois pour la Pologne. Une anomalie lorsque l'on sait que le bonhomme était attendu comme Karol Wojtyla dans son pays, buteur providentiel et rampe de lancement divine d'une sélection annoncée comme outsider de la compétition. Pire, si « Lewy » le magicien du Bayern reste muet en équipe nationale, c'est son fidèle compagnon Milik qui en profite. Comme si Harry se faisait bananer par Ron dans la course à choper Hermione. Problème, si c'est le cas dans les bouquins, l'Hermione est dans la vraie vie un navire de guerre vieux de 230 ans et Ron un attaquant qui sort de sa première saison complète aux Pays-Bas. Mais Robert peut-il réellement faire mieux ?

Sa présence profite aux partenaires


Contre l’Allemagne, « Lewy » aura pris sa chance deux fois : à la 21e, sur un tir contré par Höwedes, puis cette fameuse frappe à l’heure de jeu repoussée in extremis par la cuisse de Jérôme Boateng, élu homme du match. D’ailleurs, si le Polonais n’a pas marqué, c’est sûrement grâce au match de patron réalisé par une défense 100% deutsche qualität Boateng / Hummels qui le connaît par cœur. Le premier a gagné 100% de ses duels aériens et récupéré 18 ballons, en se gratifiant d’une course vers l’avant digne de Nesta Carter sous stéroïdes pour mettre son coéquipier munichois hors jeu. Pourtant, à la fin du match, le sélectionneur des Aigles blancs Adam Nawałka se montrait plutôt satisfait du rendement de son capitaine : « Il y a eu des moments durant lesquels l’Allemagne a contrôlé le match, mais on leur avait laissé l’initiative pour pouvoir contre-attaquer. On s’est d’ailleurs créé plusieurs occasions comme ça en seconde période. Même si Robert Lewandowski n’a pas marqué, il a beaucoup travaillé pour l’équipe. Il attire constamment l’attention des défenseurs et c’est aussi pour ça que d’autres joueurs ont pu avoir des occasions. Il est très important pour nous. » Car oui, pour comprendre le rendement du Robert, il convient d’aller un peu plus loin qu’une simple stat : très peu en vue lors du premier match face à l’Irlande du Nord, sa simple présence vampirise les défenses et avait permis à Arkadiusz Milik de réceptionner seul un centre en retrait pour offrir à la Pologne la première victoire de son histoire à Euro. Mieux, face à l’Allemagne, il a brillé en deuxième période par son activité en attaque, tantôt prenant la profondeur, tantôt laissant la pointe à Milik en redescendant en 9 et demi. À l’inverse d’un Cristiano Ronaldo obnubilé par son statut de sauveur de la nation, Lewy s’efface, réapparaît à dessein, et offre même un coup franc à Milik sur une combinaison qui aurait pu tromper Neuer (58e)…

Seul, trop seul


De fait pour l’instant, à adopter un schéma de jeu prioritairement défensif, ce sont surtout les acteurs de la première moitié de terrain qui se démarquent : Grzegorz Krychowiak évidemment au milieu, mais aussi le joueur du Wisła Cracovie Krzysztof Maczyński à la récupération. Encore plus bas, c’est la charnière incarnée par la doublette Kamil Glik - Michał Pazdan qui s’en sort le mieux, impeccable face à l’Allemagne. Bilan provisoire : la Pologne c’est sympa, ça défend bien, mais ça manque de tueurs pour réellement lui faire prendre figure d’épouvantail. La preuve que Milik n’est pas Lewandowski, cette tête plongeante manquée devant Neuer au retour des vestiaires qui aurait pu faire basculer le destin du groupe C. Mais à la décharge de super Robert, son jeu convient pour l’instant parfaitement aux forces en présence. L’équipe défend et lui… se démerde, comme il le confiait à la sortie du 0-0 face à la Nationalmannschaft : « J’aurais aimé marquer, mais je n’en ai pas beaucoup eu la possibilité, j’étais parfois seul devant. Mais les statistiques sont moins importantes que l’équipe : il faut gagner contre l’Ukraine et se qualifier. C’est tout ce qui compte. » En parlant de comptes, tiens : avant cette dernière rencontre de poules, Lewandowski n’a marqué qu’un seul but en phase finale d’un Euro, pour le match d’ouverture 2012 face à la Grèce. Il serait donc peut-être temps que l’homme aux 30 buts cette saison agite son pied magique pour transformer la Pologne en machine à gagner, et enfin influer sur le sort de son équipe. En bref, que Robert s’envole, enfin.

Par Theo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 6 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 22 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 8
Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 16 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 14 août La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 98 mardi 14 août La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 mardi 14 août River Plate devrait quitter El Monumental 14 mardi 14 août Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 36