Vincent Labrune et l’OM en dix dates

Mal aimé, l’annonce de son départ a sonné pour l’instant comme la seule bonne nouvelle de l’été pour les supporters marseillais. Il faut dire que le parcours de Vincent Labrune à l’OM a été tumultueux. Le moins que l’on puisse dire.

Modififié
1k 40

1er avril 2003 : VLB communication


Après avoir travaillé pendant presque dix ans dans le monde de la télé, à France Télévisions, puis à Réservoir Prod (la société de production de Jean-Luc Delarue), Vincent Labrune crée sa propre entreprise : VLB communication. L’un de ses premiers clients, c’est Robert Louis-Dreyfus. Il a rencontré l’actionnaire majoritaire de l’OM quelques mois auparavant. RLD est en fait l’ami d’un ami d’un ami de Jean-Luc Delarue. Labrune devient son chargé de communication, et son porte-parole.

11 janvier 2008 : Président du conseil de surveillance


De plus en plus proche de l’homme d’affaires, Vincent Labrune est peu à peu intégré à l’organigramme du club. Il est nommé par RLD président du conseil de surveillance de l’OM, en lieu et place de Medhi El Glaoui, en poste depuis cinq ans. En conflit direct avec Pape Diouf, Labrune fait tout pour l’évincer. Il aurait organisé des réunions du conseil à Paris, et utiliser les absences de Pape Diouf à ces réunions pour convaincre RLD de le mettre à la porte. Il obtient gain de cause en 2009.

4 juillet 2009 : La mort de RLD


L’actionnaire majoritaire historique du club est mort. Sa veuve, Margarita, reprend donc les rênes du club, et se repose encore plus sur Vincent Labrune. En deux ans, le pouvoir de ce dernier ne cesse de s’accroître. Il est l’homme de confiance de l’empire Louis-Dreyfus. Il assure le relais entre le club et l’actionnaire afin de garantir les intérêts de MLD.

9 juin 2011 : Président de l’OM


Au printemps 2011, c’est lui qui négocie la prolongation du contrat de Didier Deschamps, et pas Jean-Claude Dassier, le président du club. C’est donc sans surprise qu’il est nommé président de l’OM quelques semaines plus tard. La première décision du nouveau président est de remplacer le directoire et le conseil de surveillance par un conseil d’administration, toujours dans l’intérêt de MLD, pour lui faciliter le contrôle financier.

2 juillet 2012 : Le départ inévitable de Deschamps


Le bilan de la première saison de Vincent Labrune : une dixième place en championnat et un entraîneur (Didier Descchamps) et un directeur sportif (José Anigo) qui se déchirent sur la place publique. Résultat, la Desch’ quitte l’OM fâché pour reprendre l’équipe de France. Quelques mois plus tard, DD n’y va pas de main morte avec Vincent Labrune, à qui il reproche son inaction dans le conflit avec Anigo.

6 avril 2013 : Pas les pieds sur Terre


Lors de la saison 2012-2013, l’OM d’Élie Baup joue mal, mais l’OM d’Élie Baup gagne tous ses matchs 1-0 et termine deuxième du championnat derrière le PSG. Suffisant pour faire tourner la tête de Vincent Labrune. « Dans ce contexte financier et sportif, en occupant la 2e place au classement, l’OM est en train d’écrire l’une des plus belles pages sportives de l’histoire du club depuis sa victoire en Ligue des champions en 1993. » Et le titre juste avant que tu arrives, Vincent ?

1er août 2013 : Le fameux projet Dortmund


Cette deuxième place lui a décidément donné des ailes. Juste avant la reprise, Labrune expose sa tactique dans les colonnes de L’Équipe pour concurrencer le PSG. « L’exemple à suivre, c’est Dortmund. Dortmund a été champion d’Allemagne alors qu’il n’avait pas les moyens du Bayern Munich pour recruter » . Il entend recruter de jeunes joueurs talentueux à très fort potentiel, pour ensuite les revendre à prix d’or. Thauvin, Lemina, Imbula, Mendy et dans une moindre mesure Payet feront partie de cette stratégie. Un « projet Dortmund » qui lui attirera bien des moqueries pendant longtemps.

2 mai 2014 : La signature de Marcelo Bielsa


Sous le feu des critiques après la mauvaise saison de l’OM, Labrune sort une carte sublime pour calmer les supporters : Marcelo Bielsa. Rapidement, le jeu flamboyant du coach argentin comble les fans. Mais Labrune ne peut même pas profiter de ce regain d’amour. « Le bilan de ce mercato est négatif. Je crois que le président m’a fait des promesses qu’il savait qu’il ne tiendrait pas » , déclare El Loco dès le mois de septembre. Finalement, il terminera quatrième et quittera le club d’un coup dans une atmosphère nauséabonde. Un départ, conjugué à ceux des joueurs cadres (Ayew, Gignac, Payet, Imbula, Morel, Fanni), que ne pardonneront jamais les supporters.

2 avril 2015 : La guéguerre avec Aulas


Le 2 avril 2015, Vincent Labrune dépose un dossier ultra–complet sur le bureau de la FFF. Depuis quelques jours, il a chargé son service juridique de compiler tous les débordements de Jean-Michel Aulas envers l’arbitrage ces seize dernières années. « Il est grand temps que ces agissements néfastes soient stoppés et sévèrement sanctionnés. » Une guéguerre bien saoulante qui s’est accentuée avec le but refusé à Lucas Ocampos et qui va continuer encore pendant plusieurs mois.

10 avril 2016 : La partie de billard


La saison 2015-2016 de l’Olympique de Marseille est une véritable catastrophe. En urgence, Labrune a dû enrôler Michel pour pallier le départ de Bielsa, et la mayonnaise n’a jamais pris. Les supporters ont complètement lâché devant les piètres performances de l’OM, englué dans les bas-fonds du classement, et incapable de gagner au Vélodrome. Le 10 avril, après une énième déconvenue à domicile et un 0-0 dégueulasse contre Bordeaux, Labrune passe la nuit avec quelques proches dans le salon présidentiel à jouer au billard. De quoi rendre fous les supporters. Un expert de la communication, on vous dit.

Par Kevin Charnay
Modifié

Dans cet article

Note : 1
Wow l'accord du participe passé... Ca pique les yeux
"peu à peu intégrer à l’organigramme du club. Il est nommé par RLD président du conseil de surveillance de l’OM, en lieu et place de Medhi El Glaoui, en poste depuis cinq ans. En conflit direct avec Pape Diouf, Labrune fait tout pour l’évincer. Il aurait organiser des réunions du conseil à Paris, et utiliser les absences de Pape Diouf à ces réunions pour convaincre RLD de le mettre à la porte. "

Je m'arrête là, les fautes grossières ont eu raison de moi
Note : 1
Plusieurs points.

- La vraie très grosse erreur, c'est sa gestion du conflit Deschamps Anigo. La, il a grave merdé. Toutefois, je pense que DD ne serait de toutes manières pas resté à l'OM par la suite au vu des moyens en très forte baisse qu'il aurait eu.

Pour rappel, en arrivant, DD obtient de Dassier (complètement irresponsable sur le coup) des moyens monstrueux, qui créent l'ingérable masse salariale qui plombera les comptes. Je ne vois pas comment DD aurait accepté de gérer la saison qu'a réussie (rappel) Baup. Il serait parti.

- Le "projet Dortmund", je trouve qu'on se trompe de procès. L'idée en elle même, face à un PSG tout puissant, était cohérente, logique. Et si Belsa fini 3ème, Labrune aurait pu continuer de la mettre en oeuvre. Faut pas confondre "une bonne stratégie qui n'a pas marché" avec "une mauvaise stratégie".

- La "partie de billard", un autre putain de faux procès. Le mec se retrouve enfermé dans une pièce avec 10 collaborateurs, parce que dehors tout est bloqué pour cause de sécurité et que le public veut le lincher. Chercher un moyen de détendre l'atmosphère dans une ambiance pareille où tu es entouré de 10 mecs en pleine angoisse, ça parait foutrement logique.

Le truc qui me manque, perso, c'est du détail du pourquoi de l'inimitié Labrune / Diouf. Car au moment où Labrune fait évincer Diouf, il ne brigue alors pas la présidence. Alors, pourquoi le fait-il? Théorie la plus plausible selon moi: pour servir les intérêts de MLD qui ne voulais plus d'un président aussi "fort" et installé à la tête du club, mais voulais un fidèle.

Ses autres erreurs pour moi:
- La gestion du départ de Baup. Alors oui il s'est ensuite donné le temps, en mettant Anigo, de bâtir le projet Bielsa. Mais l'enchainement soutient / prolongation à Baup puis limogeage express à un moment où, sans être au top, on était pas non plus au fond du trou, ça nous a coûté cher.
- Le choix de Michel. Une vraie grosse erreur de casting. Les conditions n'étaient certes pas simples, mais c'est un putain d'échec.

Le truc moche pour lui c'est qu'il a passé beaucoup de temps à ne bosser que pour le cahiers des charges de MLD, mais celle-ci l'a mis dans la merde sur le dossier Bielsa (c'est Igor Levin qui cause le départ de Bielsa en intervenant sur demande de MLD), puis en ne pardonnant pas la sortie de route totale de la dernière année.

Donc non seulement le mec va partir en étant ennemi public n°1 du "milieu" marseillais, masi en plus en étant désavoué de celle pour qui il s'est battu.

En retraçant tout le parcours, je me dis quand même qu'à 3 points près au classement sous Bielsa, on serait peut être aujourd'hui dans une situation totalement différente.
Les gars, vous faites un top 10 sans mentionner le cultissime transfert de Mahrez parce que Labrune n'est pas un gogo ?
Mehmet Scholl Niveau : Loisir
Par Kevin Charner
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
A la base j'étais au fond du trou après avoir cliqué sur la brève concernant l'arrivée de Njie, mais ce 2ème paragraphe avec 3 ou 4 verbe avec des "er" qui piquent les yeux m'a achever (^^).

Bref j'ai ragequit les 10 dates
tacle_tibia Niveau : Ligue 1
Son seul vrai souci. C est de ne pas avoir su reconduire Bielsa.
On lui aurait presque tout pardonné.
Son projet dortmund-porto-monaco n etait pas si con.
Naïf dans l exécution mais pas inintéressant dans la logique.
Note : 1
@ Tacle Tibia,

Le cas bielsa en résumé:

1) VLB et Bielsa se rencontrent. Ils se mettent péniblement d'accord sur les modifs à apporter au contrat. Labrune voulant absolument le garder, il accède à pas mal de requêtes. Il demande alors à son directeur général, Philippe Perez, de rédiger le contrat et fixe à Bielsa un rdv avec Pérez pour cela

2) Satisfait, Bielsa explique en conf de presse que tout est ok, et que l'OM, son président et son actionnaire ont fait de gros efforts.

3) Margarita, qui n'a absolument pas digéré l'échec de la saison écoulée (finir 4ème et rater la LDC et ses revenus alors qu'elle avait consentis d'énormes éfforts financiers pour Bielsa, sur reco de Labrune), ne l'entends pas de cette oreille, et demande Igor Lievin d'aller au rdv et de remettre en question les points accordés par Labrune au précédent rdv.

4) Bielsa se pointe face à Pérez et alors qu'il croit n'avoir qu'à signer, se retrouve face à Lievin qui la lui fait à l'envers. Il ne dit presque rien de tout le rdv mais prends sa décision: ce retournement de veste, il ne le tolère pas. VLB apprend que Lievin est venu au rdv. Il s'inquiète mais on le débriefe: "Bielsa na rien dit".

5) A l'issue du match face à Caen (un classique Bielsa, on domine à mort, Caen marque sur l'une de ses 2 seules occasions alors qu'on plante rien en 7 occasions franches), Bielsa démissionne. Labrune ne comprend qu'à moitié. La cassure avec MLD est actée.

Accabler Labrune de pas avoir su garder Bielsa, donc, à mes yeux, bof.
Note : -4
Je ne serais pas aussi dur que certains avec le bilan de Labrune.

Il a fait des erreurs mais il a aussi réalisé de très bonne choses.

Pour moi ses principales erreurs auront été la prolongation de Baup après sa 2ème place miraculeuse et le choix de Michel qui était une aberration dès le début pour moi (Spaletti et Montella étaient intéressés).

Si on regarde au global, on ne peut pas dire que les résultats sportifs auront été à la hauteur des ambition de l'OM mais je pense qu'il a certaines circonstances atténuantes.

Labrune n'a jamais pu commencé un cycle vertueux (qui passes par une qualification directe en LDC). Le seul moment ou ce cycle aurait pu débuter s'est fait avec pour entraineur Baup, c'était impossible qu'il finisse à nouveau 2ème, ce n'était pas assez bon entraineur pour cela.

Pour certains qui veulent comparer son bilan à celui de Diouf, il faut tout de même préciser certaines choses. Quand Diouf dirigeait l'OM :
- Il n'y avait ni PSG ni Monaco, la 1ème place était donc jouable.
- Le barrage que devait effectuer le 3ème de L1 pour aller en poules de LDC était complètement différent, 32 clubs s'affrontaient alors que maintenant cela se joue entre les 3/4ème des 10 plus grands championnats, ce qui ne permet pas au clubs de L1 d'être tête de série et donc fait qu'ils se tapent souvent un adversaire bien supérieur.

