1. // Euro 2016
  2. // Gr. B
  3. // Angleterre-Pays de Galles

Wayne Rooney, de 2004 à 2016

Le Portugal, 2004 et le prologue de l'histoire d'un phénomène. Il y a douze ans, Wayne Rooney éclatait au visage de l'Europe du foot et se voyait déjà coller l'étiquette de sauveur de la nation sur la tronche. Le temps a fait son job et le capitaine de l'Angleterre n'est plus le même. Plus du tout.

Modififié
De cet été, il en parle comme d’un sommet. Ce n’était qu’un gamin et pourtant. Pourtant, il était déjà le roi.
« Je n’ai pas le souvenir d’un joueur qui a eu autant d’impact sur une compétition depuis Pelé à la Coupe du monde 1958. » Sven-Göran Eriksson
Il n’avait que 19 ans, mais tout le monde le regardait comme s’il était un indiscutable, un mec capable de porter sur ses jeunes épaules les espoirs d’un Royaume maudit depuis alors trente-huit longues années. Comme si ce n’était pas assez, la promesse a traîné derrière elle les superlatifs et les comparaisons. Comme Michael Owen six ans plus tôt. Les mêmes mots, la même image. De la bouche de Sven-Göran Eriksson cette fois : « Je n’ai pas le souvenir d’un joueur qui a eu autant d’impact sur une compétition depuis Pelé à la Coupe du monde 1958… Rooney est absolument fantastique, il ne marque pas juste des buts, mais il joue pour les autres. C’est un footballeur complet. »


Au Portugal, où se dispute l'Euro 2004, l’Angleterre vient alors de terminer deuxième de sa poule derrière la France. Rooney s’est déjà offert deux doublés, contre la Suisse (3-0) et la Croatie (4-2). Le lendemain, les hommes d’Eriksson doivent affronter le Portugal en quarts de finale à Lisbonne. Ils tomberont sur une humiliation : une séance de tirs au but, un Ricardo mains nues face à Darius Vassell. Le premier championnat d’Europe de la carrière de Wayne Rooney se terminera sur une blessure, une chaussure arrachée et une tête basse. Une célébration – les bras levés –, une gueule et un nouvel espoir viennent de marcher sur l’Europe. « J’ai dû mûrir plus rapidement parce que j’étais sous les projecteurs. Le football est comme ça. »

Vidéo

L'espace plutôt que les étoiles


Douze ans ont passé depuis l’explosion de Wayne Rooney. Douze ans de grâce : cinq titres de champion d’Angleterre avec Manchester United, une Ligue des champions en 2008 et six coupes nationales. Douze ans de folie pure, de gestes fous, de hauts, de bas, de revalorisations salariales pour ne pas filer ailleurs, de problèmes conjugaux. Rooney a rangé ses poèmes d’adolescent et a écrit sa propre histoire à travers les records : celui de meilleur buteur de la sélection anglaise devant Bobby Charlton depuis septembre dernier, et la course à celui de meilleur buteur de l’histoire de Manchester United avec le même Charlton toujours en tête de quatre petites unités.


Reste une question : quelle place laissera derrière les tablettes le gamin de Croxteth ? Wayne Rooney est un joueur de classe mondiale, le doute est interdit, mais la sensation que sa carrière aurait pu être encore plus grande est palpable. Il faut évacuer une chose : aucun autre entraîneur que Sir Alex Ferguson n'aurait pu faire progresser à ce point Wayne Rooney. Personne. Mais l’Écossais a atteint ses limites avec celui qu’il avait arraché à Everton en 2004 pour 31 millions d’euros. Et ce, même s'il a accepté tous ses caprices.

Un poste de régulateur


« Les joueurs intelligents s’adaptent et s’il est capable de le faire, il pourra jouer encore cinq ou six ans à ce niveau. » Xavi en octobre 2015
Au cours de sa carrière, Rooney n’a jamais été aussi bon qu’en deuxième attaquant avec Ruud van Nistelrooy ou encore Robin van Persie, car dans cette position, il était libre. Il a toujours couru après la liberté. Dans un entretien donné à FourFourTwo en octobre dernier, Xavi avait théorisé le cas de l’attaquant anglais : « Je pense que Rooney a encore beaucoup à apporter au football, mais c’est peut-être le moment pour lui d’adapter son jeu à un nouveau rôle sur le terrain. Les joueurs intelligents s’adaptent et s’il est capable de le faire, il pourra jouer encore cinq ou six ans à ce niveau. » Le temps a fait son travail, l’Angleterre n’a jamais réussi à vaincre et Rooney a reculé.

