1. //
  2. // Schalke 04-Bayern

Weinzierl, spécialiste de l'anti-Bayern ?

Peu d'entraîneurs ont un bilan favorable face au Bayern Munich. Markus Weinzierl, le nouveau boss de Schalke, ne fait pas exception à la règle. Mais il s'en sort avec les honneurs malgré tout, grâce à deux victoires obtenues en étant à la tête du modeste FC Augsbourg. Suffisant pour croire à un exploit ce soir à Gelsenkirchen ?

Modififié
415 7
« Ce n'est pas un calendrier très heureux, surtout après avoir perdu le premier match » , analyse Markus Weinzierl en interview pour le Funke Mediengruppe. Pour leur première à domicile cette saison, les Königsblauen doivent se coltiner un Bayern encore porté par ses succès sans partage sur la Bundesliga ces dernières années. Preuve en est la large victoire contre le Werder en ouverture. La tâche s'annonce donc très difficile pour Schalke. Ce n'est pas le genre de matchs que l'on coche en premier lieu pour un objectif de points à court terme. L'avantage dans une telle situation est alors qu'un résultat autre qu'une défaite sera un bonus bienvenu. « On se réjouit d'affronter le Bayern. Nous allons montrer un autre visage et prouver que l'on peut remporter des points ou gagner » , réajuste Weinzierl. À ce jeu, le coach de Schalke sait de quoi il parle. Il avait pris quelques bonnes habitudes lorsqu'il entraînait Augsbourg pour rendre chèvre le Rekordmeister.

Deux exploits avec Augsburg


Depuis la montée du petit club d'Augsbourg en 2011, le derby entre le FCA et le FCB est théoriquement très déséquilibré. Pour autant, la bande à Weinzierl a été parmi les plus emmerdeuses du grand Bayern hégémonique. C'est bien simple, en prenant rapidement les stats en Bundesliga depuis l'arrivée de Pep Guardiola, soit depuis 2013, Augsburg a plus souvent battu les Munichois que le Borussia Dortmund. Augsbourg a obtenu les trois points deux fois en trois saisons, ce qui n'est pas une mince affaire, puisque le Catalan n'a perdu en tout que neuf fois en championnat. Près d'un quart de ces défaites peut donc être attribué à Weinzierl : la première en avril 2014, la seconde un an plus tard ; une fois à domicile, l'autre dans l'Allianz Arena. Dès le premier succès, la surprise est agréable, mais n'a pas l'air si étonnante aux yeux de Weinzierl en conférence d'après-match. Pour tout dire, la défaite en Coupe 2-0 quelques mois plus tôt marque les prémices d'un léger regain de confiance : Augsbourg progresse et le Bayern peut déjouer à l'occasion. Alors, par deux fois, Weinzierl prend le onze de Guardiola à revers en accentuant les efforts défensifs de ses joueurs, pour limiter au maximum le nombre de frappes adverses. En 2014, plus qu'un relâchement coupable avec la Bundesliga en poche, le Bayern est pris au piège en ne trouvant pas de solutions offensives. Les trois petits tirs cadrés en 90 minutes ne font pas l'affaire. Après 53 matchs de Bundesliga sans défaite, le Rekordmeister est pris par un but de Sascha Mölders, la légende locale. Rebelote un an plus tard, avec l'aide de Pepe Reina, expulsé après quinze minutes. Dans les deux cas, la règle a donc été simple : ne pas lâcher un soupçon d'espace derrière pour faire perdre le fil de la rencontre au Bayern.


Du courage...


