Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le geste technique

Vitorino Hilton, monsieur coups de casque

Ce dimanche, Vitorino Hilton a donné la victoire à Montpellier face à Caen d'une superbe tête sur corner. Le défenseur est coutumier du fait. Les coups de casque, il adore ça. À tel point qu'il y a quelques semaines, il livrait ses recettes dans SO FOOT JUNIOR.

Modififié
==> Article paru dans SO FOOT JUNIOR numéro 9 <==
==> SO FOOT CLUB numéro 11 actuellement en kiosques <==

Décomposition du geste


1. « Au départ de l'action, les deux pieds sont encore au sol. On doit avoir le corps tourné vers le centreur et, au moment où part le centre, analyser la trajectoire du ballon. C'est là qu'il faut savoir se défaire de son marquage, si quelqu'un nous "colle" un peu trop. »

2. « Pendant que la balle flotte dans les airs, environ à mi-parcours, on enclenche notre impulsion. La clé, c'est de bien doser son saut: si on saute trop haut, on reçoit la balle dans le visage, si on saute trop bas, on loupe la balle. C'est le principe du timing. »

3. « Après avoir bien impulsé, l'objectif est de rester le plus longtemps possible en suspension, un peu comme un hélicoptère. Plus notre temps passé au sommet est long, plus on pourra réfléchir à comment smasher notre tête en fonction du placement du gardien. »

4. « Le contact avec le ballon est proche, il faut armer sa tête. Dominer le ballon sur une tête, c'est essentiel. Avec une bonne attaque, on lui donne de la puissance, de la précision et de la vitesse. Si ces trois éléments sont réunis, le rebond va perturber le gardien et ne lui laisser presque aucune chance. »

5. « Le moment clé : le smash de la tête. Un bon coup de boule, rapide et efficace ! Ne pas vouloir frapper la balle trop tôt, ni trop tard. Le cuir du ballon doit bien rebondir sur la face plate du front, ça facilitera la bonne réalisation du geste. »

6. « Ça y est, le gros du travail est fait: il faut juste bien orienter la trajectoire du smash, savoir la diriger vers le sol. C'est le fait que ta tête soit légèrement inclinée vers le bas qui va donner ce côté "smashé". Attention aussi à bien se réceptionner, ce serait bête de se faire une entorse en retombant. »

7. « On repose les pieds sur la terre ferme, mais l'action n'est pas terminée pour autant. Le ballon va venir rebondir devant la ligne de but, pour ensuite finir sa trajectoire dans les filets, si tout se passe bien. Un secret : plus le rebond est proche de la ligne, plus la parade devient impossible pour le gardien. Il sera surpris par la vitesse. »

8. « Si le geste est effectué correctement, c'est but. Tu pourras célébrer ton but comme un vrai combattant, parce que, sincèrement, marquer de la tête, il y a un vrai truc martial ! Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais le fait d'utiliser le crâne pour marquer, c'est guerrier ! »

Cinq questions à Vitorino Hilton


Quand on est enfant, on a souvent peur de mettre la tête. C'était ton cas aussi ?
Tu sais, j'étais un peu fou, moi, quand j'étais petit… J'aimais ça, en fait! J'avais un ami au Brésil avec lequel on s'amusait dans la rue à se renvoyer la balle de la tête. Mais en général, les enfants n'aiment pas trop. Mon fils de 9 ans, par exemple, il avait peur au début, mais là, ça va mieux. En fait, il faut surtout qu'il fasse attention à ne pas rentrer dans les autres au moment de se placer. Ça arrive souvent chez les petits…

Qui as-tu regardé pour apprendre à faire une belle tête ?
J'aimais beaucoup le jeu aérien de Carlos Mozer, quand il jouait à l'Olympique de Marseille. Et puis il y avait aussi Mário Jardel. Ici, on le connaît beaucoup du FC Porto, mais je peux te dire que, quand il jouait à Grêmio, il en a marqué des têtes piquées! Avec son gabarit, c'était son geste favori.

« Tout est une question de timing. Si le centre est bon, que le placement est bon, et que le timing est bon, la taille du joueur qui va faire la tête n'a aucune importance. » Vitorino Hilton

On a tendance à penser que la tête smashée est réservée aux grands défenseurs, sur corner. C'est vrai, ça ?
Pas du tout ! Même les petits attaquants peuvent marquer comme ça… Sur un ballon aérien, le joueur doit juste penser à tromper le gardien avec un rebond bien placé. Après, plus un joueur est grand, plus il a de chance de devancer les autres. Mais tout est une question de timing. Si le centre est bon, que le placement est bon, et que le timing est bon, la taille du joueur qui va faire la tête n'a aucune importance.

Justement, bien se positionner, ça veut dire quoi ?
Si l'action se passe sur coup de pied arrêté, le placement se travaille à l'entraînement. Il faut des joueurs au point de penalty et d'autres à chaque poteau. Ensuite, c'est dans l'attaque du ballon que ça se joue. Si tu restes passif, tu n'as aucune chance. Plus tu es loin du but, plus ce sera compliqué de marquer, car il faudra mettre beaucoup de puissance pour lober le gardien. Le mieux, c'est d'arriver lancé, en pleine course. Là, tu peux vraiment mettre des coups de casque (rires).

À Montpellier, quel est le joueur qui n'arrive vraiment pas à faire une belle tête ?
Attends, je cherche quelqu'un à chambrer… Bon, je vais dire Morgan Sanson (rires). C'est le petit jeune de la bande, il doit encore apprendre, et la tête, ce n'est pas son point fort. Souleymane Camara en revanche, quand il met des têtes, lui, c'est des vraies frappes !

==> Abonnez-vous à SO FOOT CLUB pour 30 euros <==

Par Antoine Donnarieix, à Montpellier. Photos : Hélène Jayet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17