1. //
  2. // 8e de finale aller
  3. // Arsenal/Bayern Munich

Wenger, le peuple est contre toi

À la tête d’Arsenal depuis 1996, Arsène Wenger est, plus que jamais, sur la sellette. Critiqué par ses propres supporters, l’Alsacien semble condamné à finir la saison sans aucun trophée. Pour la huitième fois consécutive.

Modififié
17 34
« Cela fait 2 830 jours qu’Arsenal a remporté son dernier trophée #WengerOut » . Piers Morgan l’a mauvaise. Ce supporter emblématique des Gunners, présentateur télé sur CNN, tient les comptes depuis 2005 et la FA Cup remportée contre Manchester United. Si l’attente et le soutien des supporters londoniens ont souvent été sans faille, aujourd’hui, la colère gronde. Il faut dire qu’une huitième saison sans titre se profile pour la formation d’Arsène Wenger. Arsenal a déjà dit adieu à la Premier League et à la League Cup depuis plusieurs semaines. Bis repetita ce week-end en FA Cup avec une défaite, synonyme d’élimination, face à Blackburn (D2 anglaise). La défaite de trop ? La question est, une nouvelle fois, au cœur des débats. Et pour cause, c’est la première fois sous l’ère Wenger qu’Arsenal est éliminé par deux clubs de catégories inférieures en coupes. Comme un symbole des difficultés rencontrées par les Gunners cette saison.

Arsenal FC n’est pas Arsène FC

« Honteux ! Aucun respect pour l’écusson ! Virez-le ! » Les supporters fulminent. La défaite face à Blackburn est la goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà bien plein. Pour preuve, un récent sondage du Daily Mirror auprès d’un des groupes de supporters les plus influents d’Arsenal, le Black Scarf Movement, révèle que seulement 5% des votants pensent encore que Wenger est l’homme de la situation. Le bel exemple d’un malaise devenu de plus en plus perceptible. En janvier 2012 déjà, les fans des Gunners avaient crié au scandale à la suite d’une énième défaite face à Manchester United et le choix, plus que discutable, du manager français de remplacer le jeune Alex Oxlade-Chamberlain. Un changement incompris par l’Emirates Stadium et par les joueurs eux-mêmes, à l’instar d’un Robin van Persie médusé. L’image d’incompréhension du capitaine diffusée sur les écrans géants du stade avait fait polémique. La méthode Wenger divise même chez les anciennes gloires du club. Thierry Henry, l’icône d’Arsenal, ne cesse, contre vents et marées, de défendre son ancien coach. « Quand tu ne gagnes pas, les gens vont toujours remettre ton travail en question. C’est difficile à entendre, difficile à voir, mais pour moi le patron sera toujours Arsène. Je sais ce qu’il a fait pour le club. C’est assez dur de le critiquer, en sachant à quel point il a changé le club. » Un sentiment non partagé par l’autre grand buteur du club londonien, Ian Wright. L’ancien canonnier, conscient que cette compétition était sûrement le dernier espoir de titre, a ouvertement reproché à Wenger d’avoir aligné une équipe bis ce week-end. Pour autant, l’Alsacien n’est pas un homme isolé. Le président Peter Hill-Wood et les dirigeants semblent, pour le moment, apprécier le travail de Wenger.

In Arsène we trust

Si les détracteurs sont nombreux, tout n’est pas noir. Ces dernières années, Arsène Wenger a réussi là où tant d’autres clubs échouent : assurer la santé économique du club. Une donnée non négligeable à un an de l’intronisation du fairplay financier. Il suffit de regarder la balance des transferts depuis cinq ans pour se rendre compte du boulot d’Arsène à la tête du club. Alors que ses concurrents accumulent les dettes (67 millions d’euros pour Manchester United, 291 pour Chelsea et 491 pour Manchester City), Arsenal, lui, affiche un bénéfice de 23 millions d’euros. Un modèle économique viable qui ne satisfait pas pour autant les supporters : «  Arsenal existe pour gagner des trophées. À la fin de la saison, personne ne se vante d’avoir le compte en banque le plus fourni. On regarde qui a le plus de trophées dans son armoire, et malheureusement celle d’Arsenal est vide depuis plusieurs années » , explique Tim Payton, porte-parole du Arsenal Supporters Trust, petit groupe d’actionnaires du club. Si l’équilibre est là, l’investissement des sommes perçues semble beaucoup plus discutable. Le dernier exemple en date en est la preuve la plus concrète. Lorsque Arsenal vend Robin van Persie pour 30 millions d’euros à United, Wenger recrute Olivier Giroud et Lukas Podolski pour près de 24 millions l’été dernier. Pas sûr que les Gunners aient gagné au change. Les arrivées simultanées du Français et de l’Allemand mettent aussi en lumière le changement de politique opéré par l’Alsacien ces derniers temps.

La fin d’une ère ?

Car, quelque part, Arsène n’est plus vraiment Wenger. Reconnu depuis toujours pour la beauté de son jeu et la qualité de son travail avec les jeunes, le Français semble opter pour des joueurs plus matures. Et un jeu beaucoup moins léché. Perry Groves, ancien joueur de l’escouade londonienne, avait avancé l’an dernier que « si vous interrogez les supporters d’Arsenal, vous verrez que la majorité d’entre eux sont prêts à se passer d’un football fluide et plaisant à voir, pour obtenir des résultats » . Preuve que la pression devient trop forte ? Peut-être. Wenger, qui ne fait plus l’unanimité a désormais une réelle exigence de résultat. Et pendant qu’il subit les critiques, son travail paye ailleurs qu’à Arsenal. Pour preuve, 25 des joueurs qui ont quitté le club ces huit dernières années ont remporté la bagatelle de 75 titres. La plupart ayant été façonné par l’ex-coach de Nagoya. Dur.

« Laissez-moi le temps de prouver que je n’ai pas complètement tort » , clamait Wenger, sûr de sa force, la saison dernière, après la claque reçue face à Manchester United (8-2). Une confiance qui aujourd’hui semble l’avoir abandonné. Rarement on ne l’a senti aussi fébrile que lors de sa conférence de presse avant le huitième de finale de Ligue des champions face au Bayern. Désormais, Arsenal et son coach jouent leur saison sur cette double confrontation. Le résultat, s’il ne scellera pas forcément l’avenir de Wenger, pourrait marquer la fin du projet imaginé par le technicien alsacien depuis tant d’années. Dommage.

Par Romain Duchâteau, Emmanuel Guérin et Grégory Blasco
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

tristiano Niveau : CFA2
Damn, s'il avait une calvitie, ça serait le sosie de Mr Burns!

Plus sérieusement, Arsène aussi commence à totalement craquer, la conférence de presse d'hier est quand même énorme.
Je pense qu'il commence à se rendre compte que sa politique "Neverland" ne marche pas tant que cela!
Pas de souci. Vas prendre ta claque contre le Bayern et viens entrainer l'EDF, juste pour voir.
ça fait plusieurs années qu'il est critiqué, qu'il doit partir mais finalement il prolonge toujours. Allez bientôt 9.
Malheureusement pour lui, il est dans la pire position possible.
Un club géré avec des objectifs économiques qui sont tenus et respectés, mais des résultats sportifs très loin du compte.
Je ne pense pas qu'il ait eu un jour la naïveté de penser qu'Arsenal, conduit comme il l'est, puisse être en mesure de rivaliser avec les plus grands d'Angleterre et d'Europe. Mais il est resté, et il a été la caution de cette politique.

Alors oui il est trop heureux qu'il y ait désormais la contrainte du fair play financier à respecter. Arsenal pourra jouer au premier de la classe sur ce domaine. Mais avant, y avait rien à respecter et pourtant ...
Mouai... Ceux qui critique Wenger seront les premiers à chialer lorsqu'ils verront les résultats catastrophiques de leur équipe, et s'est ça qui me gonfle sérieusement.

Supporter Nantais, j'aurai donné beaucoup pour voir mon club se maintenir dans les 4 meilleurs équipes de mon championnat durant une décennie après le titre (2001). Quand on voit les cadors de premier league avec leurs millions et la lutte menée par Arsenal face à ceux-ci, j'ai envie d'appeler Martin "foutu génie" Scorsese pour qu'il vienne faire un film sur M. Wenger.

On se rend compte de ce que l'on a le jour ou on le perd, malheureusement.
@faïcal

Si tu veux faire une intervention pertinente, tu compares les nombres de titre gagnés avant l'apparition des deux clubs financièrement siliconés: cad Chelski + Shitty.

Loin de moi l'idée de vouloir dédouaner Wenger de toute responsabilité dans les récents semi échecs sportifs car il a sa part de responsabilité mais force est de constater que la régularité de ses résultats est un véritable exploit compte tenu des contraintes financières logiques imposées par les actionnaires.

Ne retournons pas la situation, l'exemple c'est Arsenal,le Bayern et la BuLi en général certainement pas Valence, City ou autres.
Déjà il faut regarder la concurrence qui joue avec des règles différentes, chelsea + Man City en mode £ infinies et ManU avec un budget marketing énormissime en Asie auquel ne peut prétendre Arsenal.

La qualif chaque année en champions est un exploit car ça fait 8 ou 9 ans qu'ils sont champions du 2ème championnat des budgets raisonnables, c'est comme si les supporter de valence grondaient parce qu'ils ne peuvent pas battre le real et le barça, bein oui quand tu joue pas avec les mêmes règles c'est normal.