Certes, le Bayern a changé de technicien et Weinzierl a déménagé dans la Ruhr. Pour autant, ce duo de victoires par le passé est un bon motif de confiance avant le match de vendredi soir, même s'il arrive bien tôt pour espérer voir la recette d'Augsbourg être déjà bien ingérée par Schalke, car les moyens à Gelsenkirchen sont bien plus conséquents. L'effectif des Knappen n'a pas grand-chose à envier à celui qu'avait alors le FCA. Les succès passés donnent surtout une indication de la manière dont Weinzierl va aborder sa rencontre, et c'est peut-être le meilleur moment de ce point de vue-là. Le coach allemand va pouvoir resserrer les boulons mal installés lors du match à Francfort (défaite 1-0) et avancer dans sa quête d'un groupe soudé comme jamais et comme au FCA. Il précise sur le site officiel du club : « Il est important que nous montrions la bonne attitude sur le terrain. Nous avons l'occasion à domicile de faire amende honorable pour notre défaite de la première journée. » Et dans son affirmation sur le banc des Knappen, Weinzierl a même sorti un petit trick inattendu : le choix du côté où se situe le banc de touche. Désormais, ce sera à gauche. « Nous avons pris la décision ensemble. À gauche se trouve la Nordkurve, avec nos fans les plus fidèles. À gauche se situe la moitié de terrain où nous nous échauffons. À gauche est notre vestiaire. Par conséquent, nous voulons aussi y avoir notre banc. » Tout passe à gauche, sauf l'arme. Ce que veut le coach, c'est une équipe de battants. Comme il l'annonce à la conférence de presse d'avant-match, « ce sera difficile, mais nous allons livrer un combat » . Là se trouve le véritable trait de caractère des équipes de Weinzierl. L'absence de résignation. Le mot d'ordre revient incessamment dans sa bouche, quant il faut affronter le Bayern : mutig, « du courage » . La Grande Sophie n'aurait pas dit mieux.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

clement6628 Niveau : CFA2
Totalement hors-sujet mais ça me fait penser à l'entraîneur de Mayence Schmidt qui avait battu le Bayern et je vous conseille vraiment le dernier So Foot notamment pour l'interview de Sampaoli et donc le portrait de Schmidt de Mayence. Deux entraîneurs fous, qui ne sont pas d'anciens joueurs, qui ont des visions de jeu totalement opposées (un amoureux de la tactique et un meneur d'hommes qui ne pense que statistiques) et qui sont passionnants !
L'interview de Cavani aussi où on voit un joueur qui sort des clichés et ça fait du bien.
#KoanNeuer #KoanHochdeutsch
Bien relou que Breel ai joué contre le Portugal mardi soir (surtout 90 minutes..).
la cote est de 10 contre 1,4 je crois :-D
Mammattela Niveau : DHR
Slu Gelsen04, toi qui est un connaisseur de schalke, que penses tu de l'equipe cette année (joueurs arrivés, chésion, chances) est ce qu'elle peut viser le top 4 ? pq avoir changé d'entraineur (nécessité ?) et que penses tu du nouvel entraineur ? merci !
Message posté par Mammattela
Slu Gelsen04, toi qui est un connaisseur de schalke, que penses tu de l'equipe cette année (joueurs arrivés, chésion, chances) est ce qu'elle peut viser le top 4 ? pq avoir changé d'entraineur (nécessité ?) et que penses tu du nouvel entraineur ? merci !


Salut Mammattela,

donc pourquoi avoir change d'entraineur, on s'est tous posé la meme question au mois de mai dernier quand Breitenreiter as ete viré (il avait seulement un contrat de 2 ans) suite a l'arrivee de notre nouveau Manager, Christian Heidel en remplacement de Horst Held.

Clairement, malgré la saison correcte de l'annee derniere (pas d'enormes attentes car les Meyer, Goretzka et Sane devaient encore murir), Heidel voulait absolument travailler avec Weinzierl, ce qui peut se comprendre au vu des excellentes performances de ce dernier.

Le manager d'abord fait un excellent boulot (#HeidelRegelt) avec des transferts inespérés (Embolo), pragmatiques (Naldo libre, le pret de Bentaleb avec l'option obtenue en derniere minute) sans que quoi que ce soit ne s'ebruite dans les medias.

Les medias allemands type Sky et Bild restent bien sur a l'affut pour foutre la merde (apres la defaite a FFM --> Krise auf Schalke car il est attendu que nous perdions ce soir) mais la tranquilité sur les reseaux sociaux ou a l'entrainement est vraiment une nouveauté pour nous.

Sur nos chances de revenir dans le top 4 : elles sont bien plus élevées que l'annee derniere. Le BVB semble superieur malgre l'arrivée de joueurs selon moi pas top comme Gotze et Schurrle mais a part ca et le Bayern, je nous voit superieur a Lever et Gladbach.

Bon et cette année je veux voir une unité totale POUR DEGAGER Hoppenheim et Rattenball et B2, where they belong :) Ce sera d'ailleurs l'une des premieres fois de ma vie que je supporterais les jaunes et noirs ce weekend :)
Mammattela Niveau : DHR
OK merci bcp et allez schalke
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
C’était le synthético
415 7