1. // International – Amérique du Nord
  2. // Canada/Ghana

Wandrille Lefèvre, un Français chez les Canucks

En mal de résultats depuis plusieurs années, la sélection canadienne teste actuellement de nouveaux éléments. Parmi eux un Français fraîchement naturalisé : Wandrille Lefèvre, 26 ans, originaire de Chartres, passé pro à l'Impact de Montréal en 2013. Un défenseur à la trajectoire atypique, qui aimerait être l'un des fers de lance d'une équipe nationale lancée vers les qualifications au prochain Mondial.

Modififié
561 3
« Ô Canada ! Terre de nos aïeux, Ton front est ceint de fleurons glorieux ! Car ton bras sait porter l'épée, Il sait porter la croix ! » Parmi les tâches que Wandrille Lefèvre a eu à accomplir pour valider sa nouvelle nationalité canadienne, il y a eu l'apprentissage de cet hymne qu'il connaît depuis pas mal de temps déjà pour précéder toutes les rencontres de son club en MLS. Depuis le 2 juillet dernier et la cérémonie de citoyenneté à laquelle il a participé, cet hymne est désormais le sien, en plus de La Marseillaise. Wandrille, blase improbable donné par ses parents en hommage à Saint-Wandrille-Rançon, commune de Seine-Maritime où ils ont vécu étant jeunes, est né à Chartres et a débuté dans le football à l'OC Perpignan, club formateur satellite du MHSC. Mais à 14 ans, c'est le grand déménagement de la famille Lefèvre vers Montréal où le père est muté professionnellement. Quelques années plus tard, elle fait le sens inverse, mais Wandrille reste y poursuivre ses études de comptabilité tout en continuant à pratiquer ce qu'il doit désormais appeler soccer avec l'équipe de l'université de Montréal où il est scolarisé, les Carabins. C'est là que Philippe Eullafroy, un autre Français, ancien pro à Troyes et responsable de la formation de l'Impact, le repère et l'enrôle en 2011. Moins de deux ans et un repositionnement de milieu défensif à défenseur central plus tard, il signe un premier contrat pro avec la franchise de Major League Soccer le 26 février 2013.

Objectif : éliminer le Honduras ou le Mexique


Suivi de près depuis pas mal de temps par la Fédération canadienne et par le sélectionneur des Canucks, Benito Floro, il n'avait pas été retenu pour disputer la double confrontation de septembre face à Belize en tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 (3-0, 1-1). Mais lors de la dernière annonce il y a quelques jours, il figurait bien parmi la liste élargie de 24 joueurs amenés à disputer le match amical du 13 octobre face au Ghana. Au total, ils sont cinq petits nouveaux à ne compter aucune sélection, preuve que le Canada est encore et comme souvent en grand chantier, au sortir d'une Gold Cup une nouvelle fois ratée, terminée avec zéro victoire au compteur. Au-delà de cet amical face au Ghana, l'objectif est de préparer le nouveau tour de qualification au Mondial, qui s'annonce cette fois bien plus difficile. Il va s'agir en effet de terminer à l'une des deux premières places d'une poule relevée dans laquelle figurent le Mexique, le Honduras et Salvador, avant d'envisager un dernier tour de qualification… Une tâche ardue pour une sélection qui n'a disputé jusque-là qu'une seule Coupe du monde, en 1986, et qui a touché le fond l'an dernier en obtenant le pire classement FIFA de son histoire en pointant au 122e rang. Depuis, ce n'est guère mieux avec une 109e place à la dernière mise à jour, derrière des sélections telles que les Féroé, Antigua & Barbuda ou la Namibie. Bien que plus tout jeunot avec ses 26 ans, Wandrille Lefèvre figure ainsi parmi la nouvelle génération censée obtenir enfin de bons résultats avec une équipe canadienne en manque criant de repères.

Nesta comme ancien professeur


Il n'est pas le seul joueur de l'Impact, puisque Maxim Tissot l'est aussi (Kyle Bekker, de la liste initiale, a finalement déclaré forfait). Révélé sur le tard au sein de la sélection québécoise, en ayant fait le choix de mener en parallèle des études de comptabilité, le désormais Franco-Canadien reste encore actuellement un joueur de complément au temps de jeu assez limité. Alors qu'il a pu côtoyer à ses débuts les références italiennes Matteo Ferrari et surtout Alessandro Nesta, c'est désormais auprès de Laurent Ciman qu'il continue à progresser dans le travail de placement et d'anticipation. Lorsque le Belge est absent, il lui arrive de composer une autre charnière 100% francophone avec Hassoun Camara, même s'il y a également la concurrence en défense centrale de l'Argentin Victor Cabrera. Titulaire lors de trois des six derniers matchs de l'Impact en MLS, son bilan perso est bon avec deux nuls obtenus en déplacement et une victoire à la maison sans encaisser de but. Les Montréalais sont d'ailleurs en pleine lutte en cette fin de saison régulière pour disputer les play-offs et semblent bien partis pour. Entre ces échéances en club et désormais cet objectif de mener une carrière internationale avec son pays d'adoption, Lefèvre peut espérer vivre des prochaines semaines excitantes. Et continuer à chanter « Ô Canada » en pas mal d'occasions.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Les Carabins, de mauvais souvenirs contre eux en tant que Stingers avec cette défaite un quart de final en 2006. Ca ne m'étonne pas que l'Impact pioche chez eux, ils ont vraiment un superbe complexe sportif!
Bravo, ton histoire fait vraiment rêver
C'est quand même vraiment faible le Canada, surtout en 2013-2014, ils étaient restés pendant 9 matchs consécutifs sans marquer de but, avec des défaites face à la Mauritanie par exemple...
montrealyonnais Niveau : DHR
Bon, il est largement moins pire que Cabrera, c'est certain. A chaque fois que je le vois jouer il est propre.

Après, est-ce que ce sera suffisant pour passer l'obstacle du Honduras (Mexique, oublions ça) ? Contre le Honduras, on a quand même mangé un 8-1 y a deux ans 'barnak !
Pis ça fait chier, on n'a pas un seul joueur cadre qui joue dans un grand championnat ou qui a cette expérience et qui puisse tirer ses coéquipiers vers le haut (je pense à Reid avec la Nouvelle-Zélande). A la limite, Hutchinson qui joue a Besiktas mais bon, c'est pas brillant...

Bref, bien content que mon père soit Français pour que je puisse vibrer pour une autre équipe nationale que le Canada ahah (du moins, en soccer).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
561 3