Sinon le travail qu'il fait est très bon, très bon modèle économique, meilleure formation d’Angleterre, un stade payé, mise en place pour le fair play financier avec des salaires encadrés ...

Ne pas céder à la pression du court terme, Arsène est en train de sauver Arsenal de la spirale dépensière de la premier league en en faisant le seul club viable de PL
Je persiste à croire que les résultats décevants des Gunners, saison après saison, sont étroitement liés à cette infâme doudoune. Elle est là la clef de l'histoire les amis.
@ Ari le pertinent :

Je n'ai rien pour ni contre Wenger, mais en matière de régularité des résultats (comme tu dis) il ne fait pas non plus des miracles.
Finir une saison dans le top 4 avec l'effectif pas du tout dégueulasse dont il dispose, s'il est pas fichu d'y arriver ...
Note : -1
Arsenal est devenu une belle entreprise. Un beau stade, des bonnes rentrées d'argent grâce à ce stade, au sponsoring, aux produits dérivés, c'est bien tout ça.

Maintenant le problème c'est que certain ont un peu oublié que c'était un club de foot, et que pour faire rêver les fans, ils faut des titres, pas des bénéfices.

Alors tout n'est évidemment pas imputable à Wenger, il a eu un budget limité, avait un projet qu'il a voulu développer, etc.
Mais il faut pas lui enlever toutes les responsabilités non plus. Son recrutement est devenu assez approximatif ces dernières saisons : l'exemple de Podolski est criant, il a jamais vraiment été un crack en club; et le fond de jeu qui a fait sa réputation n'est plus là depuis plusieurs saisons.
lisandr-ol Niveau : DHR
Le problème d'Arsenal selon moi résulte dans le recrutement et pas dans les capacités de Wenger. Le recrutement d'Arsène consiste à recruter des joueurs pour leur apprendre le très haut niveau, même cette année des mecs comme Giroud, Podolski, Cazorla ne sont pas des jeunes joueurs mais aucun de ces mecs n'a gagné des titres hormis peut être une Bundesliga pour l'allemand et l'Euro pour l'espagnol mais ils n'étaient pas des joueurs majeurs. Wenger ne recrute aucun mec qui a déja gagné des championnat majeurs ou des coupes d'Europe, et vu que ça fait un bail qu'il a pas gagné un titre il ne dispose d'aucun joueur qui a déja gagné une PL ou qui a participé à quelques matchs du dernier carré de LDC. En somme il a un effectif où personne ne connais réellement le sprint final pour un titre ou qui a gagné des finales. Et même lorsque tu sens que certains des ces joueurs ont acquis une grosse expérience et deviennent des tauliers pouvant aider Arsenal à être parmi les tops clubs , il les vend ces grand clubs (Song, Van Persie, Fabregas, Clichy). Je pense que Wenger devrait se concentrer sur des mecs qui connaissent ce que c'est que d'aller chercher les titres et qui ont pas besoin d'être formé à ça, car Arsenal dispose de joueurs très grosse qualité comme Cazorla, Wilshere, Vermaelen, Diaby mais pas de patrons. Et pour gagner des titres faut des patrons, soit tu les as, soit tu les recrutes. Et ces joueurs sont pas forcément les plus chers, quand je vois que des mecs comme Sneijder ou Motta sont partis de l'Inter pour 8 et 10 millions, je me dis que Arsenal peut largement s'aligner.
Tant que Wenger recrutera des mecs qui découvrirons le haut niveau à Arsenal, il restera derrière United, City ou Chelsea, et s'arrêtera en 1/4 de LDC.
DIMITRI-SUR-LE-DON-S04 Niveau : Ligue des champions
Encore une super photo avec cette maxi doudoune^^

Sinon je ne suis pas si sur de ca, que le peuple est contre lui.

C'est surtout la presse qui a fait de Arsenal ca cible de choix, pour les supporters fachés, on parle de deux pelés et trois tondus qui ont déployé une mini banderole de peur de se faire lyncher. (et en plus c'était en déplacement je crois.)

Pour les résultats obtenus et l'absence de trophées, je connais un tas de clubs où les supporters ce seraient montrés bien plus vindicatifs que ceux d'arsenal.
P'tit Filet Niveau : CFA
P'tain vous vous mettez à trois pour écrire ça ? Sérieux ?

Bon, les papier sur Arsèn-al, ça fait du clic, de la pub, c'est bon (et moi le premier). Mais comme on dit "you have to keep up with expectations"...

Le symbole des problèmes d'AFC cette saison, ce n'est pas de perdre contre une équipe de D2, c'est le placement de Franco Coco sur le but... Ou les séquences de passes à dix devant le double rideau défensif (pour finir par un dribble pourrave de Gervais)...

Bref, le symbole, c'est l'absence de leaders, de locomotive (Vermaelen fait une saison à côté de ses crampons, Arteta n'est pas assez incisif pour le rôle).

