Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du Roi
  3. // 1/2 finale aller
  4. // FC Barcelone/Villarreal

Villarreal, l'élève modèle

Rétrogradé en Liga Adelante en juin 2012, Villarreal est remonté illico chez les grands. Grâce à des finances saines, un recrutement au poil et un entraîneur intransigeant, le sous-marin jaune a plus que réussi son retour. À l'heure d'affronter Barcelone, il n'a jamais semblé aussi insubmersible.

Modififié
C'était hier. « Nous savions que Villarreal perdait et que Grenade, même en perdant, se maintenait. Du coup, nous avons tenté de le faire comprendre aux joueurs de Grenade. » Ces explications de Michu, buteur salvateur d'un Rayo Vallecano maintenu à la dernière seconde de la dernière journée de Liga, ont longtemps piqué les gorges des aficionados de Villarreal. Car à l'issue de cette fin de championnat 2011/12 haletante et de ce jeu de chaises musicales, le club de Castellón est descendu en Seconde Division. Jamais relégable de la saison, et ce, jusqu'à la 90e minute de la 38e journée synonyme du but rayista face à Grenade, le sous-marin jaune est tombé de haut, lui le demi-finaliste malheureux de Ligue des champions au printemps 2006. Ce qui aurait été une catastrophe industrielle pour de nombreux clubs ne sera qu'une embûche pour le fanion éponyme du tube des Beatles. Loin de se décrépir, le Yellow Submarine a bossé. Si bien qu'aujourd'hui, il pointe à la sixième place de Liga, est toujours en course en League Europa et s'apprête à disputer au FC Barcelone une place en finale de la Coupe du Roi. Finalement, hier, c'était il y a une éternité.

Supermarchés et abonnements discounts


Deux jours après la descente de Villarreal, près de 4000 supporters entourent le président du club. Plutôt que de le vilipender, ils sont là pour le remercier. Fernando Roig, propriétaire de la chaîne de supermarchés Mercadona, vient de revendre 2,4% de ses parts dans le Leclerc espagnol pour subvenir aux besoins d'un fanion désormais en Segunda Division. Avec ses 71 millions d'euros, plus 45 autres venant de la vente des joueurs vedettes, le sous-marin jaune n'a plus de dettes. Pour l'intéressé, « cette réponse des gens, je ne vais pas l'oublier. Et dans ce moment difficile, je suis convaincu que votre aide et le travail de l'équipe nous permettront de revenir en Première Division » . Premier budget de Liga Adelante avec 48 millions d'euros, Villarreal galère pourtant. La faute au décès, un jour avant sa présentation, de Manolo Preciado, qui devait prendre en main la destinée des Amarillos. Avec un effectif juvénile et un coach d'à peine 30 piges, la mayonnaise ne prend pas. Et ce, jusqu'à l'arrivée en janvier 2013 de Marcelino Garcia Toral. En six mois, il fait grimper le sous-marin de la septième place à la seconde, synonyme de remontée.

Pour son retour parmi l'élite, Villarreal conserve le cap pris lors de sa descente. Les abonnements sont parmi les plus accessibles d'Espagne – de 150 à 300 euros – et l'ambiance du Madrigal retrouve de sa superbe. Jérémy Perbet, alors attaquant de l'équipe, hallucinait quant à l'engouement populaire : « Villarreal n'est pas une très grande ville, elle doit compter 50 000 habitants. Et pour le moment, on doit être à presque 20 000 abonnés » . Niveau effectif, Marcelino conserve une colonne vertébrale composée de canteranos tout en recrutant du jeune au sang frais, et pas chers. Gio et Gabriel Paulista – acheté 3 millions et revendu 20 millions à Arsenal cet hiver – sont les fers de lance d'un mercato aussi ambitieux que réfléchi. Lors de la dernière intersaison, même topo. La direction du sous-marin jaune va chercher de la pépite sud-américaine. Jonathan Dos Santos, frère de, débarque du FC Barcelone et Cheryshev en prêt du Real Madrid. Ils sont rapidement rejoints par Luciano Vietto, révélation de cet exercice. La progression est, elle, constante. Sixième l'an dernier, Villarreal occupe actuellement la même place.

« Même l'Atlético est moins dangereux en contre »


À l'instar de la croissance du club, le jeu prôné par Villarreal est tout aussi mature. Loin du système harakiri du Rayo et du toque barcelonais, le sous-marin jaune ne fait pas de la possession un dogme. Preuve en est, sa moyenne de 48,7 % par rencontre n'est que la dixième de Liga. Car Marcelino est un pragmatique. Lui qui avoue « être parfois ennuyé par le jeu de la sélection » souhaite avoir « une équipe organisée » : « Je veux que tous les joueurs participent, tant offensivement que défensivement. Si nous pouvons terminer une action avec cinq passes au sol, nous n'en ferons pas 20. À l'exception du Barça et de la Roja, nous devons trouver un style attractif et efficace. » Ainsi, son bloc est compact, ses lignes resserrées et ses contres assassins. « Villarreal est versatile, explique ainsi Victor Muñoz, ancien entraîneur du club, dans les colonnes du Pais. Même l'Atlético est moins dangereux en contre. » Pas une surprise, donc, que Villarreal soit la seule équipe de Liga à s'être imposée au Vicente-Calderón sur un contre emmené par Cheryshev et conclu par Vietto. Reste désormais à répéter tel exploit au Camp Nou, et au Nuevo Estadio de Vallecas.


Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures La drôle de liste d'invités de la finale 17
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 55 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique