1. //
  2. // Major League Soccer
  3. // Doublé de Giovinco

Vine : le doublé de Giovinco

14 14
Enfin ! L'éternel espoir du football italien, Sebastian Giovinco, a enfin débloqué son compteur buts en Major League Soccer. Ce dimanche soir, alors que Toronto se déplaçait sur la pelouse du FC Dallas dans le cadre de la septième journée de MLS, l'ancien joueur de la Juventus a même inscrit un doublé.

Menés 3 buts à 0 à dix minutes du terme, les Canadiens ont dû s'en remettre à l'Italien, qui n'est toutefois pas parvenu à arracher le match nul tout seul.

Un premier but tout en finesse.



Et un coup franc soyeux.



Propre. GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 16
et beh, on peut dire qu'il se régale le mec!

et sinon, comment se fait il que ces vines sont d'une super qualité ? c'est des valeurs qui se perdent là, nous on veut du vine qui saccade au moment du dribble et qui cadre 25% de l'écran grand maximum !
Le premier but rappelle ceux qu'il inscrivait à l'époque où il évoluait en under 21; le second, les seuls qu'il était encore capable de marquer, ces derniers temps, exclusivement (ou presque) sur phase arrêtée.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Note : 1
Quel gâchis. Si ce joueur n'avait pas été italien, il aurait certainement eu une meilleure carrière. Je m'enflammais peut-être un peu à l'époque, mais je pensais vraiment qu'on tenait avec lui le nouveau joueur frisson italien, après Roberto Baggio, Francesco Totti et Alessandro Del Piero. Je n'ai pas trop suivi sa carrière par la suite, mais comment se fait-il qu'à 28 piges il se retrouve déjà en MLS ? C'est quoi ce destin à la Ben Arfa ? Si quelqu'un en sait plus, ce serait cool d'éclairer ma lanterne. Sinon Eric Maggiori veut pas se dévouer pour un petit articlounet sur le joueur ?
flemmardo Niveau : CFA2
Message posté par didier gomis
et beh, on peut dire qu'il se régale le mec!

et sinon, comment se fait il que ces vines sont d'une super qualité ? c'est des valeurs qui se perdent là, nous on veut du vine qui saccade au moment du dribble et qui cadre 25% de l'écran grand maximum !


tu m'as tué
Il avait déjà scoré contre Chicago, ça prenait deux secondes à vérifier.
Lepetitprince Niveau : DHR
Message posté par didier gomis
et beh, on peut dire qu'il se régale le mec!

et sinon, comment se fait il que ces vines sont d'une super qualité ? c'est des valeurs qui se perdent là, nous on veut du vine qui saccade au moment du dribble et qui cadre 25% de l'écran grand maximum !


C'est assez simple, ce ne sont pas des Vine mais des gifs. Tout va bien du coup !
M'six au lard Niveau : District
Message posté par didier gomis
et beh, on peut dire qu'il se régale le mec!

et sinon, comment se fait il que ces vines sont d'une super qualité ? c'est des valeurs qui se perdent là, nous on veut du vine qui saccade au moment du dribble et qui cadre 25% de l'écran grand maximum !


t'inquiète, chez moi les valeurs sont pas perdues, j'ai le son en boucle et l'image qui bouge pas.

Merci Vine !
@Attaque-défonce

Ton pseudo m'a fait sourire.
Giovinco, c'est l'histoire d'un talent brut qui a littéralement assommé les équipes de jeunes d'Italie. Centre de gravité bas, une technique sublime, tout en rapidité d'exécution et malice, un pied droit magique, c'était un Messi droitier. Et quel tireur de coup franc.

Il a explosé au Empoli, en prêt, par la Juve. Après une année brillante autant en terme d'influence dans le jeu que dans les stats, avec un rôle à la Del Piero en second attaquant, il revient dans la Juve de Ranieri, avec beaucoup d'espoir suscité chez les supporters qui n'attendaient que ca (un amour inconditionnel qui dura jusqu'à la fin, sauf vers la fin, ou il y aura un mélange d'agacement et de déception, mais on y reviendra). Donc la Juve, qui n'a qu'une année de Série a dans les jambes. Il se fait remarquer, avec de bonnes rentrées. Mais pas assez pour déloger un Del Piero qui vit une seconde jeunesse (troisième?). Surtout qu'il est appelé à devenir le successeur de Del Piero. Mais ce dernier prend trop de place: il est ce que Totti, Gerrard, ont été pour leurs clubs: des légendes qui brillent parfois, qui monopolisent le jeu de leur équipe par leur aura naturelle, leur capacité à être décisif, et qui sans reellement le realiser, sclérosent finalement la croissance de leur équipe, l'empêche de s'émanciper, d'avancer. On parle souvent de l'apport technique de ces joueurs , mais on oublie souvent à quel point ils empêchent l'éclosion des jeunes joueurs et de leur équipe (les Gunners qui déclaraient être devenus plus matures suite au départ de Henry) lorsqu'ils n'acceptent pas de laisser la place (qui oserait les mettre sur le banc? Conte fera mieux: il fera en sorte que Del Piero, son ancien coéquipier, ne renouvelle pas son contrat).

