Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 30e journée
  3. // Angers/Metz

Vion : « À Porto, les gens m’arrêtaient souvent pour une photo »

Depuis janvier, Thibaut Vion est revenu chez lui, au FC Metz. Un club que le champion du monde U20 avait quitté à 17 ans pour rejoindre le FC Porto. Une aventure portugaise de trois ans enrichissante humainement comme sportivement, même si le jeune attaquant n’a jamais joué avec l’équipe première. Mais c’est plus fort qu’il rentre au bercail, bien décidé à se faire connaître aussi en France.

Modififié
Comment s’est passé ton retour au club et dans ta région d’origine ?
Je connaissais pas mal de joueurs, ça a facilité mon intégration. Je suis content d’être rentré et ça se passe plutôt bien. J’ai été très longtemps au FC Metz, donc je connais déjà tout ici. C’est facile de me réadapter à ma région. Ce qui me manquait, c’était surtout ma famille, que je ne voyais presque pas. Là, je suis à 30 minutes de chez moi, donc c’est facile d’y retourner.

Et sportivement, une victoire contre Angers demain et la question de la montée serait réglée, non ?
Ce n’est pas que ce sera dans la poche, car même si on gagne à Angers, il restera huit gros matchs. Le principal objectif, c’est bien sûr la montée, mais on aimerait allier ça avec le titre de champion. Il faudra jouer les huit derniers matchs comme des finales.

Quelles sont les principales différences entre la Ligue 2 et la Segunda Liga (D2 portugaise) ?
En D2 portugaise il y a six équipes qui sont des réserves de clubs pros, donc c’est plutôt pas mal, mais le reste est assez faible quand même. Les principaux clubs comme Porto, Benfica ou le Sporting jouent plus au ballon, alors que certains clubs de D2 n’y jouent pas du tout. Ça dépend vraiment d’un club à l’autre.

Comment se sont passés tes premiers mois seul à Porto, à 17 ans ?
Au tout début, j’étais à l’internat pour faciliter mon intégration, pour que je m’adapte à mon nouvel environnement et ça s’est très bien passé. Il y a des personnes qui ont facilité mon intégration. Franchement, ça s’est très bien passé, alors que j’avais peur au début. J’étais plutôt content de ça.

Et en dehors du foot, tu t’occupais comment ?
Déjà, il y a la plage, donc quand il faisait beau, on allait tout de suite se promener ou boire un jus au bord de la mer. Ça donne tout de suite des allures de vacances. Quand il fait beau, il n’y a que ça à faire.

Dans la vie quotidienne, certaines choses t’ont manqué ?
Au niveau de la nourriture, je n’étais pas très fan des spécialités portugaises, mais c’est comme tout, j’ai dû m’adapter à ça aussi. Même si la morue et les trucs comme ça, je ne suis pas trop fan.

La langue n’a pas été une barrière au début ?
Pour apprendre le portugais, au début je suis allé à l’école, mais j’ai vite arrêté parce qu’ils m’avaient mis dans une vraie classe de Portugais, comme si j’étais un élève de là-bas. Je ne comprenais rien du tout, donc au bout d’une semaine, j’ai arrêté. Après j’ai appris tout seul, en parlant avec les joueurs et le staff au quotidien. J’étais bien obligé d’apprendre pour faciliter les choses. C’est venu très rapidement et j’étais content de ça aussi.

Eliaquim Mangala t’a aidé un peu ?
Quand je m’entraînais avec le groupe pro, c’est vrai qu’on parlait bien, mais après je n’étais pas tous les jours avec lui non plus. Mais c’est une très bonne personne et quand il peut aider les gens, il le fait volontiers.

Les jeunes que tu as connus à Porto ont les mêmes centres d’intérêt que les Français de leur âge ?

Moi, tous mes amis sont en France et, au début, je ne parlais pas portugais, donc c’était un peu difficile de faire des choses avec mes nouveaux coéquipiers. Mais avec le temps, quand j’ai appris la langue, je me suis vraiment fait de bons amis là-bas que j’espère revoir un jour, pendant mes vacances ou ailleurs.

Parmi tes coéquipiers, tu as repéré des talents dont on va bientôt entendre parler ?
Au Portugal, il y a beaucoup de jeunes qui viennent d’Amérique du Sud. Ils recrutent vachement tôt. C’est pour ça qu’il y a beaucoup de jeunes talents au FC Porto. J’en ai vu pas mal. Des très, très jeunes même.

C’est comment alors de s’entraîner avec Hulk, Jackson Martínez, Lucho González, Moutinho, etc ?
Je me suis entraîné pas mal de fois avec eux et, au début, j’étais un peu impressionné. Mais justement, il ne faut pas leur montrer qu’on est impressionné. Quand j’arrivais à l’entraînement, je n’allais pas dire que j’étais impressionné, même si dans ma tête je le pensais. Mais ce sont vraiment de très gros joueurs. Hulk et Moutinho m’ont vraiment impressionné. James Rodríguez aussi. Et puis un jeune aussi, Juan Quintero. Il est vraiment très, très fort. Il est colombien et ils le surnomment « le nouveau James Rodríguez » .

Et quand tu es un jeune du FC Porto, tu as des petits privilèges en ville ?
Les gens suivent beaucoup le club et ils connaissent tout le monde, même les joueurs de 17 ans. À Porto, les gens m’arrêtaient souvent pour une photo, en ville, au centre commercial ou quand on allait au stade.


Propos recueillis par Axel Bougis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17