Sous Diouf, l'OM avec un effectif potable avait 80% de chances de se qualifier en poules de LDC, le club pouvait donc intégrer les 30/40M d'€ de LDC dans son budget (les rare fois ou le club ne serait pas en LDC pouvaient être compensées avec des ventes). Sous Labrune, la situation étant complètement différente (seule la 2ème place est accessible et qualificative pour les poules) ce qui fait que l'OM n'avait plus que 20% de chances de se qualifier en LDC, l'OM ne pouvait donc plus intégrer ces 30/40M d'€ à son budget et a donc du largement dégraisser/revoir sa politique salariale. Et forcément, c'est toujours très compliqué de réduire ses charges financières sans trop réduire les performances du sportif.
number 13 baby Niveau : CFA2
La vrai dégringolade de l'OM commence avec le licenciement de Pape.
Un mec qui avait du charisme, du pif, et une grosse cote de sympathie auprès des joueurs et du public.
C'est d'ailleurs grâce à sa politique que Dassier est champion l'année d'après...

Tout le reste c'est de la poudre aux yeux. Du bricolage avec trois bouts de ficelle et des opérations de com que lui même savait incohérente et/ou impossible à mettre en oeuvre dans le contexte de l'époque.
Note : -1
Message posté par number 13 baby
La vrai dégringolade de l'OM commence avec le licenciement de Pape.
Un mec qui avait du charisme, du pif, et une grosse cote de sympathie auprès des joueurs et du public.
C'est d'ailleurs grâce à sa politique que Dassier est champion l'année d'après...

Tout le reste c'est de la poudre aux yeux. Du bricolage avec trois bouts de ficelle et des opérations de com que lui même savait incohérente et/ou impossible à mettre en oeuvre dans le contexte de l'époque.


Diouf a certes réalisé de bonnes choses, relancé le club mais il a surtout bénéficié de conditions extrêmement favorables qui lui ont permis de pouvoir se qualifier sans trop de soucis chaque année en LDC (voir mon post plus haut pour plus de détails).

Labrune, si il n'avait pas eu à chaque début d'exercice à trouver 20/30M d'€, il aurait sans doute pu mener le club bien plus haut.

Beaucoup l'oublient mais sous Diouf la politique de recrutement était catastrophique. Pour rappel :
- Ben Arfa
- Bakari Koné
- Brandao
- Hilton
- Cissé
- Ziani
- Granic
- Kaboré
- Zubar
- M'Bami
- Cesar
- Gimenez...

Ca fait quand même bcp d'erreurs de casting pour au final peu de bon coups (Niang, Cana, Valbuena, Maoulida, Pagis, Cheyrou) qui n'auront pas en plus généré de grosse plus value au club.
la grammaire de cet article m'a tuER
number 13 baby Niveau : CFA2
Message posté par rty
Je ne serais pas aussi dur que certains avec le bilan de Labrune.

Il a fait des erreurs mais il a aussi réalisé de très bonne choses.

Pour moi ses principales erreurs auront été la prolongation de Baup après sa 2ème place miraculeuse et le choix de Michel qui était une aberration dès le début pour moi (Spaletti et Montella étaient intéressés).

Si on regarde au global, on ne peut pas dire que les résultats sportifs auront été à la hauteur des ambition de l'OM mais je pense qu'il a certaines circonstances atténuantes.

Labrune n'a jamais pu commencé un cycle vertueux (qui passes par une qualification directe en LDC). Le seul moment ou ce cycle aurait pu débuter s'est fait avec pour entraineur Baup, c'était impossible qu'il finisse à nouveau 2ème, ce n'était pas assez bon entraineur pour cela.

Pour certains qui veulent comparer son bilan à celui de Diouf, il faut tout de même préciser certaines choses. Quand Diouf dirigeait l'OM :
- Il n'y avait ni PSG ni Monaco, la 1ème place était donc jouable.
- Le barrage que devait effectuer le 3ème de L1 pour aller en poules de LDC était complètement différent, 32 clubs s'affrontaient alors que maintenant cela se joue entre les 3/4ème des 10 plus grands championnats, ce qui ne permet pas au clubs de L1 d'être tête de série et donc fait qu'ils se tapent souvent un adversaire bien supérieur.

Sous Diouf, l'OM avec un effectif potable avait 80% de chances de se qualifier en poules de LDC, le club pouvait donc intégrer les 30/40M d'€ de LDC dans son budget (les rare fois ou le club ne serait pas en LDC pouvaient être compensées avec des ventes). Sous Labrune, la situation étant complètement différente (seule la 2ème place est accessible et qualificative pour les poules) ce qui fait que l'OM n'avait plus que 20% de chances de se qualifier en LDC, l'OM ne pouvait donc plus intégrer ces 30/40M d'€ à son budget et a donc du largement dégraisser/revoir sa politique salariale. Et forcément, c'est toujours très compliqué de réduire ses charges financières sans trop réduire les performances du sportif.


