1. //
  2. // Gr.A
  3. // Manchester City/Villarreal

Villarreal touché coulé ?

La donne est assez simple, la meilleure attaque d’Europe reçoit la plus mauvaise équipe de ce début de Champions League. Pour continuer à rêver aux huitièmes, le sous-marin jaune doit absolument prendre un point au City Stadium. Autant dire une mission quasi-impossible pour une équipe en pleine dépression…

Modififié
3 0
La question a le mérite d’être posée : mais où est donc passé le Villarreal Club de Futbol ? Quatrième de la dernière Liga avec un football enchanteur, l’autre club de la région de Valence pointe aujourd’hui à une affligeante quatorzième place et sort tout juste d’un triste 0-0 à Getafe. Le constat est évident, le sous-marin jaune nage en eaux troubles, incapable de retrouver le niveau qui était le sien la saison dernière. En coupe d’Europe, c’est encore pire, les hommes de Garrido ont commencé par s’incliner sur leur pelouse face aux Allemands du Bayern Munich (0-2) avant d’aller perdre à Naples (2-0). D’un point de vue mathématique, ça en fait tout simplement la plus mauvaise équipe de cette phase de poules, zéro point, zéro but marqué et quatre buts encaissés. Un classement indigne au vu de son talent et de son potentiel. La double confrontation face au nouveau leader de Premier League arrive tout simplement au pire moment pour Villarreal. Si ce soir, la bande à Rossi ne prend pas au moins le point du match nul, le club espagnol pourra dire adieu à la reine des compétitions continentales.

A bien y regarder, la lente descente aux enfers a une explication. Qui tient en deux mots : Santiago Cazorla. Le champion d’Europe 2008, parti cet été empocher les pétrodollars de Malaga, a laissé un vide immense au sein de son ancienne équipe. Incapable de retrouver le rythme qui était le sien, Villarreal accuse le départ de celui qui était le détonateur de son jeu. Vif, rapide et explosif, le milieu de terrain offensif espagnol manque cruellement. Marco Senna, le Makelele hispano-brésilien de l’épopée austro-suisse, n’est plus capable d’enchainer les matchs, la paire Nilmar-Rossi passe plus de temps aux soins que sur les terrains et sa défense, pourtant menée par le poète champion du monde Carlos Marchena, est d’une lenteur rarement constatée à ce niveau. A tout ça, il faut ajouter la déception Borja Valero, révélation du football espagnol la saison dernière. Surnommé "le magicien", le meneur au crâne chauve semble avoir perdu sa baguette… de chef d’orchestre.

En face, c’est ni plus ni moins qu’un monstre qui se dresse. Manchester City vient de récupérer le Kun Agüero, absent ces dernières semaines pour cause de blessure, et peut compter sur un Dzeko en pleine confiance. Surtout, les Citizens ont dans leurs rangs le joueur le plus en forme du moment, le Canarien David Silva. Avec 28 buts marqués, l’équipe de Mancini est l’escouade la plus prolifique du Vieux continent, devant Barcelone et Madrid. Ajoutez à cela le fait que City a impérativement besoin d’une première victoire en Champions League (après avoir arraché un match nul à la maison face à Naples, 1-1 et une défaite à Munich, 2-0) et on devine déjà les doutes qui doivent hanter le cerveau de Juan Carlos Garrido.
Peu de choses auxquelles se rattacher pour l’entraineur du sous-marin jaune. Peut-être se souviendra-t-il que son attaquant italien Giuseppe Rossi, alors qu’il portait le maillot de Newcastle (prêté par Manchester United), avait scoré par deux fois face à City. Peut-être pourra-t-il compter sur l’histoire d’amour qui lie son club à la Champions League et à cette année 2006 où à la 90ème minute, Riquelme manquait, face à Arsenal, le pénalty pour la finale. Enfin, peut-être a-t-il regardé la Coupe du Monde de Rugby et constaté comment une équipe, plus mauvaise que toutes les autres, en pleine crise, sans jeu et avec une chance jamais vue dans l’histoire du sport, a réussi à se hisser en finale. Reste à savoir si Garrido est le genre d’homme à porter la moustache.



Frédéric Losada
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Klose de confiance
3 0