En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Elections présidentielles de 2012

Voter Cantona ?

L’élection présidentielle semble réveiller toutes les vocations citoyennes et les ambitieux se bousculent au portillon - sûrement en vain - pour remplacer Nicolas Sarkozy. Eric Cantona n’a donc pas su résister à l’appel du large, et après avoir taclé les banques ou le gouvernement sur l’identité nationale, le parrain grandiloquent de la Fondation Abbé Pierre vient d’écrire aux maires de France pour leur demander les fameuses 500 signatures, dans le but fort respectable de porter la voix des mal-logés. C’est toujours mieux de courir après les voix des chasseurs ou du fan club de Jeanne d’Arc…

Modififié
Quand Coluche prétendit à la magistrature suprême, il se justifia d’être sorti de son rôle de comique en arguant avec malice : « Que les hommes politiques arrêtent de nous faire rire, et j’arrêterais de faire de la politique » . Or, depuis le temps que le moindre chef de courant du PS ou de l'UMP ne cesse de gloser sur son amour du ballon, il devenait inévitable qu’un footeux vienne contre-attaquer dans leur moitié de terrain et lors de l’épreuve reine. Eric Cantona a ainsi ajouté son nom à la très longue liste des candidats pour 2012. Boom. Avouons-le, sa candidature ne s’avère guère plus ridicule que les crises d’orgueil du moindre centriste de France, ni que la nostalgie des gaullistes sociaux ou du service minimum de l’extrême-gauche.

Par ailleurs, sa sortie du bois a d’abord pour vocation avouée de soutenir la campagne de la Fondation Abbé Pierre, qui à l’instar de nombreuses associations qui interviennent auprès des plus démunis (et des moins votants), a l’impression que la prochaine campagne, à droite comme à gauche - cf. le rôle déculpabilisateur de la fondation Terra Nova -, va vite glisser sous le tapis la douloureuse; car aucun prétendant sérieux ne compte s’attaquer à la question des inégalités sociales. De ce point de vue, on préfère sans problème lire l’ancienne gloire de Manchester United rappeler aux maires « ces millions de familles dont on oublie les souffrances quotidiennes et desquelles la puissance publique s’est éloignée » , que de se souvenir de sa charge avortée sur les banques, avec ses vieux relents populistes frelatés.

Marketing électoral

Si la démarche classerait facilement le propos à gauche, la prose en évite volontairement toutes les tournures de langage pour mettre en avant des catégories plus transversales comme les « jeunes » , bien loin par exemple de la rhétorique du Droit Au Logement (DAL) et de ses soutiens. Une forme de tout-terrain partisan. Or la culture politique tricolore est assez simple, aux syndicats et aux associations la contestation, aux partis la gestion et les propositions. La pseudo-candidature d’Eric Cantona émarge au contraire à un nouveau registre qui tend à se généraliser : l’utilisation de la présidentielle comme d’un espace publicitaire gratuit. Dans l’absolu, difficile de critiquer cette tactique, tant les agendas des candidats bankable se révèlent désormais quasi-uniquement orientés par les sondages et les cadences infernales des buzz et des offs. On aimerait même trouver cela sympathique voire utile.


Mais voilà, quelque part, cet outing témoigne d’abord d’une dramatique carence démocratique. En bref, aujourd’hui, aucun parti ne s’intéresserait suffisamment à cet enjeu crucial du mal-logement pour qu’en désespoir de solution, la fort peu anarcho-autonome Fondation Abbé Pierre s’en retrouve contrainte à décliner les gammes du marketing électoral. Il ne lui demeure donc ensuite plus comme alternative que de recourir à un prête-nom, de conviction en l’occurrence, pour forcer un peu le destin médiatique (ce qui semble partiellement fonctionner). Au final, cela réduit encore une fois le footballeur, même retraité, à un deus ex machina qui viendrait « enchanter » les justes causes recouvertes de silence le reste du temps. C’est mieux que rien... Toutefois, on aimerait un peu plus de constance dans l‘effort et de travail sur les fondamentaux. Doit-on éternellement abandonner les ores de la république à des David Douillet ?

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 40 minutes L2 : Les résultats de la 22e journée
il y a 6 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 2
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Trou normand pour l'OM