Sous Diouf, pas de PSG, ni de Monaco.

Mais L'OL était encore la(2005/06 !!), en fin de cycle à la fin de son mandat, mais encore la. Il y avait le Bordeaux quasi intouchable de Blanc, avec Courcuff qui marche sur l'eau et le Lille de Puel pendant cette période aussi qui était bien relou à jouer.

Chacun a eu à affronter des problèmes différents, certains avec réussite, d'autres non....
Message posté par Phil...
@ Tacle Tibia,

Le cas bielsa en résumé:

1) VLB et Bielsa se rencontrent. Ils se mettent péniblement d'accord sur les modifs à apporter au contrat. Labrune voulant absolument le garder, il accède à pas mal de requêtes. Il demande alors à son directeur général, Philippe Perez, de rédiger le contrat et fixe à Bielsa un rdv avec Pérez pour cela

2) Satisfait, Bielsa explique en conf de presse que tout est ok, et que l'OM, son président et son actionnaire ont fait de gros efforts.

3) Margarita, qui n'a absolument pas digéré l'échec de la saison écoulée (finir 4ème et rater la LDC et ses revenus alors qu'elle avait consentis d'énormes éfforts financiers pour Bielsa, sur reco de Labrune), ne l'entends pas de cette oreille, et demande Igor Lievin d'aller au rdv et de remettre en question les points accordés par Labrune au précédent rdv.

4) Bielsa se pointe face à Pérez et alors qu'il croit n'avoir qu'à signer, se retrouve face à Lievin qui la lui fait à l'envers. Il ne dit presque rien de tout le rdv mais prends sa décision: ce retournement de veste, il ne le tolère pas. VLB apprend que Lievin est venu au rdv. Il s'inquiète mais on le débriefe: "Bielsa na rien dit".

5) A l'issue du match face à Caen (un classique Bielsa, on domine à mort, Caen marque sur l'une de ses 2 seules occasions alors qu'on plante rien en 7 occasions franches), Bielsa démissionne. Labrune ne comprend qu'à moitié. La cassure avec MLD est actée.

Accabler Labrune de pas avoir su garder Bielsa, donc, à mes yeux, bof.


Yap, c est bien de le rétablir. Labrune a bcp merdé sur pas mal de truc et c'est à la mode de le couler pour mieux encenser Diouf (pas non plus exempte de casserole) mais sur ce coup là, c'est MLD qui l'a mise à l'envers à la fois à Biesla et à Labrune. Après, paris Michel de Labrune qui s'est révélé catastrophique. Mais vraiment dommage de ne pas avoir eu Biesla une seconde année en France, Labrune avait étonnamment bien gérer ce dossier (certes en se pliant devant Biesla, au moins il avait compris lequel avait le plus besoin de l'autre).

Quant à MLD....si ce qui circule est vrai, à savoir qu'elle n'est plus aussi pressée que cela de vendre l'OM après avoir vendu la moitié de l'équipe et sans rien racheter, ben c'est vraiment une chacale. Je vous vois lutter pour le maintien (j suis nul en prono)
number 13 baby Niveau : CFA2
Message posté par rty
Diouf a certes réalisé de bonnes choses, relancé le club mais il a surtout bénéficié de conditions extrêmement favorables qui lui ont permis de pouvoir se qualifier sans trop de soucis chaque année en LDC (voir mon post plus haut pour plus de détails).

Labrune, si il n'avait pas eu à chaque début d'exercice à trouver 20/30M d'€, il aurait sans doute pu mener le club bien plus haut.

Beaucoup l'oublient mais sous Diouf la politique de recrutement était catastrophique. Pour rappel :
- Ben Arfa
- Bakari Koné
- Brandao
- Hilton
- Cissé
- Ziani
- Granic
- Kaboré
- Zubar
- M'Bami
- Cesar
- Gimenez...

Ca fait quand même bcp d'erreurs de casting pour au final peu de bon coups (Niang, Cana, Valbuena, Maoulida, Pagis, Cheyrou) qui n'auront pas en plus généré de grosse plus value au club.


Ribery - Drogba !!!

Et ces mauvais coup (pas Bernard Fa sérieux, inconstant mais pas un mauvais recrutement)sont aussi du à la tête d’œuf qui vous servait de directeur sportif...

Je reste persuadé qu'en gardant Diouf et en virant Anigo, l'OM ne serait pas autant dans la merde, parce que la progression a été constante pendant toute sa présidence en passant de la 10eme place a podium quasi tout les ans....
Et iul y avait de la concurrence aussi a cette époque...

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
James ou encore ?
1k 40