Villarreal rentre dans les 4 Fantastiques

Grâce à un précieux succès face à son voisin, Villarreal engrange trois points dans la course à l’Europe (1-0). Les Amarillos montent à la quatrième place, et peuvent plus que jamais rêver à l’hymne de la Ligue des champions pour la saison prochaine.

Modififié
280 6

Villarreal 1-0 CF Valence

But : Bruno (64e) pour les locaux

On joue la 64e minute de jeu. Aderllan Santos vient d’accrocher Roberto Soldado à l’entrée de la surface. Touché au talon d’Achille, l’ancien du FC Valence subit un joli traitement de faveur depuis le début du match. Qu’à cela ne tienne, il obtient encore un très bon coup franc. Concentré au moment d’entamer sa course d’élan, Bruno Soriano Llido fixe la gonfle. Une nouvelle fois, il choisit le côté gardien, une nouvelle fois, la balle prend la direction de la lucarne. Cette fois, Domenech s’est décidé à plonger… Un peu trop tard. Les filets jaunes du Madrigal tremblent, et le milieu de terrain peut entamer la célébration de son golazo, bouche grande ouverte face au public. Villarreal mène au score, le vent vient de tourner.

Bruno triste


Dès le début de la partie, l’atmosphère du derby dérègle toute logique. Le FC Villarreal, pourtant mieux classé que son voisin blanquinegro, peine à construire son jeu et subit une possession de balle adverse. Toujours à la recherche de son premier succès en championnat, Gary Neville voit ses hommes bien décidés à s’accaparer une suprématie régionale. Sorti des tribunes depuis l’arrivée de l’Anglais aux manettes, Álvaro Negredo gambade comme un lièvre, mais ne parvient pas à chahuter la bienveillance d’Alphonse Areola. Bousculé dans son antre, Villarreal souhaite que les Chauves-Souris campent à l’ombre. Dès lors, les hommes forts du sous-marin mettent les bouchées doubles. Denis Suárez régale par ses décalages, Roberto Soldado joue son rôle de poison en pointe. Victime d’une faute de Dani Parejo, le buteur offre à Bruno un joli coup franc aux 20 mètres. La frappe du capitaine amarillo est pure, Jaume Domenech regarde la balle… coiffer son poteau. Une première occasion après vingt minutes de jeu, et puis plus grand-chose. Ah si, des frappes en tribunes, des coups de sifflet à répétition, et des réunions collectives pour faire le bilan de cette année 2015.

Bruno heureux


Les arroseurs automatiques s’enclenchent, les spectateurs peuvent aller chercher de quoi s’abreuver. Sans spectacle de toute façon, difficile d’imaginer un but dès le retour des vestiaires. Bien calé dans son camp, Valence constate que l’invasion jaune est imminente : depuis son côté gauche, Denis Suárez croise un peu trop sa frappe. Bien servi par Soldado, Cédric Bakambu manque de conviction pour tromper Domenech. Sans faire de bruit pourtant, le bastion ché décide de passer à la contre-attaque : une course d’André Gomes trouve sur sa route le buste du colosse Areola, puis Dani Parejo fait connaissance avec la détente de l’international tricolore sur une frappe lointaine mais vicieuse. Enveloppé dans une grise, Marcelino donne ses consignes à Matias Nahuel pour entrer en jeu. Ensemble, les deux hommes vont admirer le bijou de Bruno sur coup franc, dans un angle de vue parfait. Pas de quoi changer les plans du coach, bien au contraire. Villarreal accentue sa domination, Valence commence à paniquer comme un achluophobe, et cette tentative à l’aveugle d’Alcácer le prouve. Dans l'urgence, Valence ne fait rien de bon, même si Aymen Abdennour permet à sa team de garder espoir jusque dans les dernières minutes. Hélas, rien ne changera. Valence termine 2015 dans le ventre mou de la Liga, en dixième position. Bonne année quand même.


Par Antoine Donnarieix
Modifié

Y'a pas à dire l'effet Neville se fait sentir
Bakambu. Qui l'eût crut?
Surtout que Neville, je ne sais plus qui disait de lui sur RMC que c'était juste un pipe en tant que coach et qu'il était là plus parce que pote avec le propriétaire du club qui avait aussi besoin d'un nom que pour ses compétences tactiques.
Culture de l'instant... Les gars laissez lui du temps non ? On ne va pas le juger sur 5 matchs voyons, il reprend un groupe en cours de saison pour sa première expérience de coach principal, il a plus évident comme première fois ! Et même si ce n'est pas gage de réussite on parle d'un très bon commentateur sportif avec de très bonnes analyses et c'était aussi l'adjoint d'une équipe d'Angleterre qui a fait un sans faute lors des éliminatoires, alors oui la poule n'était pas effrayante mais on parle d'une sélection qui a souvent connue des difficultés pour se qualifier (cf Euro 2008 où il y a non qualification)
Il est certes la depuis peu mais je pense que ça ne marchera pas. Pas par rapport à ses qualités d'entraîneur sur lesquelles il est trop tôt pour le juger, mais pour moi c'est une erreur de casting. Un peu comme Moyes à la Sociedad...choc des cultures trop important. Il aurait du se faire la main en championship ou en league one.
On verra dans l'avenir, après c'est vrai les britanniques ayant réussi en Liga ne sont pas légion meme Si il y a quelques exceptions, en espérant pour Neuville qu'il fasse partie des exceptions, mais la avec un groupe repris en cours de saison pour un jeune entraîneur ce n'est pas vraiment évident, ce sera ses compétences de meneur d'hommes qui seront mise en avant plutôt que ses qualités tactiques, si il tient jusqu'à cet été et qu'il puisse façonner son groupe et mettre en place un schéma et une animation ça pourrai être intéressant de voir ce qu'il vaut

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
280 6