Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Jupiler League
  3. //

Wasilewski, tête brûlée d’Anderlecht

Bon an, mal an, le joueur d’Anderlecht Marcin Wasilewski distribue les coups de coude, les tacles à hauteur de nuque et les coups d’épaule de catcheur. Interrompu plus d’une année suite à sa "youtubesque" fracture ouverte, il est enfin revenu sur les terrains, au mental. Un joueur rare, un arrière à l’ancienne, loin des défenseurs propres à la Nesta, Piqué, Komany… Bref, le championnat belge a trouvé son Pepe.

Modififié
« Shala la la la la… Wasyyyyylll… Wasyyyyyllll… » . Ces chants résonnent souvent dans les travées du stade Constant Vanden Stock, sous le rythme de samba de la chanson « Brasil » . « Wasyl » , bien que sevré de qualités footballistiques, dispose de quelques solides atouts à faire valoir. Un jeu de tête d’un haut niveau, une hargne hallucinante et une trogne de criminel de guerre à filer des sueurs froides aux attaquants de Jupiler League comme aux adversaires de la Pologne. Une sorte de Brastislav Ivanovic mal dégrossi. Sur le terrain, il est pareil à un taureau lancé dans l’arène, qui charge tête baissée dès qu’il aperçoit la couleur rouge, comme celle de l’ennemi liégeois.

A Anderlecht, traditionnellement, on a toujours eu un faible pour les techniciens raffinés, les gentlemen en crampons, propres sur eux. Autant dire qu’en arrivant en janvier 2007 du Lech Poznan, Marcin Wasilewski, arrière droit rustre, n’avait pas grand-chose en rayon pour plaire au difficile public anderlechtois. Pourtant, le polonais au mental de viet-cong relègue rapidement le fantasque Anthony Vanden Borre sur le banc. C’est simple, quand il n’est pas blessé, le Polonais est indéboulonnable du onze bruxellois comme de celui de la Pologne. Les raisons de cet amour du public mauve ? Une date phare explique ce succès. Le 30 août 2009, date du « classico » Anderlecht-Standard. En ce jour funeste, Axel Witsel déclenche l’un des plus gros contentieux de l’histoire des rivaux, pourtant riche en la matière, en découpant la jambe de Wasilewski d’une vilaine semelle. Bilan ? Une double fracture ouverte de 8 centimètres du tibia et du péroné. Des images qui font frissonner.

Vidéo

Wasyl le martyr

Du jour au lendemain, Wasylewski devient un martyr. Une icône à brandir dans cette gueguerre stupide qui oppose Liégeois et Bruxellois depuis Matuzalem. A chaque 27e minute de match, comme le numéro de Wasyl, le public applaudit. Des photos volantes de la bouille peu amène du Polonais ornent même les sièges du Stade Constant Vanden Stock. Ne jamais oublier les soldats morts au combat... On croit sa carrière terminée. Wasilewski se rétablit pourtant en un temps record. Huit mois après l’accident, il fait une timide apparition face à Saint-Trond. Le temps de se faire opérer à nouveau. Il ne reviendra dans l’équipe que six mois plus tard. Quelques hauts, beaucoup de bas, le soldat Wasyl retrouve péniblement son meilleur niveau. Mais chassez le naturel, il revient au galop. Le public belge constate rapidement que Marcin n’a rien perdu de ses légendaires coups de coude et de son agressivité à l’extrême limite de la brutalité. Et malgré ses carences techniques ou son relatif manque de vitesse, Wasilewski marque régulièrement sur phases arrêtées (22 buts en 141 matchs). Un ouvre-boîte de premier choix qui sauve souvent son équipe dans les moments chauds.

Vidéo

Il envoie Delorge à l’hôpital


Alors que tout semble aller pour le mieux, l’arrière droit pète les plombs, une nouvelle fois. Le 19 mars dernier, il décalque Peter Delorge, d’un coup de coude rempli de frustration, l’envoie à l’hôpital avec un nez fracturé et une commotion cérébrale. Avec Wasyl, il n’y a guère de demi-mesure. L’affaire Wasilewski bis est lancée. Le martyr retrouve une place qui lui convient mieux, celle d’ennemi public numéro un. Une sorte d’idéal du footballeur brutal. Supporters, dirigeants et entraineurs réclament sa tête. Le Polonais récolte tout de même six matchs de suspension… effectifs à la fin de saison. Pas de quoi faire baisser sa cote auprès du public bruxellois, auprès duquel il reste un emblème. Sans doute en mal de distraction, Wasilewski se barre en Allemagne assister au match Cologne-Werder.

Après la rencontre, il accompagne son pote de sélection Slawomir Peszko pour faire la bringue. La soirée se termine au commissariat, après avoir tabassé un chauffeur de taxi. « Je ne fermerai pas les yeux là-dessus. Je ne les prendrai pas pour l'Euro. Il n'y a aucune chance qu'ils figurent dans les vingt-trois » lâche Franciszek Szmuda, sélectionneur polonais. Une nouvelle déferlante s’abat sur ses épaules. Pourtant, il semblerait, comme le Bild l’a précisé, qu’il n’était pas en état d’ébriété, facturant "seulement" un taux de 0,4 gramme d’alcool dans les veines. De quoi faire pouffer Sidney Govou. Mieux, il a réglé la note de taxi en « faisant toujours preuve de correction  » . La police l’a d’ailleurs laissé partir très rapidement. Depuis cet épisode, Szmuda a adouci sa position. Et si finalement, Wasilewski n’était pas un type bien, mais simplement un gars avec tempérament trop bouillant, trop volcanique ? Caïd sur les prés, gentleman en dehors. Un rugbyman, en somme…


Par Adrien de Marneffe
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou