1. //
  2. // Bordeaux/Montpellier (1-1)

Vive le foooooooooot !

Super match ! De l'intensité, du suspens, des buts... et le ballon qui vit ! Malgré un arbitrage du niveau des Bleus contre l'Espagne. Mais bon : super match, quand même.

Modififié
0 0
Montpellier. Vive Girard ! Vive Aït-Fana ! Vive Pitau ! Vive Costa ! Quelque chose de l'Ajax 1995... Avec des jeunes hyper speedés, techniques, intelligents (comme Davids, Overmars, Seedorf, etc...). Costa fait penser à Litmanen, en meneur, et le trio de grognards Pitau-Jeunechamps-Spahic dans le rôle des deux darons encadrant la jeunesse rappellent Danny Blind et Franck Rijkaard ! Béni soit l'Ajax de Montpellier ! On en veut encore ! Du mouvement, des appels, des courses croisées, des démarrages, des permutations (Aït-Fana qui passe à droite quand Camara bascule à gauche). Bravo les p'tits gars ! Encore ! Ils leur sont rentrés dedans, aux Bordelais ! Y'a que ça qui marche avec les Marines : au culot, à l'audace ! 32ème : Montano s'échappe dans l'axe et est stoppé irrégulièrement par Ciani. Double peine : péno + expulsion. Sévère pour le rouge, mais c'est la loi. Costa le tire comme un branque : à mi-hauteur, presque plein axe... Carrasso jaillit comme un chat pour repousser. Premier exploit du goal bordelais.



Rebelote à la 42ème ! Carrasso stoppe un deuxième péno tiré comme un branque par Montano : à mi-hauteur, presque plein axe... L'arbitre, Mr Bré, l'avait fait retirer après une tentative réussie en pleine lucarne, because des joueurs étaient entrés dans la surface. Sauf que... sur le deuxième essai avorté, d'autres joueurs avaient encore envahi la zone non occupée. En plus, la faute qui avait provoqué le penalty méritait, là, la sanction suprême : une main volontaire de Chalmé, qui aurait dû logiquement envoyer le défenseur bordelais sous la douche... L'arbitrage français, quoi ! Mais bon : pas grave. Mention spéciale pour le gardien orange fluo au scapulaire : il a été très bon sur les deux coups de pied de réparation. Le match est alerte et les Girondins, mêmes réduits à dix, vont piocher dans leur expérience de vieux crocos. Mi-temps.



Et ça repart ! Bordeaux reste Bordeaux. Discipliné tactiquement, solidaire. Plasil et Wendel se sacrifient dans les efforts défensifs. Juste avant la pause, Blanc avait remplacé Cavenaghi par Sané pour bétonner derrière et maintenir la ligne de flottaison. La couverture mutuelle des Girondins fait le reste. Gourcuff fait son match. Même dominé à la possession de balle, Bordeaux assure. Et à la 59ème, quand Chamakh ouvre le score d'une frappe vicelarde à ras du poteau sur un mauvais renvoi au 20 mètres, personne n'est surpris. Contre le cours du jeu ? Oui, si on veut. Mais on commence à connaître Bordeaux et sa gestion optimale de ses moments forts, mêmes réduits à quelques minutes. Chamakh est immense, alors normal qu'il ait scoré. Petit détail : les Marines ont marqué quand ils se sont retrouvés à dix contre dix : Spahic était sur le bord de la touche, touché au dos et un poil groggy après une culbute en haute voltige... Et ça joue, Montpellier attaque à tout va, mais les Girondins contiennent la marée blanche comme il faut. De la pure maîtrise. Réduits à dix, ils reculent en bon ordre juste un peu plus bas que la normale. Ils laissent même les côtés aux Héraultais pour les forcer à centrer... Évidemment, sur les centres, les défenseurs girondins ou Carrasso ramassent tout dans le jeu aérien !



Wendel et Plasil, épuisés et valeureux, laissent la place à Jussiê et Sertic. Belhanda, Dernis et Bocaly sont entrés côté blanc... On joue les arrêts de jeu, Bordeaux subit toujours. Fernando, bras repliés dans le dos, commet une main (un bras) aux 30 mètres : le ballon est venu le toucher. Faute involontaire mais Mr Bré inflige un coup franc et un carton jaune... Costa le tire. Une mine du gauche en rase motte mal repoussée par Carrasso, qui dévie avec maladresse la boule dans le coin intérieur de ses cages : 1-1 à la 94ème ! Carrasso est fou de rage. Deux pénos stoppés pour une bourde pareille ! Lolo Blanc est furax : le mur girondin à trois n'était qu'un paravent du désastre annoncé...



Voilà. Rien ne change au sommet de la L1 puisque Lyon, Marseille, Bordeaux et Montpellier ont nullé. Girondins et Héraultais sont toujours co-leaders avec 52 points (et deux matchs en moins pour les Marines). L'OL suit à 2 points et l'OM à 3. Nul doute qu'avec une victoire, Bordeaux aurait pris une option sur le titre et cassé le moral des Nicollin's boys... Rendons hommage aux deux leaders du championnat. Bordeaux pour sa maîtrise tactique et son sang-froid. Les Girondins ont de la marge pour la Ligue des Champions. Félicitons Montpellier et René Girard : une sacrée belle équipe, jeune, avec la banane. Des gars qui respirent le foot. Il y a longtemps qu'on n'avait pas vu une équipe aussi séduisante. Un peu comme si Montpellier avait tenu toutes les promesses des outsiders remarquables mais limités de ces dernières saisons : Lille, Auxerre, Nancy, et surtout, Lorient, bien sûr. Chapeau. Merci. Et à la prochaine !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ce qu'il faut retenir
0 0