Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Désignations 2018 & 2022

Vive la Russie et le Qatar !

Russie et Qatar. Pour une fois que ce sont les outsiders qui gagnent, on ne va pas s'en plaindre. C'est chiant quand c'est toujours le Barça qui gagne et le Real qui perd. Donc, un grand merci à la FIFA d'avoir choisi Poutine et le Cheik Hamad Bin Khalifa al-Thani. Sincèrement.

Modififié
Lol. Que faire des stades démontables du Qatar après le Mondial 2022 ? Les envoyer dans les pays du Tiers Monde qui manquent d'infrastructures sportives : c'est prévu comme ça. JM Aulas et JL Triaud sont demandeurs, vu qu'ils n'arrivent toujours pas à construire leur nouveau stade... OK. Pas drôle. Encore une autre, encore plus comique : les Toulousains sont descendus dans la rue pour fêter la bonne nouvelle quand ils ont appris que la FIFA avait décerné la coupe du monde 2022 aux Cathares... OK. Pas drôle, non plus. Soyons sérieux, le monde nous regarde... Globalement, la déception et la consternation ont accompagné le verdict de la FIFA : ce seront donc la Russie et le Qatar qui organiseront les coupes du monde 2018 et 2022. On rappelle juste que celle de 2014 sera disputée au Brésil. Alors ? Russie et Qatar, c'est quoi le problème ? Aucun. Il n'y a pas de problème. Pour des motifs légitimes ou très contestables, la FIFA n'a fait que poursuivre des principes qu'elle décline depuis quelques décennies.

Universalité

D'abord le principe d'universalité du football. On peut en rire, mais c'est cette règle voulue par Sepp Blatter qui a décidé la FIFA à décerner le Mondial 2010 en Afrique (l'Afrique du Sud en l'occurrence). Idem, avant Blatter, pour les Mondiaux aux USA en 94 et en Corée du Sud & Japon en 2002. Rappelez-vous ! Quand on avait appris successivement que ces quatre pays organiseraient la Coupe du Monde, un vent de défiance force 8 s'était levé un peu partout pour contester ces choix. Et pourtant, ces Coupes du Monde se sont plutôt bien passées. Peut-être pas les Mondiaux les plus excitants en matière de foot, mais l'excellence dans le jeu ne fait pas partie, et c'est heureux, du cahier des charges imposé aux pays organisateurs. Pour faire bref, il faut en finir avec l'ethnocentrisme européen et sud-américain : oui, les autres continents, tous les pays ont vocation à accueillir la Coupe du Monde de Football !

Stabilité

Pour 2018, la Russie a triomphé de l'Angleterre, Belgique & Pays-Bas et Espagne & Portugal. Avantage Russie dès le départ : la Russie était quasiment le seul grand pays de football à n'avoir jamais organisé la Coupe du Monde. L'Angleterre et l'Espagne, si. Le dossier Belgo-hollandais a été le plus mal noté. Ben, oui : ça compte un dossier bien ficelé. Ce n'était pas trop le cas. Qui plus est, les graves problèmes institutionnels en Belgique ( « conflit » entre Wallons et Flamands) ont questionné la FIFA, très désireuse de stabilité politique. « Stabilité » , le mot est lâché... C'est le même objectif poursuivi par l'UEFA qui stresse déjà à mort avec l'Euro 2012 en Polonukraine. Stabilité financière et politique : la FIFA voulait s'inscrire dans des projets « forts » économiquement et politiquement. Fric et sécurité... Donc, plutôt dans des pays à fort « contrôle social » et à faible taux de droits de l'Homme. Discutable, mais pas nouveau (cf. Coupe du monde argentine en 78, chez les généraux démocrates). Surtout, la Russie, comme le Qatar, ont énormément de cash, tout simplement. Cynisme ? Non. Business as usual. La crise financière actuelle que traverse le monde, notamment l'Europe (l'Angleterre exsangue rame déjà pour ses JO de 2012) épargne les grands pays d'hydrocarbures que sont la Russie et la Qatar. La rente gazière illimitée de ces deux pays a apporté une « sérénité » appréciable pour à la FIFA.

Liquidités

Fric toujours, Russie et Qatar ont bien sûr cachetonné en lobbying « officiel » et « officieux » , « influençant » les acteurs directs (membres votants de la FIFA, dont deux suspendus par péché de gourmandise), médias, personnalités publiques, politiciens, sportifs. Et alors ? Tout le monde fait ça. Tous les pays « arrosent » pour recevoir coupes du Monde et JO : en quoi le « lobbying » russe ou qatari serait plus sale que celui des autres candidats ? La faute à l'opacité et à la puissance politique de la FIFA et du CIO, organisations supra nationales qui ne rendent des comptes à personne et face auxquelles les états se couchent sans coup férir. On rappelle quand même les menaces de la FIFA adressées au gouvernement français légitimement désireux de nettoyer la FFF et de virer un sélectionneur incompétent après le Mondial sud-africain. La FIFA avait juste demandé à Sarkozy de ne pas trop interférer dans les affaires de la fédération française. Rien que ça... En clair, si scandale il y a d'avoir offert la coupe du monde à la Russie et au Qatar, c'est d'abord l'institution FIFA et son fonctionnement autocratique qu'il convient de remettre en cause. Comme avec le CIO, c'est plutôt mal barré : ces deux organisations ont un pouvoir politique redoutable. Dont celui de faire chanter éventuellement les responsables politiques toujours compromis dans la « surenchère » pour obtenir Mondial de foot ou JO...

