1. // Français de l'étranger – USA – Virginia Commonwealth University – EP.4

Voyage et déceptions

Les jours passent et ne se ressemblent pas pour Steven Dal Molin, qui est loin d'avoir appréhendé toutes les spécificités de sa nouvelle vie à l'autre bout du monde. À peine remis de sa rentrée scolaire que le jeune Français s'est envolé pour San Francisco. Au programme : rencontres, football et déceptions.

Modififié
222 8
Il est midi. Steven avoue « traîner au lit » sans vraiment réussir à se mettre au travail. Il faut dire qu'il rentre tout juste d'un très long voyage. Un séjour de quelques jours à San Francisco, sur la côte californienne. « Un voyage extraordinaire » de plus pour celui qui ne s'était jamais tant éloigné de chez lui. « Une nouvelle découverte » pour Steven, qui, une fois n'est pas coutume, n'a pas eu beaucoup de temps morts lors de sa dernière quinzaine. Avec la reprise des cours, le jeune homme a dû se faire à son nouvel emploi du temps : aller à l'entraînement, puis à l'école, puis à l'entraînement, jouer les matchs, trouver le temps de voir les copains. Bref, se mettre dans le rythme. Du rythme, c'est peut-être ce qu'il manque aux Rams, qui restent sur quatre défaites en autant de matchs de préparation ( « des rencontres qui comptent pour le classement NCAA, mais pas des matchs de conférence » ). Au moment de retourner en cours après sa sieste, les sentiments de Steven sont donc partagés. S'il est toujours aussi conscient de vivre un rêve éveillé, il aimerait bien que son équipe et lui relèvent la tête au plus vite.

San Francisco, California


« On est allés là-bas pour disputer deux matchs coup sur coup. C'est quand même un voyage assez long, entre neuf et dix heures » , explique Steven, encore émerveillé de sa courte expérience californienne. S'il s'était déjà dit ahuri devant la taille du campus de la Virginia Commonwealth University, le numéro 4 a redécouvert une nouvelle fois la signification du mot « immense » en arrivant sur le campus de l'université de Californie. « À l'aéroport, cinq gros suburbans sont venus nous chercher pour nous amener sur le campus de CAL. Quand on est arrivés là-bas... C'était immense !  » , raconte-t-il avec une excitation pas tout à fait calmée dans la voix. « Là, tu vois, c'est vraiment comme un film ! On a passé la rue des fraternités... C'était que des maisons de fous ! Sur chaque devanture, t'avais le planning de toutes les soirées de la semaine, un truc de fou ! » , explique-t-il. Le plus fou, le plus grandiose, reste toutefois à venir. Les mots ne lui suffisent pas pour décrire le stade de football américain. « La Mosson à côté, c'est tout petit » , s'amuse-t-il.

Outre le football, le coach a laissé à ses joueurs la possibilité de visiter la ville. Tous se pressent dans les ruelles montantes les plus connues du cinéma américain avant de converger vers l'immanquable de SF, le Golden Bridge. « On a fait un footing sur le pont ! Le meilleur footing du monde ! T'es sur le pont mythique, avec une vue sur la baie de San Francisco et Alcatraz... Je n'avais même pas l'impression de courir ! » , raconte Steven en rigolant avant de tirer une conclusion pour le moins heureuse de son premier déplacement : « En fait, tu as vraiment tout. Tu voyages, tu découvres et tu joues au football. Qu'est-ce que tu veux de plus, sérieusement ? »

Deux matchs, deux défaites


Si l'expérience personnelle restera à jamais gravée dans la mémoire de Steven, il ne peut pas vraiment en dire autant de l'expérience footballistique. Partis disputer deux matchs, les Rams reviennent avec zéro point dans leurs valises... « On a perdu le premier match 3 buts à 1 contre l'université de Californie, puis on a perdu le deuxième 2 buts à rien contre Stanford » , regrette-t-il depuis sa chambre de Richmond. « Le coach était un peu déçu. La semaine avant le départ, il voulait travailler quatre points différents, mais on n'a malheureusement pas avancé assez vite pour pouvoir tout couvrir et du coup, c'est à cause de ça qu'on a perdu en Californie » , explique Steven. Lucide, il tient à préciser que les résultats sont sévères et finalement assez peu représentatifs du contenu des matchs. Avec le recul nécessaire, Steven explique que les Rams « ont eu plusieurs occasions sans jamais savoir tuer le match, à l'inverse des adversaires, qui marquaient sur chacun de leurs temps forts... »