Il est prêté à Parme, ou on il lui fait confiance: il devient l'élément central de l'équipe. À nouveau, dans une équipe avec moins de pression, plus de confiance, d'amour et de responsabilités , en étant considère comme le joueur clé de l'équipe, il brille. À la fin de la saison , la moitié du joueur est vendue.

Après une autre très bonne année, sa moitié est rachetée par la Juve de Conte, version 2ème année. Problème, à nouveau, un mélange entre manque de confiance, pression, son duo avec Vucinic est inefficace en terme de buts.

Après ça il est baladé, (on le faisait jouer ailier, et enfermer Giovinco sur une aile quand il cherche à être un électron libre, c'est le brider je pense, et avec le 3-5-2 rigide de Conte, peu de chance qu'il aille faire un promenade sur l'autre aile), manque ses rentrées en jeu, il est constamment bousculé, et chaque balle qui tombe dans ses pieds finit par une chute, sa vitesse ne fait même plus la différence pcq il n'est pas assez costaud. Et on se dit que peut-être qu'il manquait de rigueur en tant que pro, quand on voit qu'il n'a jamais gagné la confiance de Ranieri, Ferrara, et Conte.

Mais ce qui est sur, et c'est sûrement un domaine que le football creusera de plus en plus, la psychologie du joueur n'était pas adaptée à la pression et la conurrence du très haut
niveau. Un talent brut peut être plus rare en Italie que dans les pays latinos, qui n'était peut être qu'un de ces gamins excellents dans des clubs à moindre pression mais qui n'avaient ni le mental ni l'envie de devenir encore meilleur (l'histoire classique du talent qui se repose sur ses lauriers peut être? ).

C'est la qu'on voit à quel point un Messi peut être monstrueux.
Parenthèse à part, il est parti en MLS, à nouveau dans un environnement à moindre pression et d'un niveau plus faible dans lequel il peut briller sans trop d'effort.

Finalement, la Formica Atomica n'a fait que fermer la boucle.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 2
Message posté par Plop
@Attaque-défonce

Ton pseudo m'a fait sourire.
Giovinco, c'est l'histoire d'un talent brut qui a littéralement assommé les équipes de jeunes d'Italie. Centre de gravité bas, une technique sublime, tout en rapidité d'exécution et malice, un pied droit magique, c'était un Messi droitier. Et quel tireur de coup franc.

Il a explosé au Empoli, en prêt, par la Juve. Après une année brillante autant en terme d'influence dans le jeu que dans les stats, avec un rôle à la Del Piero en second attaquant, il revient dans la Juve de Ranieri, avec beaucoup d'espoir suscité chez les supporters qui n'attendaient que ca (un amour inconditionnel qui dura jusqu'à la fin, sauf vers la fin, ou il y aura un mélange d'agacement et de déception, mais on y reviendra). Donc la Juve, qui n'a qu'une année de Série a dans les jambes. Il se fait remarquer, avec de bonnes rentrées. Mais pas assez pour déloger un Del Piero qui vit une seconde jeunesse (troisième?). Surtout qu'il est appelé à devenir le successeur de Del Piero. Mais ce dernier prend trop de place: il est ce que Totti, Gerrard, ont été pour leurs clubs: des légendes qui brillent parfois, qui monopolisent le jeu de leur équipe par leur aura naturelle, leur capacité à être décisif, et qui sans reellement le realiser, sclérosent finalement la croissance de leur équipe, l'empêche de s'émanciper, d'avancer. On parle souvent de l'apport technique de ces joueurs , mais on oublie souvent à quel point ils empêchent l'éclosion des jeunes joueurs et de leur équipe (les Gunners qui déclaraient être devenus plus matures suite au départ de Henry) lorsqu'ils n'acceptent pas de laisser la place (qui oserait les mettre sur le banc? Conte fera mieux: il fera en sorte que Del Piero, son ancien coéquipier, ne renouvelle pas son contrat).