En meneur de jeu d’abord, puis il s’est offert lui-même la vie sur un terrain de football. En s’arrachant sur chaque ballon, en revenant gratter jusque dans sa propre surface avant d’être replacé naturellement par Louis van Gaal et Roy Hodgson, son sélectionneur, comme samedi dernier contre la Russie (1-1). Ce sera en récupérateur, en organisateur et en chef de l’orchestre anglais dont il porte le brassard. Comme si au fil des années, Rooney avait choisi son camp, l’espace plutôt que les étoiles. Tout le monde rêvait de le voir jouer dans une telle position. David Moyes, son entraîneur à Everton entre 2002 et 2004 et brièvement à Manchester United, a expliqué à plusieurs reprises que lorsque Wayne est « en pleine forme, avec un physique affûté, il possède l’une des plus grandes qualités de passes du monde. Ce poste de régulateur lui permet de se réinventer. »

La transmission de témoin


Car Rooney a l’intelligence d’un numéro dix, l’activité d’un relayeur et le sang-froid d’un neuf. Il est avant tout une batterie émotionnelle, c’est pour ça qu’on l’aime. L’Angleterre aime ces joueurs prêts à crever sur scène pour le maillot des Three Lions. Par moments, il est détestable, imprévisible et discute chaque décision arbitrale, mais peu importe. L’âge l’a fait avancer vers la sagesse, sa relation tumultueuse avec Coleen aussi. En octobre dernier, la BBC diffusait un magnifique documentaire consacré à Wazza, The Man Behind The Goals, où on le voyait en homme apaisé, conscient de sa chance. Un mec de trente piges avec tout ce que ça implique.


Sa prestation contre la Russie en ouverture de l’Euro 2016 a prouvé qu’il avait encore le coffre pour faire le lien entre la « génération dorée » (Lampard, Scholes, Gerrard, Beckham, Owen, Ferdinand, Terry) déchue et la nouvelle prometteuse qui vient de débarquer en France. Longtemps, sa place a été contestée. Alan Shearer a parlé récemment de Rooney comme d’un joueur dont « on pouvait se passer » . Sauf qu’aujourd’hui, cette Angleterre ne peut pas. Hodgson a beau expliquer que son capitaine n’est pas intouchable – « Il me prendra pour une personne fausse si jamais je lui disais : "Ta place est garantie." » –, il ne peut pas s’en passer. Le football moderne vit aussi pour ce genre de joueurs. Et l’Europe veut encore que Rooney court, écarte ses bras et tombe, encore, à la renverse. Parce qu'aujourd'hui, les réalisateurs ont plus de grâce que les destructeurs.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

Donc si je comprends bien le Rou nait en 2004...
Mon joueur préféré (juste devant Pirlo).

J'ai presque envie de dire qu'il incarne tout ce qu'on aime dans le foot. L'envie la hargne et le spectacle. Rooney c'est le gars qui peut te mettre un but incroyable et revenir pour défendre dans sa surface juste après. Le gars c'est tout faire : frappe de loin, jeu court, jeu long, récupération, finition, jeu aerien, coup de pied arrêté.. Et surtout un des joueurs les plus spectaculaires (par ces buts) de ces dernières années.

Ce joueur aura réussi a être excellent en étant un 9, un faux 9, un 9.5, un aillier, un 10 et maintenant un 8. Formidable. Perso, je l'ai toujours trouvé encore meilleur en 9.5 derrière un pur finisseur (RVP, RVN, Chicharito, Berbatov,..)

Je n'oublierai jamais ce joueur pour tout ce qu'il a apporté a Old Trafford et a l'Angleterre. D'ailleurs, je suis sur qu'il fera un grand euro.

We love you Wayne Rooney
Je souscris complètement ! + 1000000
Juju la Terreur Niveau : DHR
La magie de Rooney, c'est qu'il incarne un football complet, une envie de jouer pour le collectif et un fighting spirit qui se perd de nos jours.

C'est simple : vous préfèreriez avoir une équipe composée de 11 Messi, 11 CR7, 11 Zlatan ou 11 Rooney ?

CR7 est le meilleur attaquant du monde, Messi le meilleur joueur mais Rooney (à une époque pas si lointaine) était le joueur le plus complet.

Un bijou du royaume. <3
Un joueur que j'ai toujours adoré.

Beaucoup ont mis longtemps à constater combien il est monstrueux techniquement, simplement parce qu'il est puissant et a une tête de brute.

Son match face à la Russie, je le répète, si Pirlo fait le même, Sofoot et bonne partie de ses forumeurs auraient crié à l'orgasme.

Voir un attaquant capable d'être un regista de ce niveau, c'est complètement fou.
Dr. Greenthumb Niveau : Loisir
Simply the best.

En lui souhaitant (et aux Three Lions) une belle aventure en France.
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 7
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)