1. //
  2. //
  3. // ManCity-Sunderland

Watmore, le biberon d'Allardyce

Diplômé d'économie depuis une semaine, Duncan Watmore est la nouvelle bombe du foot anglais avec Sunderland. Et comme le refrain le veut, lui aussi vient du foot amateur et a pris la porte d'une académie pour revenir exploser en Premier League.

Modififié
741 2
C'est la période. Partout, de Londres à Manchester, de Newcastle à Brighton, la même cérémonie, la même robe. Le 10 décembre dernier, un rouquin s'avance parmi la foule des honneurs de l'université de Newcastle. Il a 21 ans, se fait poser son écharpe de diplômé en économie et s'appelle Duncan Watmore. « Il y a eu de longues nuits passées au fond de mon canapé, à récupérer de l'entraînement et à travailler dur. Aujourd'hui, je suis un homme » , explique le désormais ancien étudiant. Il vient d'entrer dans l'histoire comme le second joueur de Premier League à obtenir son diplôme en parallèle de sa carrière. Le premier, c'était David Wetherall en 1992. Watmore, lui, joue aujourd'hui à Sunderland et est, en plus de sa tête bien faite, la nouvelle sensation du football anglais. Quelques semaines plus tôt, après avoir éclaté à la gueule de l'élite, Duncan Watmore a sauvé les espoirs nationaux d'une défaite contre la Suisse lors d'un match de qualifications à l'Euro 2017. Il ne restait alors que quinze minutes à jouer, l'Angleterre était menée 1-0 à Brighton. En un quart d'heure, le jeune milieu gauche a provoqué un penalty, marqué un but et offert une passe décisive. 3-1. Précoce et décisif.

La porte de Carrington


L'Angleterre en a désormais l'habitude. Elle connaît ces histoires de porte à la gueule des talents. Duncan Watmore est de ceux-là aussi. Pour lui, c'étaient les grilles de Carrington, le centre d'entraînement de Manchester United. Watmore n'avait que 12 ans, après avoir grandi à Manchester et rejoint les Red Devils à 8. Par choix. Le gosse, sur les conseils du père, Ian, aujourd'hui président exécutif de la Football Association, ne veut pas vivre du football. Il veut étudier. Le foot ne sera qu'un moyen de tuer les après-midi jusqu'à reprendre le ballon en club à 16 ans du côté de Trafford à Altrincham. Duncan Watmore, l'allure de Ron Weasley, inscrit alors 14 buts en 29 matchs de championnat. Sunderland le repère, le fait signer, retour dans le circuit avec l'académie des Black Cats. La saison dernière, il retrouvera même Manchester United avec les U21. Il y a quelques semaines, le Manchester Evening News racontait cette scène : « Sur le bord de la pelouse, des membres du staff de l'équipe première de Manchester United regardaient le match. Un joueur crevait l'écran : Duncan Watmore. "D'où vient ce gamin ?" - "Manchester" – "Tu blagues ! Comment a-t-on pu aussi le laisser partir celui-là ?" »


Arrivé sous Paolo Di Canio, Watmore va alors patienter de longs mois, se contentant de brèves apparitions avec Poyet et Advocaat. Jusqu'au 9 octobre dernier, jour où Sam Allardyce débarque sur le port de Sunderland. L'ancien entraîneur de West Ham décide de donner sa chance à la patte gauche. En quelques semaines, Duncan devient un titulaire indiscutable du onze d'Allardyce, épate l'Angleterre et inscrit même son deuxième but en Premier League contre Stoke le 28 novembre dernier. « Je pense qu'il doit servir d'exemple à tous les jeunes du club, mais aussi à tous les jeunes du Royaume. C'est un tout : la tête et les jambes. Je pense qu'il est capable de faire basculer un match en tant que titulaire ou quand il sort du banc. Tout le monde commence à prendre conscience qu'on vient de sortir un prodige » , détaillait la semaine dernière Sam Allardyce.

Le retour du fait maison


Rapide, dribbleur et décisif, Duncan Watmore incarne surtout un retour de la formation à l'anglaise symbolisé cette saison par la classe biberon de Mauricio Pochettino à Tottenham. À six mois de l'Euro français, Roy Hodgson n'a pas hésité à piocher dedans en incorporant dans son onze Dele Alli ou encore Eric Dier. Des types qui ont tous assis sur le banc des joueurs achetés très cher, comme Lens et Borini pour Watmore. Sa force, c'est aussi celle d'Allardyce. Car Big Sam, au-delà de ses idées, est un technicien qui aime oser, prendre des risques et lancer de nouvelles têtes. Et ce, malgré un groupe qui galère toujours dans la zone de danger. Il y a trois semaines, Duncan Watmore a donc signé un nouveau contrat de quatre ans avec Sunderland pour prolonger son apprentissage, et a rangé son écharpe. Le tout avec un surnom qui revient dans son entourage. Oui, des gars l'appellent vraiment le Messi roux.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
741 2