1. //
  2. //
  3. // Villarreal-Real Madrid (1-0)

Villarreal se paie un Real sans allant

Nouvelle contre-performance pour le Real Madrid, battu sur le terrain de Villarreal (1-0). Plus dans la réaction que dans l’action, les hommes de Rafa Benítez lâchent des points importants avant la trêve. Et c’est mérité.

Modififié
316 67

Villarreal CF 1-0 Real Madrid CF

But : Soldado (9e)

On joue la 69e minute de jeu à Villarreal. Pris dans l’étau du sous-marin jaune, le Real Madrid est en train de chavirer, mené au score depuis le début de la rencontre. Dans la surface de réparation, Karim Benzema est à la lutte avec Eric Bailly. Le duel de footballeurs se transforme en combat de judo quand la Benz, excédée par le traitement infligé par le roc ivoirien, décide d’enclencher un De-Ashi-Barai aussi soudain qu’inutile. Forcément, les deux hommes se regardent dans le blanc des yeux, Benzema mime le geste de la folie envers son marquage, Bailly répond verbalement et l’arbitre met fin à la rixe. Si aucun dégât physique n’est à signaler sur cette action, le mental du Real Madrid est à l’image de son buteur : friable. Et dans ses conditions, difficile d’obtenir un résultat final positif.

Bakambu met le jaune de chauffe


Au démarrage de la partie, personne ne sait si Cédric Bakambu s’est écouté la play-list de Stéphanie de Monaco avant d’accueillir les Madrilènes. Ce qui est sûr en revanche, c’est que l’ancien Sochalien débute la rencontre comme un ouragan. Sans aucune gêne, son petit pont sur Sergio Ramos suivi d’une accélération fulgurante rappelle que dans le football, vraiment tout est possible. Pas de pot malgré tout, puisque dans la foulée, la frappe de Jonathan Dos Santos heurte le poteau. Qu’à cela ne tienne, Bakambu remet ça. Sur une récupération haute de Bruno Soriano, le natif du Val-de-Marne fait danser Pepe avant de servir son compagnon d’attaque Roberto Soldado. Finisseur dans l’âme, l’ancien de la Casa Blanca fait se lever le Madrigal comme un seul homme, d’une subtile frappe entre les jambes de Keylor Navas (9e).



Même pas dix minutes de passées, et voilà déjà le Real Madrid obligé de courir après le score. Au-delà d’être menés, les Blancos ne parviennent pas à gagner la bataille de la possession du ballon. La BBC se contente d’une bribe d’occasion de but, quand Benzema envoie une reprise de volée en direction des tribunes. Fidèle à lui-même, Bakambu continue de mettre la pression sur l’axe central merengue : kit NOS enclenché, Pepe largué en vitesse, le Bak’ croise trop sa frappe et manque la balle de break. Plus vif, plus complet et juste plus organisé, le sous-marin jaune croque le Real, comme en témoigne un superbe mouvement de 17 passes consécutives bouclé par un Bakambu avec les yeux plus gros que le ventre. Fin de la démonstration, place au repos.

Allô Madrid ?


Sûrement secoué à la façon d’un Orangina, le Real Madrid se ramène sur la pelouse avec des idées plein les jambes. En quatre minutes, Gareth Bale donne deux fois l’opportunité à Karim Benzema de se changer les idées après une nouvelle semaine mouvementée. Mais ses deux tentatives frôleront à chaque fois les montants d’Alphonse Areola, toujours très vigilant dans sa cage. Les joues de Rafa Benítez rougissent, et l’envie de faire un changement commence à lui trotter dans l’esprit, entre un Casemiro moins percutant, un Modrić à la tête trop souvent baissée ou un James peu inspiré. Le temps passe, et KB9 continue de manquer de grosses occasions pour égaliser, son coup de tête ne trouvant toujours pas la cible protégée par Areola. Petit à petit, le Real prend les commandes d’un match qu’il doit emporter s’il ne veut pas laisser l’Atlético Madrid et le Barça avec cinq points d’avance. James provoque, tente une frappe de son pied droit, mais le cadre se dérobe. Modrić laisse sa place à Isco, Casemiro laisse du temps de jeu à Mateo Kovačić. Dans l’urgence, le Real Madrid ne récoltera que la défaite. Avant la tempête ?
Par Antoine Donnarieix
Modifié

Dans cet article

The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Les Benny Hill du foot
Mmmm Karim, tes ratés ont été particulièrement savoureux, je te kiffe!
Valbuena aurait récupéré la sextape de Musaccio avec Benzema...

Et Ramos, sans la connivence de l'arbitre, il prend 3 rouges et encaisse 3 buts.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
316 67