1. //
  2. //
  3. // Manchester City-West Ham

West Ham, les jambons fumés

Battu jeudi en Ligue Europa par l'Astra Giurgiu, West Ham a déjà vu sa saison tourner autour d'un scénario inattendu par sa direction et son entraîneur. L'heure est maintenant à panser les premières plaies d'un effectif riche et ambitieux, alors que le championnat a commencé de façon tranquille. Trop tranquille justement.

Modififié
357 2
Sa chemise a terminé la soirée trempée. Le visage marqué, les joues creusées, Slaven Bilić a la tête basse et pose les mains sur ses genoux. Autour de lui, le stade olympique de Londres, ses 60 000 âmes, ses 50 000 abonnés, le regardent et tentent de comprendre ce qu’il vient de se passer. Cette fois encore, il a perdu la bataille. L’entraîneur croate a chuté à la seconde reprise sur KO, au bout de ses idées et au cœur d’un combat qu’il qualifiait lui-même de « finale » . Face à lui, dans la peau du challenger, Marius Şumudică se pavane avec son costume d’entraîneur suspendu de l’Astra Giurgiu. Le bonhomme se sait en liberté conditionnelle depuis que la Fédération roumaine de foot a décidé de l’interdire de banc pour les matchs nationaux après qu’il a parié sur des rencontres.


L’Europe est donc sa balade dorée et Londres est un bel endroit pour prendre l’air. Encore plus pour abattre froidement les rêves de ses adversaires. Cette fois, l’Astra Giurgiu a oublié ses difficultés en championnat où il traîne à une triste onzième place et où il vient d’être giflé par le CFR Cluj (5-1) pour danser sur la scène européenne. Pour la deuxième année d’affilée, le champion de Roumanie, battu au troisième tour qualificatif de la C1 par le FC Copenhague (1-1, 0-3), vient d’éjecter West Ham de la Ligue Europa aux portes des poules. Comme une grosse tache sur une copie pour laquelle aucun buvard ne pourra changer quelque chose.

Le bal masqué


West Ham a donc déjà foiré une partie de sa saison jeudi soir dans un stade où les Hammers n’avaient encore jamais connu la défaite. Problème, celle-ci est arrivée dès la deuxième représentation, ce qui peut foutre en l’air une tournée. Alors, face à la presse, Bilić a déballé sa déception, évoquant « sa colère et sa frustration. Je suis surtout déçu parce qu’on voulait vraiment passer ce tour. On s’est battus pour ça l’an dernier, pour s’offrir cette chance et on voulait avoir cette expérience en tant que club, un club qui n’est pas si souvent en Europe. » Le tout alors que, de son côté, Marius Şumudică comparait la victoire des siens à la naissance de ses enfants. L’art de la démesure.


C’est aussi comme ça que la semaine avait commencé pour West Ham avec le recrutement du milieu suisse Edmilson Fernandes en provenance du FC Sion pour sept millions d’euros et le bouclage du dossier Zaza autour de 25 millions d’euros. Un buteur sur qui Bilić aurait aimé compter plus tôt, d’autant que le revers contre l’Astra Giurgiu (0-1) a une nouvelle fois affiché les carences offensives dans la finition des Londoniens. Comme un relent du match aller où West Ham s’était sabordé après avoir été incapable de se mettre à l’abri.

Les balles perdues


Il faut être clair : West Ham se devait de passer ce tour. C’est d’abord une question de retour sur les ambitions affichées en fin de saison dernière, mais aussi dans le recrutement (Calleri, Töre, Zaza, Ayew, Feghouli, Nordtveit). La force de Bilić est de ne pas se réfugier derrière les nombreuses absences – André Ayew est out jusqu’en décembre, Carroll pour encore quelques semaines et Payet est toujours en phase de reprise –, mais sa faiblesse est certainement dans l’approche d’un groupe qu’il voudrait davantage tueur.


Contre l’Astra Giurgiu jeudi, West Ham a livré une copie quasi identique à celle couchée contre Bournemouth (1-0) dimanche dernier dans une rencontre où Michail Antonio avait dû attendre la 85e minute pour libérer le scénario. C’est-à-dire : avoir besoin d’une dizaine de cartouches pour faire claquer l’adversaire, à l’image de Calleri qui a buté à plusieurs reprises jeudi sur Silviu Lung Jr, là où West Ham affichait ses certitudes l’an passé. Il est donc maintenant temps de replonger dans la réalité d’un championnat où les hommes de Bilić doivent définitivement entrer. L’Etihad Stadium est un bel endroit pour se racheter, mais aussi une belle adresse pour se faire terminer.

Par Maxime Brigand
Modifié

Dans cet article

Top-player Niveau : CFA
Il faut qu'il se reprenne les Hammers. Avec leur effectif, ce serait dommage qu'il se saborde.

L'article n'en parle pas mais Lanzini aussi est blessé et cela se sent
Didierdrogba Niveau : District
West Ham évidemment que c'est faible. Aucun jeu construit et quand Caroll est blessé le kick and rush marche moins bien.
L'année dernière Payet faisait des coups d'éclats et régalait sur CPA mais dans le jeu ça n'a jamais été brillant. Et leur défense Reid, Byram, Collins, Burke,... c'est très léger.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
357 2