En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Middlesbrough-Leicester City

Wilfred Ndidi peut-il faire oublier N’Golo Kanté ?

Séduisant en Ligue des champions, clairement irrégulier en Premier League, Leicester peine à tenir son rang sans N'Golo Kanté pour tenir la défense et déclencher les offensives. Si Nampalys Mendy s'est trop rapidement blessé pour prendre la relève, Ranieri semble tout miser aujourd’hui sur Wilfred Ndidi, jeune milieu du KRC Genk. À raison ?

Modififié
Avec sa dizaine de poumons, sa science du jeu et ses jambes de marathonien, N’Golo Kanté a indéniablement joué un rôle essentiel dans le titre de Leicester la saison dernière. Peut-être plus encore que Vardy, Mahrez ou Wes Morgan, c’est lui qui compensait un manque de technique au milieu de terrain par un volume de jeu impressionnant, lui qui donnait de la verticalité au jeu, lui qui servait de relais entre la défense et l’attaque. Son départ l’été dernier, inévitable, a donc laissé un gros vide dans l’entrejeu. Un vide que Nampalys Mendy n’a pu combler jusqu’à présent, la faute à une vilaine blessure survenue dès son premier match de Premier League en août dernier. Jusqu’ici, c’est donc Daniel Amartey qui assurait l’intérim aux côtés de Drinkwater, mais trop sérieux, pas assez fou, le Ghanéen peine à tenir la comparaison.

À la recherche d’une sentinelle


Des lacunes qui chagrinent Claudio Ranieri, qui a donc choisi de relancer ses Foxes en misant tout sur Wilfred Ndidi. L’international nigérian n’a que vingt ans, a coûté la modique somme de 18 millions d’euros (deuxième plus gros transfert de l’histoire de la Jupiler Pro League, juste derrière Marouane Fellaini, 21,75 millions d’euros), mais offre déjà une flopée de certitudes au milieu de terrain. Il suffit d’écouter Peter Maes, l’entraîneur du KRC Genk, celui-là même qui a transformé ce défenseur central en véritable sentinelle pour s’en convaincre. Pour le Belge, « Ndidi peut être comparé à Yaya Touré. Il pourrait devenir un excellent joueur » . Une déclaration qui en dit long sur l'importance prise par Wilfred Ndidi depuis son arrivée à Genk en janvier 2015, pour 100 000 euros à peine.


À cette époque, celui qui a grandi dans un camp militaire près de Lagos évolue au Nath Boys FC. Ses parents considèrent le foot comme une perte de temps, mais Wilfred sent qu’il a une carte à jouer et dédie alors son énergie à son unique obsession : le ballon rond. Surtout que, comme il le déclare au Sport/Voetbalmagazine, le centre de formation des Nath Boys est « l’un des meilleurs centres d’entraînement du Nigeria... Ils ne vous apprennent pas uniquement le football, ils vous préparent également pour la vie » . C’est d’ailleurs à cette période, en 2013, que le Belge Roland Janssen, recruteur pour Manchester United aujourd’hui, le repère. À l’entendre, le talent du jeune Wilfred était évident : « Il était grand et fin, c’était impossible de le rater. Sa sérénité était vraiment peu habituelle pour un joueur aussi jeune.  »

Le sens du sacrifice


Toujours dans les bons coups, (Christian Benteke, Kevin De Bruyne, Thibaut Courtois, Kalidou Koulibaly), Genk le repère, lui fait passer des essais et finit par mettre le grappin dessus. Mais c’est bien l’arrivée de Peter Maes sur le banc en juillet 2015 qui va faire basculer son destin. En atteste son repositionnement au milieu de terrain, tant pour ses facilités de compréhension du jeu que pour sa capacité pulmonaire hors norme. Si bien que Wilfred Ndidi est rapidement devenu le joueur le plus utilisé par Maes. Il participe à presque tous les matchs de Genk depuis septembre 2015, que ce soit en championnat ou en Ligue Europa. Un petit exploit pour un milieu de terrain de vingt ans jamais aussi à l’aise que lorsqu’il accumule les efforts et les remontées balle au pied.


Suffisant pour acter son arrivée en Premier League ? Avec son profil de perce-muraille, Wilfred Ndidi offre en tout cas des options dont ne dispose pas Leicester. Bien plus grand que Mendy, et donc que Kanté, le Nigérian (1,87m), qui pourrait être rapidement rejoint par son ancien comparse Leon Bailey, devrait donc rendre quelques services dans les airs. Mais pas que. Car, si la puissance et l'endurance sont également deux de ses plus grands atouts, le mec sait aussi se la jouer poète lorsqu’il récupère un ballon et peut, par instant, rendre quelques services dans le secteur offensif, comme peuvent en témoigner les deux buts marqués lors des deux rencontres européennes opposant Genk à Bilbao. Autant dire que le potentiel de Wilfred Ndidi ne souffre aucune contestation. Il demande simplement à être poli, peaufiné et affiné.

Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9