En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Théâtre

Vis ma vie d'acteur, avec Frank Lebœuf

Publicité, télé-réalité, cinéma : c'est un fait, comme tout bon footballeur, Frank Lebœuf aime jouer la comédie. Et en ce moment, c'est au théâtre qu'il fait admirer sa relance.

Modififié
Il ne bronche pas alors que son visage se perd dans un nuage de poudre à maquiller. Frank Lebœuf est déjà dans son match. Dans quelques minutes, il va monter sur les planches du théâtre Caumartin (Paris IXe). Une enceinte de 380 sièges en peau de taupe, un brin usés, et sans loge VIP. On est loin du faste de Stamford Bridge. Mais la pression, elle, est toujours là : « T'as beau avoir l'expérience du football et des tunnels d'avant-match, là c'est totalement différent. À l'époque, il ne fallait pas oublier ses crampons et sa serviette sinon t'étais dans la merde. Là, si j'oublie de préparer mes trucs avant le début, je fais planter la pièce. Allez, bon spectacle. » À l'affiche de Ma belle-mère, mon ex et moi, depuis le 24 septembre et jusqu'à la fin de l'année, l'ancien joueur de Chelsea campe le personnage de Julien, une star de la télévision prise au piège par son ancienne belle-mère, fauchée, qui veut absolument qu'il se rabiboche avec sa fille afin de mettre la main sur son compte en banque. Une pièce qu'il a déjà jouée près de soixante-dix fois en province, dans laquelle il est entouré par Nicolas Vitiello, un ex-membre des What For – mais si, Popstars, saison 2 –, et une actrice de Sous le Soleil, Christine Lemler. Mais le public ne s'y trompe pas, il est venu voir Frank Lebœuf : les « Silence, c'est Frank » se propagent dans la salle dès que l'ancien footballeur fait son entrée, en jogging, sur la scène.

Nu sous un tablier


Après une heure et demie d'une prestation sans faute, Lebœuf et la troupe reçoivent une standing ovation. Chose rare pour un défenseur central : « Si tu te loupes, ça reste moins grave que sur une pelouse. Au théâtre, on ne te jette plus de tomates. Au pire, il y a un gros silence, mais on ne te siffle pas et on ne t'insulte pas. Il y a quand même une similitude entre les deux publics : tu te dois d'exhausser leurs vœux. Il y a toujours cette incertitude avant le début d'un match ou de la pièce qui crée une forme de stress. » Un stress avec lequel il apprend à composer depuis 2010, et sa première montée sur scène dans une pièce d'Alain Reynaud-Furton, L'Intrus : « Au tout début de la pièce, je devais rester immobile à tenir un flingue. Le problème, c'est que je tremblais de tout mon corps. » Cent cinquante représentations au théâtre plus tard, le champion du monde 1998, éliminé de Koh Lanta dès la deuxième semaine en 2010, est beaucoup plus à l'aise. Notamment au moment de déambuler, nu sous un tablier et les abdos saillants, pour les besoins la pièce. Et visiblement pour le plus grand plaisir de la gent féminine présente dans l'assistance. Celui qui est passé par l'OM et Strasbourg, avant de finir sa carrière au Qatar, l'assure, la comédie est « son premier amour » .

Le Pianiste, Los Angeles et Stephen Hawking


Enfant, Lebœuf se rend ainsi régulièrement au cinéma avec sa mère, mais son père, alors entraîneur de jeunes, le pousse à se tourner vers le football. C'est en 2001, alors qu'il balade son crâne chauve sur les pelouses de Premier League, que sa passion ressurgit. À l'époque, il rencontre Ronald Harwood, un dramaturge qui a notamment participé au film Le Pianiste, qui lui propose de jouer un rôle dans son film Taking sides. « J'ai pas cherché à comprendre, j'avais jamais fait ça, mais ça a été une révélation. » À la fin de sa carrière, il s'envole pour Los Angeles et les prestigieux cours du Lee Strasberg Theatre and Film Institute. « J'avais des cours de théâtre, de cinéma, d'émotions, et même de cascade. C'était ultra complet. » Et il entend bien percer. Après diverses apparitions dans des films sans écho en Angleterre, Frank Lebœuf s'offre une apparition comme médecin dans Une merveilleuse histoire du temps, un biopic consacré au physicien Stephen Hawking, programmé en salles pour mars 2015. Ça, c'est autre chose que les films de bourrins avec Vinnie Jones.

⇒ Acheter des places pour Ma belle-mère, mon ex et moi


Par Quentin Müller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 1 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19 lundi 19 février Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 11