1. // Ang. – Man Utd/Tottenham (3-0)

Welbeck tient ses promesses

Les deux Manchester sont déjà tout en haut du panier. Tottenham a tenu une mi-temps puis s'est fissuré pour exploser en fin de rencontre sous les coups de Welbeck et Cleverley.

Modififié
0 3
Manchester United / Tottenham : 3-0


Buteurs : Welbeck (61'), Anderson (76') et Rooney pour les Red Devils

Deuxième affiche de la deuxième journée. Après Arsenal/Liverpool, Tottenham a fui les émeutes du quartier pour enfin entrer dans cette Premier League 2012, avec ce mauvais cadeau qu'est un déplacement à Old Trafford. Les deux camps ne sont pas au complet. Pas de Crouch, pas de Palacios, pas de Modric, qui « n'a pas la tête dans le bon sens » dixit Redknapp. La charnière du milieu des Spurs est inédite avec l'association Kranjcar-Livermore. Chez les Red Devils, il est aussi question de charnière, défensive en l'occurrence, Evans et Jones remettant le couvert comme au Community Shield, en lieu et place des papas Vidic/Ferdinand. Cleverley aligne un deuxième match de titulaire aux côtés d'Anderson. On reste donc dans le United jeune entrevu à Wembley et à West Brom.

Malgré Bale

Sir Alex est de bon poil, arrive comme en colo avec Harry bras dessus bras dessous, mais reste attentif, au taquet pour mettre la Casio chrono de son poignet synchro avec le coup d'envoi de l'arbitre. Ce sera d'ailleurs un des rares coups de sifflets. Les deux équipes ne se font pas de cadeaux. Le ballon est toujours en jeu. Techniquement, on est dans le haut niveau, précis dans toutes les transmissions. Et défensivement, Kaboul enchaîne les interventions nickel-chrome, à coup de tacles glissés. Bien gonflé par sa performance, l'ancien Auxerrois en fait même un peu trop, à deux doigts de péter une pile sur le front d'un Nani à la semelle facile. Mais Tottenham tient vraiment bien la route et n'a subi que deux petites suées sur une combinaison des trois nouveaux (surgissement de Jones, accélération-fixation de Young, plat du pied de Cleverley obligeant Friedel à l'horizontale, 8è) et sur une caresse piquée de Rooney pour la tête de Young qui ne cadre pas une tête dans le contrepied de Friedel (28è).

Les Spurs sont sereins et amusent la galerie. Gareth Bale réussit son premier double-contact de la saison, réussit ses premiers passements de jambes avant de frapper dans les bras de De Gea. Van der Vaart profite de son côté de deux contres de furet, pour caler un petit pont et une frappe puissante aux 18 mètres. Tottenham fait dans la pure méthode « Redknapp » en écartant au maximum (transversales de Dawson et Kranjcar parfaites). Walker sort les jambes avec Lennon sur le côté droit. Assous-Ekotto est plus prudent laissant les responsabilités à Bale. Seuls défauts dans tout ça : aucune occasion n'a vraiment mis en difficile posture De Gea et avec le seul Defoe en pointe, on a comme la fâcheuse impression de voir un Pius N'Diéfi courir sans trop de résultats. Dommage car Manchester s'est peu à peu endormi, à subir le rythme imposé par Tottenham.

Welbeck, new-Yorke ?

En deuxième période, les Red Devils décident d'accélérer le tempo. Un Friedel amaigri multiplie les arrêts, contre les accélérations de Nani, mais, voit de façon inquiétante le ballon revenir un peu trop vite dans les derniers vingt-cinq mètres, un peu plus fréquemment qu'en première période en tout cas. Après une longue séquence de conservation, Cleverley dépose un centre lumineux entre Kaboul et Dawson. Welbeck passe dans le sandwich pour ouvrir le score (61'). Première erreur de concentration, sanction immédiate. Friedel poursuit néanmoins son festival en faisant le jeunot à sortir un coup-franc vicieux de Rooney (65'). Seulement, avouons que le festival est un peu solo. Livermore et Kranjcar n'ont plus la main sur Cleverley, notamment, de plus en plus disponible et décisif dans les décalages. Bale et Lennon sont étrangement devenus invisibles. A Manchester, Welbeck, aussi félin qu'un Dwight Yorke de la bonne époque, se régale et confirme qu'il faudra vraiment compter sur ses services cette saison. Une bicyclette termine dans les gants de Friedel encore présent et un coast-to-coast accompagné de grands ponts et crochets est stoppé in extremis par Dawson.


Les hommes de Redknapp ne sont vraiment pas au top et coach Harry fait son coaching, sans grande conviction, avec les entrées de Pavlyuchenko et Huddlestone. Aucun effet, le milieu des Spurs se fait trouer par une incursion d'Anderson, relayé avec classe par une talonnade de Welbeck. Le Brésilien arrive lancé dans la surface pour crucifier Friedel (76'). Fergie sait que le match est dans la poche et fait un peu tourner (Hernandez, Giggs et Park entrent), avec en prime l'opportunité laissée à Old Trafford d'offrir une standing ovation méritée à Welbeck. Ce ne sera pas encore pas le jour des Spurs, maudits depuis 22 ans au Théâtre des Rêves. Démissionnaire, la troupe de Redknapp va même laisser Rooney , d'une tête décroisée, alourdir la note, sur un centre forcément parfait du vieux Giggs. Bilan : Tottenham a pour l'instant un Man United dans une jambe. Pas dans les deux, pas encore. Les Spurs n'ont pu livrer qu'une mi-temps sans déchet technique et n'a pas la profondeur de banc pour rivaliser. Lassana Diarra et Adebayor sont attendus. Manchester United est quant à lui définitivement au point après les quelques balbutiements aperçus contre West Brom.



Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

j'ai vu uniquement la 2nde mi-temps... : tottenham n'a pas joué.

Sur les 2 buts de la tête, c'est pas compliqué, à chaque fois, Welbeck et Rooney était seuls. Seuls! Premier défenseur à 2m minimum... ManUtd a joué au foot, Tottenham c'était mauvais, il n'y avait rien, on aurait dit la fin de la saison. Des mecs qui essayent pas et qui jouent uniquement pour s'en prendre 3 ou 4, c'est juste nul.
Tottenham n'a pas pu jouer, physiquement, ils ont été étouffés. ensuite je m'attendais à davantage de remarques sur la performance une nouvelle fois délicate de De Gea et celle remarquable Cleverley
aaah, Dwight Yorke, la belle époque...
la côte de MU avait baissé dans mon coeur depuis le départ de Beckham et la parenthèse Cristiano, et mais l'équipe cette année à l'air vraiment très belle , très fraîche j'ai envie de dire.
La différence d'image est frappante entre MU avec les recrues du cru (centre de formation ou anglaise) et man city, alors que c'est censé etre city l'équipe des prolo.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Quel avenir pour Park ?
0 3