1. //
  2. // MU/Sunderland

Welbeck, l'absent n'a pas tort

L'homme en forme des Black Cats n'a pas le droit à son Boxing Day. Prêté par MU à Sunderland cette saison, Welbeck n'est pas autorisé à jouer contre son propriétaire. Dommage.

0 0
En Angleterre, comme Andy Carroll, Danny Welbeck est la révélation du début de saison. Mais elle était sans doute un peu moins attendue que l'éclosion de l'homme à queue de cheval de Newcastle. Car la jeune pousse prêtée par MU n'avait jusque-là jamais pu aligner deux matches d'affilée depuis deux ans. Parole à Sir Alex Ferguson : « Sa croissance a été très, trop rapide au cours de ces dernières années. Il avait donc quelques faiblesses à certains endroits des jambes, en particulier les quadriceps et les genoux. Maintenant, vous remarquez que son corps et sa croissance sont achevés. C'est un grand garçon, solide, puissant et il sait bien répondre aux défis physiques » . D'un physique d'ado au corps désarticulé, mal équilibré, Welbeck est désormais taillé pour la Premier League.



Seulement, cet été, Ferguson estimait encore son jeune protégé un peu juste pour prétendre à suffisamment de temps de jeu à Old Trafford. Un prêt était donc la solution envisagée pour que Welbeck poursuive une progression fortement ralentie par un corps capricieux. Fin 2009, l'option prêt avait déjà été actionnée et Welbeck avait pris la trajectoire d'un certain David Beckham. Du centre d'entraînement de Carrington, voici le jeune Danny à Preston North End, en deuxième division, club entraîné par le fiston Ferguson, plutôt veinard sur le coup, Sunderland faisant déjà le forcing pour enrôler Welbeck. Le jeune Anglais se pète au bout de huit rencontres, marque deux buts et rentre à Manchester pour opération et convalescence. Retour à la case départ. Welbeck n'a pas emmagasiné énormément de minutes et par ricochet de confiance.



L'éclosion à Stamford Bridge



Confiant, Steve Bruce, un ancien de la maison United et aujourd'hui manager des Black Cats, l'a toujours été à l'endroit de Welbeck. Le coach joufflu de partout disposait cet été d'une dizaine de millions d'euros en poche pour faire ses emplettes. L'objectif était de densifier sa ligne d'attaque souffrant sérieusement de concurrence avec le seul Bent devant. Ferguson accepte enfin un prêt de sa perle pour un club de Premier League et Bruce signe dans la foulée Asamoah Gyan. En début de saison, Sunderland évolue en 4-5-1. Bent courre sur le front de l'attaque, Gyan n'est pas encore physiquement prêt, digère une Coupe du Monde aussi frustrante que réussie et Welbeck est le joker des Black Cats. Il gagne des minutes match après match pour finalement intégrer le onze de départ dès la 4ème journée. Gyan est toujours sur le banc et Welbeck s'occupe du flanc droit. Lorsque Bent se blesse courant octobre, Steve Bruce modifie son plan tactique : 4-4-2 avec une doublette Welbeck-Gyan aux avants-postes. Sunderland mène la vie dure à toutes les grosses écuries du championnat et Welbeck prend de plus en plus d'importance dans le jeu des Black Cats. Une prestation majuscule à Stamford Bridge (victoire 3-0 et compteur but débloqué) lancera définitivement la saison de l'espoir anglais. Danny enchaîne les perles (cinq buts lors des six dernières journées) et Steve Bruce modifie encore son plan tactique avec le retour de Bent : 4-3-3 avec Welbeck-Gyan-Bent. Le trio se marche un peu sur les pieds et le sacrifié ne s'appelle toujours pas Welbeck mais Gyan.



Aujourd'hui, Welbeck ne sera pas sur le pré d'Old Trafford, mais pourrait très bien le retrouver la saison prochaine. Le plan de Ferguson a fonctionné : Welbeck est en train de s'aguerrir, enchaîner les minutes et prouver qu'il est bien des jeunes pousses de Manchester le joueur le plus prometteur. Steve Bruce a déjà fait une croix dessus pour juillet 2011 : «  Il sera trop cher pour nous » . Opta, société compilant une tonne de statistiques sur les joueurs de Premier League, a d'ailleurs désigné Carroll et Welbeck comme les joueurs les plus efficaces de ce début de saison, autant sur les buts, que le taux de passes réussies ou le nombre de duels gagnés etc... Ferguson avait dit il y a deux ans à Capello que Welbeck serait du voyage avec la sélection pour la Coupe du Monde 2010. Il avait un peu trop anticipé. Si Capello arrête de piocher dans la deuxième division (Bothroyd de Cardiff) pour faire le nombre dans son squad, il y a fort à parier que Welbeck sera du voyage à l'Euro 2012.





Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Quel cadeau pour qui ?
0 0