Européanité

Et la Coupe du monde 2022 ? Qatar vainqueur. Normal... Japon & Corée ont déjà donné en 2002. Idem pour les USA en 1994. Et l'Australie ? Why not, l'Australie... Sauf que c'est aux antipodes donc gros décalage horaire. Le Qatar aussi, mais le décalage horaire avec l'Europe est moindre. Eh, oui ! Encore ce foutu ethnocentrisme européen ! Faut savoir ce qu'on veut... On organise toujours de préférence une coupe du monde en fonction du public européen : c'est le plus consommateur en terme de stratégie commerciale. Les principaux sponsors commerciaux de la FIFA orientent leurs intérêts en fonction du public européen et les audiences TV sont d'abord indexées sur la haute réceptivité des populations riches du Vieux Continents. Le souvenir du Mondial Asiatique de 2002, c'était l'absence de matchs en soirée ! Un souvenir affreux pour nous, les Européens. Donc merci le Qatar et tant pis pour l'Australie. Une fois de plus, faut savoir ce qu'on veut : des matchs le matin (rappelez-vous France-Danemark en juin 2002, à 8 heures du mat !) ou des matchs à des heures plus adéquates pour nous... Et la chaleur au Qatar ? Argument irrecevable. D'abord, les stades seront climatisés à l'énergie solaire ! Et toc !... Plus sérieusement : au Mexique 1970 et 1986 (grosse chaleur + altitude !) et aux USA 1994, on a fait jouer des matchs à plus de 40°, parfois à midi... En 2002, c'était la chaleur + l'humidité. En 2010, c'était plutôt la fraîcheur. On peut même citer certains matchs du Mundial espagnol 82 : la chaleur étouffante de Bilbao avait sacrément usé les organismes des Français et des Anglais... USA, Mexique, Asie : on a joué dans des conditions climatiques souvent extrêmes pour notre confort horaire de téléspectateurs européens. Du coup, en quoi la chaleur d'un pays arabe serait-elle plus néfaste, plus nocive que la chaleur américaine, asiatique ou mexicaine ?


[page]
Opacité

Quand Maradona avait protesté contre la décision folle de la FIFA de faire jouer des matchs à midi sous des chaleurs accablantes au Mexique 86 et aux USA 94, quels pays, quelles fédés, quels dirigeants de la FIFA l'ont suivi ? Personne... Alors, va pour le Qatar. Autre question, cependant : d'accord pour les stades climatisés dans les tribunes et sur le terrain. Et les centres d'entraînements des 32 équipes qualifiées ? Dans quelles conditions climatiques les 32 équipes vont-elles pouvoir préparer leur matchs ? La nuit ? Très tôt le matin, à la fraîche ?... Dernier procès en illégitimité du dossier qatari : le manque d'engouement populaire, le manque de culture foot, la crainte de stades vides... Irrecevable, là aussi. Une coupe du monde, c'est d'abord la surface d'un écran TV : un rectangle vert, 22 acteurs et si possible un petit fond sonore. La coupe du monde est d'abord et avant tout un événement télévisuel, et ensuite, mais ce n'est pas obligé, un spectacle « live » , « vivant » , avec des foules bigarrées et des clameurs passionnées. La FIFA fait grandement son beurre avec les droits TV et ça pourrait suffire... Ceci dit « l'ambiance dans les stades » compte beaucoup pour la FIFA (gros plan sur le public, « c'est beau un monde qui joue » , etc.). Et alors ? Tout se passera comme d'habitude : échaudés aujourd'hui et pas trop enclins à se déplacer au Qatar, les supporters du monde entier finiront par se rendre en masse au grand raout mondialisé. Sauf attentats terroristes (hé, oui !), on retrouvera les gros bataillons habituels de supporters : Angleterre, USA, Allemagne, France, Pays-Bas (les jolies supportrices bataves seront-elles aussi sexy dans ce pays « rigoriste » ?), etc... Les stades ont une capacité moyenne de 45 000 places : avec des supporters étrangers et des spectateurs invités et d'autres carrément subventionnés (le Qatar sera généreux !), ça devrait le faire, les enceintes ne sonneront pas creux.

Chinoisité

Voilà. Il n'y a aucun scandale : la FIFA a fait comme d'hab, avec son fonctionnement interne et son pouvoir de décision propres. Elle s'est tout simplement vendue aux plus offrants. C'est comme ça que ça passe à la FIFA : c'est beau un monde qui (sur)joue. On s'agite, on crie, on conteste mais en 2018 et 2022, on sera tous devant la TV... ou dans les stades. Pourvu que Dieu nous prête vie comme dirait ce cher Thierry Roland qui, à n'en pas douter, mon cher Jean-Michel, commentera bien ces deux Mondiaux. L'année prochaine, les passions seront retombées, on n'en reparlera moins... Et l'avenir ? Et, ben la Chine, bien sûr ! Elle n'aura qu'à mettre 1000 milliards de dollars sur la table et elle l'aura la Coupe du Monde. Encore mieux : en y mettant le prix, dans une planète peut-être ravagée par de nouvelles crises économiques graves, la Chine pourrait même organiser deux coupes du monde d'affilée. A condition d'être aussi épargnée par le marasme économique mondialisé, bien entendu. De quoi ?... La Chine ?... Et les droits de l'homme, la corruption, le climat pourri, la pollution, le décalage horaire, le manque de culture foot, le « lobbying » honteux auprès de la FIFA ?... Oui, oui : deux fois la Chine. Et, alors ?... Il est où le problème ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24