Il est prêté à Parme, ou on il lui fait confiance: il devient l'élément central de l'équipe. À nouveau, dans une équipe avec moins de pression, plus de confiance, d'amour et de responsabilités , en étant considère comme le joueur clé de l'équipe, il brille. À la fin de la saison , la moitié du joueur est vendue.

Après une autre très bonne année, sa moitié est rachetée par la Juve de Conte, version 2ème année. Problème, à nouveau, un mélange entre manque de confiance, pression, son duo avec Vucinic est inefficace en terme de buts.

Après ça il est baladé, (on le faisait jouer ailier, et enfermer Giovinco sur une aile quand il cherche à être un électron libre, c'est le brider je pense, et avec le 3-5-2 rigide de Conte, peu de chance qu'il aille faire un promenade sur l'autre aile), manque ses rentrées en jeu, il est constamment bousculé, et chaque balle qui tombe dans ses pieds finit par une chute, sa vitesse ne fait même plus la différence pcq il n'est pas assez costaud. Et on se dit que peut-être qu'il manquait de rigueur en tant que pro, quand on voit qu'il n'a jamais gagné la confiance de Ranieri, Ferrara, et Conte.

Mais ce qui est sur, et c'est sûrement un domaine que le football creusera de plus en plus, la psychologie du joueur n'était pas adaptée à la pression et la conurrence du très haut
niveau. Un talent brut peut être plus rare en Italie que dans les pays latinos, qui n'était peut être qu'un de ces gamins excellents dans des clubs à moindre pression mais qui n'avaient ni le mental ni l'envie de devenir encore meilleur (l'histoire classique du talent qui se repose sur ses lauriers peut être? ).

C'est la qu'on voit à quel point un Messi peut être monstrueux.
Parenthèse à part, il est parti en MLS, à nouveau dans un environnement à moindre pression et d'un niveau plus faible dans lequel il peut briller sans trop d'effort.

Finalement, la Formica Atomica n'a fait que fermer la boucle.


beau commentaire qui résume tout à fait la carrière italienne de Giovinco. Merci
@Plop Bon résumé, mais je souhaite apporter une explication à sa carrière turinoise gâchée.

Déjà, lors de son premier passage à la Juve après Empoli, ses entrées en jeu furent plus que correctes, mais la vieille légende qu'il n'a pas su déloger n'était pas italienne, mais plutôt tchèque, Monsieur Nedved sur l'aile gauche. Car oui, Giovinco a commencé et excellé en tant qu'ailier, son poste de prédilection. Il avait énormément d'espace pour exploiter au mieux sa qualité de dribbles et sa vitesse. Sans oublier sa vision de jeu largement au dessus de la moyenne. Et à ce moment là, la pression, il ne connaissait pas trop. Il rentrait sur le terrain en CL contre Chelsea et n'hésité pas à humilier Essien et autres avec petits ponts et feinte de corps fatale (d'ailleurs on a plus entendu parler d'Essien depuis LOL).

Bref, à Parme, il devient le leader technique de l'équipe. Sauf qu'il est tellement au dessus du lot, que l'entraîneur lui laisse la pointe de l'attaque, mais toujours en électron libre. Ce qui lui permit encore de pouvoir exploiter ses qualités (voir ses buts à Parme).

Quand Conte le rappela, Seba a pris goût au but, ils décidèrent ensemble de le laisser à la pointe de l'attaque, dans son 3-5-2 qui plus est. La grosse erreur de sa carrière.
Sous pression oui, mais celle des défenseurs d'1m90 dans son dos, il n'a plus l'espace, il ne fait que provoquer quelques coup-francs qu'il ne peut même plus conclure lui même (Del Piero et Pirlo, normal ...). Perte de confiance, un poste qui n'est pas le sien, même plus l'occasion de faire quelques passes décisives.

Manque de temps de jeu par la suite (et à juste titre malheureusement ...), il cherche à se renouveler en MLS, sous l'influence énorme de son agent qui a surtout vu le titre du joueur italien le mieux payer (on fait 50-50 ?) comme seul argument de poids.

Voilà pour moi les quelques explications du dérapage de carrière. Si l'on ajoute en plus les quelques poteaux et barres touchés qui l'ont empêché assez souvent de se montrer à des moments décisifs ...

Finalement, la Formica ne peut pas porter 1 000 fois son poids.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 14