1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Chelsea

Wenger contre Hiddink, ça donne quoi au juste ?

Ce n’est pas la première fois que le Français va défier le Hollandais. Depuis 2000, les deux hommes se sont affrontés à six reprises. Pour quels résultats ?

0 0
  • Arsenal vs PSV Eindhoven, octobre et novembre 2002 (aller/retour ; phase de groupes de C1)


    À peine arrivé, déjà servi. En rejoignant Eindhoven juste après sa Coupe du monde réussie avec la Corée du Sud, Hiddink doit pêcher du gros dès ses premiers mois. Car en Ligue des champions, le PSV a pioché Arsenal et son avalanche de monstres : Henry, Vieira, Wiltord, Pirès, Gilberto Silva, Kanu, Berkamp, Campbell, Seaman… Pas les Gunnersd’aujourd’hui, quoi. Lors du premier match, les Anglais explosent l’équipe du Guus 4-0 au Pays-Bas, avec notamment un énorme Titi et un doublé de Ljungberg. À Highbury, le technicien hollandais montre qu’il a pigé la leçon et aligne une team solide et rugueuse. Bilan : cinq jaunes et un score nul et vierge, aidé par le carton rouge de Touré en première mi-temps. Insuffisant néanmoins pour Eindhoven, qui termine dernier du groupe (derrière Auxerre), alors que tonton Arsène finit leader.

    Youtube

  • Arsenal vs PSV Eindhoven, septembre et novembre 2004 (aller/retour ; phase de groupes de C1)


    Bis repetita. Deux ans plus tard, les deux équipes se retrouvent au même stade de la compétition. Cette fois, c’est Arsenal qui reçoit en premier. Et cette fois, Hiddink a eu le temps de travailler et de façonner une tactique à son image. Malheureusement pour lui, il perd une nouvelle fois face à son confrère français, grâce à un but tout naze contre son camp. Mais le Hollandais sent qu’il n’est pas loin. Moins de deux mois après, les retrouvailles donnent lieu à un duel serré et hâché (1-1), en témoignent les deux expulsions de Lauren et Vieira côté Gunners. Les deux entraîneurs se séparent sur un nul, mais la méthode Hiddink commence à porter ses fruits face à Wenger. Les deux clubs se qualifient avec le même nombre de points, le PSV atteignant même les demi-finales de la C1.


  • Arsenal vs Chelsea, avril 2009 (demi-finale de FA Cup)


    La roue a tourné. Pour cette grosse demi-finale de FA Cup, les 22 acteurs offrent un spectacle plaisant. Walcott, dont la carrière n’a pas évolué d’un pouce depuis ce jour-là, ouvre le score au quart d’heure de jeu. Les Blues répondent par un bon Malouda. Les actions s’enchaînent, mais les hommes de Wenger ne parviennent pas à prendre l’avantage. Finalement, sur un super service de Lampard, l’inévitable Drogba achève ses adversaires et envoie ses coéquipiers en finale. Qu’ils remporteront, évidemment. Première victoire de Guus devant l’Alsacien, qui ne gagnera rien cette saison-là.

    Youtube

  • Arsenal vs Chelsea, mai 2009 (36e journée de Premier League)


    Une correction. Sans reprendre l’expression de Pat’ Évra, les Blues, expérimentés, infligent une véritable fessée aux petits Gunners, dans leur antre qui plus est. Hiddink n’a repris l’équipe que depuis quelques mois, mais il en a fait une machine de guerre. Ou du moins, il lui a redonné confiance. Car avec Drogba, Lampard, Essien, Terry et Cole, l’effectif fait peur. Bref. À l’Emirates Stadium, Wenger se prend les pieds dans le tapis et est mené 3-0 après même pas cinquante minutes. Si Bendtner réduit le score, Malouda en rajoute une couche et donne de l’ampleur au score final (4-1). Le vainqueur de la C1 1988 savoure son triomphe, tandis qu’Arsène peut aller pleurer, lui qui sera éjecté du podium à la fin de la saison, à cinq unités d'Hiddink. Le Gugus a-t-il définitivement pris le meilleur sur son concurrent ? Réponse today.

    Par Florian Cadu
  • Dans cet article

    Aucun commentaire sur cet article.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    0 0