Et une équipe sans leaders... Sur mon épaule comme sur le fanion, y'a écrit "Victoria Concordia Crescit". La Concordia, cette année, elle est pas à l'Emirates, mais au large de Giglio.

Mais bon, tout n'est pas perdu, il reste l'Emirates Cup... Et la 4° place pour une qualif historique (16° fois de suite... Personne en PL l'a fait... En Europe, je suis pas sur).

De toute façon, les trophées, ça prend la poussière.
ceux qui critiquent tonton arsene, et donc indirectement sa stratégie visant à s'aligner sur le fair play financier, sont les mêmes qui critiquent le psg et autres clubs nouveaux riches pour leur politique dispendieuse... allez comprendre...
Message posté par P'tit Filet


De toute façon, les trophées, ça prend la poussière.


tout comme Arsène ^^
P'tit Filet Niveau : CFA
Message posté par bud_light


tout comme Arsène ^^



Facile... Mais j'ai ri... du coup t'as 2 x +1 (parce que ton premier comm est plus que valable).
Message posté par Donsh!P
Mouai... Ceux qui critique Wenger seront les premiers à chialer lorsqu'ils verront les résultats catastrophiques de leur équipe, et s'est ça qui me gonfle sérieusement.

Supporter Nantais, j'aurai donné beaucoup pour voir mon club se maintenir dans les 4 meilleurs équipes de mon championnat durant une décennie après le titre (2001). Quand on voit les cadors de premier league avec leurs millions et la lutte menée par Arsenal face à ceux-ci, j'ai envie d'appeler Martin "foutu génie" Scorsese pour qu'il vienne faire un film sur M. Wenger.

On se rend compte de ce que l'on a le jour ou on le perd, malheureusement.


+1 pour toi tu as tout dit!

Wenger fait des miracles chaque année, gros discours stupide ceux qui disent que Arsenal vend les RVP, fabrgas etc... ce sont ces trous du *** qui s'en vont et Wenger fait en sorte d'en tirer le maximum, on va se rappeler du Arsenal d'il y 5 ans, l'après Henry, une équipe de gamin, qui a évoluer petit a petit, la méthode Wenger a faillit payer, aujourd'hui Nasri, Fabregas, RVP, Clichy, Song et meme Adebayor pour ne citer qu'eux, ces mecs la dans la même équipe avec leurs niveaux actuel je pense que ça aurai fait très très mal et c'était le but de Wenger je crois, mais il n'a pas pris en compte un facteur, l'intelligence des footballeurs et leurs gouts pour l'argent!

Ducou il achète désormais mais ce n'est pas si simple quand on pas un milliardaire Quatari, un Oligarque ou une des plus grosse société américaine derrière soit, attention je ne pleure pas, Arsenal va surement finir 4 eme, à la lutte avec Tottnham, mais je suis désolé c'est leur place! seul l'argent compte aujourd'hui on le voit avec Paris (meme si la saison dernière MTP nous prouvé le contraire, c'est le charme de la L1 ca) et donc le classement United, City, chelsea bah niveau compte en banque vous avez le bon classement et derrière arrive justement Arsenal.

Pour conclure, Arsène nous (enfin me) fera toujours Bander avec leur jeu! cette année un peu moins certes mais le suspense est toujours au rendez-vous, le milan AC 4-0 a l'aller 3-0 au retour, a deux doigt de l'exploit, ça gagne peut être pas de titre (et wenger en a apporter pas mal) mais le suspense est toujours là! maintenant si vous jouissez que votre équipe injecte 100 M pour faire des première mi-temps de merde contre Bastia, et gagner le titre a l'arrache alors qu'il devrai dèjà avoir 15 point d'avance bah libre à vous.

Pour ma part IN WENGER I TRUST et ce soir le Bayern aura chaud aux boules paroles de footix d'arsenul :D
La fin du projet de Wenger a eu lieu quand Fabregas est parti.

C'est à ce moment là que tout ce qui avait été investit dans les "baby gunners" l'avait été en vain.

Depuis Arsenal fait n'importe quoi, entre essayer à moitié de lancer une nouvelle génération de baby-gunners dont plus personne ne pense qu'elle restera vu ce qui est arrivé à la première, des recrutements hasardeux pour compenser des départs de joueurs clé, des recrutements pas au niveau en attendant que les jeunes murissent... et je parle pas des types qui devraient plus être là depuis 3 saisons mais qui restent on sait pas pourquoi surtout au vu de ceux qui se tirent, que le club est pété de thune, qu'il arrose bien ses actionnaires et que l'argent des transferts ne sert pas à payer plus vite le stade.
Note : -1
je crois qu´il est temps et pour wenger et pour arsenal de découvrir autre chose..
malgré les belles choses faites.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
17 34