Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Villas-Boas a une revanche à prendre

Après Lance Armstrong, Michael Schumacher et Ian Thorpe, André Villas-Boas fait son come-back. Pour éviter de se casser la gueule à nouveau, il a choisi un club qui lui correspondait, avec des bons joueurs, pas de vieux et moins de pression. Et comme par hasard, ce club, Tottenham, partage sa haine pour Chelsea. Et si AVB venait de trouver le job qui lui fallait?

Modififié
Meurtri, déshonoré, souillé...Voilà comment devait se sentir André Villas-Boas lorsqu'il a vu Di Matteo mener son Chelsea au titre de champion d'Europe, ce même Chelsea avec qui l'illustre José Mourinho avait auparavant échoué sur la scène continentale. Aussi. Double affront pour le jeune entraîneur : lui et son mentor ont été humiliés par un Italien adepte du catenaccio. C'est presque comme si le Portugal perdait à nouveau face à la Grèce en finale de l'Euro. Des heures, des jours, non, des semaines de mises au point tactiques ont été flinguées par une seule et simple idéologie : la défense à outrance. Villas-Boas, après s'être fait jeter comme une chaussette par Abramovitch, a pleuré et erré en silence. Il se mue en ermite quatre mois durant et interdit quiconque de l'approcher : « Je ne parle pas à la presse étrangère en ce moment » répond-il quand on essaye de lui arracher quelques mots. Pendant ce temps, les grands clubs se bousculent pour lui accorder un come-back : Liverpool, l'Inter, la Roma, São Paulo... C'est finalement Tottenham qui remporte le bras de fer et s'adjuge les services du Portugais pour les trois prochaines saisons.

Une haine mutuelle

Tottenham, Chelsea. Londres d'un côté et...Londres de l'autre. L'attaque et le jeu ouvert chez les Spurs, la défense héroïque et le contre pour les Blues. L'Europa League pour les uns, la Ligue des Champions pour les autres. Presque tout oppose les deux rivaux londoniens à l'approche du coup d'envoi de la saison 2012-2013. Mais une chose réunit Tottenham, ses supporters et leur nouveau manager : la soif de revanche, et l'envie d'en découdre avec Chelsea qui fut leur bourreau l'an passé. Il faut dire qu'aussi bien l'ancienne équipe d'Harry Redknapp qu'AVB ne méritaient pas beaucoup mieux que ce qu'ils ont récolté en 2011-2012. Pour la première, elle a totalement foiré les mois de mars/avril; au point de se faire chiper la dernière place qualificative pour la C1 de manière bien dégueulasse par les Blues. Chose qui ne serait pas arrivée s'ils avaient réussi à accrocher le podium - déconvenue à moitié excusée à cause des nombreuses rumeurs de départ de Redknapp en direction des Three Lions. Pour le second, il a complètement pété un câble : il a essayé de changer les habitudes d'un groupe habitué à jouer d'une certaine manière depuis sept ou huit piges. Mieux, il a voulu partir au clash avec des gars plus vieux et plus balèzes que lui. Résultat, une forme de boycott et de fronde menés par les hommes forts du vestiaire bleu.

Mais comme le petit André est courageux, il reste sur le banc du club d'Abramovitch. Conscients que le bizutage ne fonctionne pas, ses joueurs trouvent la parade : faire semblant d'être des gros nazes. Matchs nuls contre Norwich et Swansea, défaite contre West Bormwich Albion et large déroute à Naples...Tellement énorme que tout le monde pense que le proprio du club va remarquer la farce, mais en fait non. Le magnat russe tombe dans le panneau et Villas-Boas passe à la trappe. Di Matteo réussit son coup d'état, gagne la C1 et fait passer AVB pour un con. Ni plus, ni moins.

Forcément mieux à Tottenham


Après une telle déculottée, on imaginait mal un club de Premier League tenter une nouvelle fois l'expérience Villas-Boas. Tottenham l'a fait, et a en quelque sorte raison d'essayer. D'une parce que le poulain du Mou ne peut pas faire pire, et de deux, car toutes les conditions sont réunies pour qu'il réussisse chez les Spurs. L'effectif de sa nouvelle équipe épouse parfaitement sa conception du football, à savoir un jeu tourné vers l'attaque, avec un pressing haut, des joueurs de couloirs puissants et des milieux qui savent tenir le ballon. A Porto, il avait Hulk, Falcao, Alvaro Pereira, Moutinho, à Tottenham il aura Van der Vaart, Bale, Assou-Ekotto, Parker, peut-être Modric, voire pourquoi pas...Moutinho.

Sans parler de qualité, les deux groupes se ressemblent particulièrement, et, contrairement aux Terry, Lampard & co, les joueurs de Tottenham ne sont pas vieux - à l'exception de Cudicini et Gallas, deux anciens de...Chelsea - et ne maltraiteront pas leur nouveau boss. Ils ne se sentiront pas dépaysés non plus du fait de l'approche tactique de leur nouveau coach. En effet, le jeu offensif est ancré dans les coutumes du club, au moins depuis une quinzaine d'années; David Ginola ne dira pas l'inverse. Cette fois-ci donc, le technicien portugais n'a plus d'excuse ni le droit à l'erreur, car sinon, la brillante carrière qu'on lui prédisait risque vraiment de tourner au vinaigre.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3