Des voyages similaires, Steven sera amené à en faire des dizaines sur les trois prochains mois. Une situation délicate, surtout vis-à-vis des cours : une fois à l'autre bout du pays, pas facile de suivre les cours, et encore plus difficile de trouver la motivation de faire ses devoirs... « En début d'année, on nous donne un papier à remettre à nos professeurs. Ce papier, il explique qu'on est joueur, qu'on va devoir rater des cours pour des voyages, etc. Moi, pour être sur que tout se passe bien avec les professeurs, je préfère aller les prévenir une nouvelle fois quelques jours avant le départ » , explique-t-il, prévoyant. Seulement, malgré l'envie de découvrir et d'explorer toujours plus, Steven doit se forcer à travailler : « À l'hôtel, tout le monde travaille, tout le monde est assez sérieux là-dessus. Il faut dire que si tu ne le fais pas, si tu ne fais pas tes devoirs quand tu voyages, tu te retrouves vite à la rue... » S'il reconnaît avoir « pas mal de boulot » , Steven sait que tout repose sur une bonne organisation. « Je me suis acheté un nouvel ordinateur, comme ça pour aller en cours, j'ai juste à prendre ça, ça me facilite la vie » , explique-t-il.

Des rencontres, toujours des rencontres


À Richmond, avant et après l'excursion en Californie, Steven peut compter sur ses ami(e)s pour sortir un peu la tête du football. Avec Pierre, l'autre Français de l'équipe, et d'autres étudiants étrangers, Steven organise chaque semaine un European Meeting. Et cette semaine, c'est à son tour de recevoir ses copains chez lui : « Je pense que je vais essayer de faire un risotto, j'ai une bonne recette. J'ai pas les mêmes ingrédients qu'en France, mais ça devrait le faire. Enfin j'espère ! » Dans ce petit groupe, Steven a bien sympathisé avec une joueuse de football suédoise, Amanda, qui porte le numéro 4 chez les filles. « C'est la première fille que j'ai rencontrée ici parce que c'était une amie de Pierre. On s'entend très bien. On a bien sympathisé grâce à notre numéro en commun. Elle est vraiment super gentille, elle m'a même aidé avec mes devoirs » , reconnaît-il. Outre ces réunions entre Européens, Steven fréquente quelques personnes de ses différentes classes, quoi de plus normal « à force d'être en cours ensemble » ? À la colocation, tout se passe toujours pour le mieux. « Je m'entend très bien avec eux, mais ce ne sont pas forcément ceux avec qui je traîne le plus en dehors » , explique Steven. « Moi, je traîne beaucoup avec Ivan, un attaquant camerounais avec qui je peux parler français, même si on se force à parler anglais. »

Malgré les cours, les devoirs, les entraînements et les matchs, Steven a trouvé un petit moment pour faire la fête avec les tennismen de VCU. « Ils ont un appartement avec une terrasse sur le toit, c'est vraiment sympa. Les tennismen sont vraiment cools, y a pas mal de Suédois » , raconte-t-il. Là-bas, le jeune Français a surtout fait la connaissance de Daryl Monfils, le petit frère de Gaël. « Il est super cool, on s'entend super bien, il me fait trop rire. Il ne se prend absolument pas la tête, on rigole bien » , se réjouit-il. Cette soirée, si courte fut-elle, reste un souvenir agréable pour le numéro 4, qui explique volontiers qu'après la saison, il pourra se laisser aller à plus de moments de détente. Pour l'heure, « il faut rester concentré sur le football à 100% » .

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vraiment très original et interessant ces articles, bravo So foot!
Eh bah p*****, quelle vie!
l'article est bien mais c'est qui en fait ? Il fait quoi ? c'est quoi son programme? il vit aux states ou en france?

je saisi pas trop à moins d'avoir loupé quelque chose quelqu'un peut m'éclairer ?
Note : 1
Je crois qu'à sa place je me mettrais des mines tous les soirs.
Voilà pour mo point de vue sur l'article!
"elle m'a même aidé avec mes devoirs " mais oui! Aaaah! Le truc bidon! Tu l'as niqué oui.
Message posté par apache
l'article est bien mais c'est qui en fait ? Il fait quoi ? c'est quoi son programme? il vit aux states ou en france?

je saisi pas trop à moins d'avoir loupé quelque chose quelqu'un peut m'éclairer ?


Il vit aux states ! c'est le 4ème épisode donc check les trois précédents pour tout assimiler :)
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Message posté par Stoichkov
"elle m'a même aidé avec mes devoirs " mais oui! Aaaah! Le truc bidon! Tu l'as niqué oui.


Et on ne parle plus de la petite Française qui devait l'aider-avec-ses-devoirs il y a 2 semaines.

C'est bien gars, tu t'ouvres au monde extérieur.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
222 8