1. //
  2. // 15e journée
  3. // Atlético Madrid/Villarreal (0-1)

Villarreal fait couler l'Atlético

Déboussolé dans un stade qui a perdu une partie de sa jovialité, l'Atlético de Madrid s'incline pour la première fois de la saison au Vicente-Calderón. Une défaite logique (0-1), tant les Matelassiers ont été inexistants. Le Real, déjà au Maroc, sourit et en profite au classement.

Modififié
5 2

Atlético de Madrid 0-1 Villarreal

But : Vietto (84') pour Villarreal

La gueule de bois est encore présente. Deux semaines après le drame qui a vu la mort d'un supporter du Deportivo La Corogne, le Vicente-Calderón semble toujours hanté. Dans un silence de cathédrale inhabituel, l'Atlético de Madrid s'est incliné face à un solide Villarreal. Compacts, durs au mal, les joueurs du bord de la Méditerranée ont su relever le défi physique et tactique des hommes de Simeone. Mieux, ils ont planté une banderille en toute fin de match par le génial petit Argentin Vietto. Sans idée, les Matelassiers n'ont su accélérer qu'un petit quart d'heure à la reprise. Le reste de la copie frôle l'insignifiance. Pis, avec cette défaite à la maison, ils stagnent derrière le FC Barcelone et laissent le Real Madrid se faire la malle en tête de la Liga. À désormais sept points du voisin du Nord de la capitale – soit un gouffre vu le rythme affiché par les Merengues –, ils voient leur titre s'éloigner peu à peu. Justement, l'éloignement de son antre hanté, c'est peut-être ce qu'il faut à cet Atlético de Madrid qui tousse.

Coup de coude, pas de coup de main


Pour la première fois depuis 32 ans sans Frente Atlético, le Vicente-Calderón sonne creux. Sous un déluge semblable à celui qu'a connu Barcelone à Getafe hier, de nombreux strapontins sont vacants. Et comme lors de la rencontre de la veille, le rythme est mou, le contenu indigent. Villarreal, bien en place, bloque chaque espace. Tardif, le premier frisson fait irruption des pieds d'Arda Turan, caution technique et joueuse. D'un centre en retrait fusant, il trouve à l'opposé Siqueira qui, lancé telle un ogive, envoie sa frappe dans le kop vide. Le cadran tourne et les occasions manquent toujours à l'appel. Koke s'essaye bien de 20 mètres, ce sont les taquets qui pleuvent autant que les gouttes. Après un tacle bien violent d'Arda sur Vietto, Jonathan Dos Santos et Mario Mandžukić s'embrouillent. Au vilain taquet du cadet de la fratrie mexicaine, le Croate répond par un coup de coude qui fait saigner son adversaire. Deux nouvelles biscottes, puis trois après celle de Juanfran, qui stoppe de la main une contre-attaque d'un sous-marin jaune qui s'enhardit (44'). Mimine toujours, Gabi y va de la sienne dans sa propre surface. Uche a beau pestiférer, point de penalty. L'arbitre s'est seulement mis au niveau de ces 45 premières minutes. Un niveau médiocre, donc, la tentative de Tiago bien sorti en corner par l'ancien portier des Matelassiers mise à part (38').

Vietto fait regretter Simeone


Toujours aussi musclé, le second acte a le mérite d'être habité de velléités offensives. Villarreal frappe le premier, des pieds de Vietto, mais c'est bien l'Atlético de Madrid qui fait le jeu. Bien plus intenses dans leurs pressing et intentions, les Colchoneros étouffent leurs adversaires et les poussent à la faute. Suite à un grossier croche-patte sur Gabi, le coup franc est joué vite. À la retombée, Miranda trouve Mandžukić qui ne peut crucifier Asenjo. Dans la foulée, le Croate, en bon squatteur de surface, est trouvé par un Arda Turan toujours aussi élégant. Son coup de tête fait mouche, sauf pour l'homme en noir, qui a cru apercevoir un semblant de poussette.

L'heure de jeu arrive, et Antoine Griezmann, habitué à ce rôle de super sub, fait son entrée en lieu et place de Raúl García. Hasard ou pas, l'Atlético retrouve son rythme mollasson de la première mi-temps. Du coup, Villarreal n'hésite plus à envoyer ses flèches en contre-attaque. Lancé seul face à Moyá, le remuant Vietto se craque sur son contrôle. Partie remise. Deux minutes après un essai de son comparse russe, il perce plein axe et trompe plein de sang-froid Moyá. Diego Simeone, qui l'a lancé en professionnel dans le championnat argentin, fait grise mine : avec un premier faux pas au Calderón, son Atlético va devoir ramer.

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Bravo pour ce commentaire !Les Colchoneros sont retombés dans leur travers d'il y a 2 saisons...se plaindre aupré de l'arbitre !! Le but de Mandzukic était tout à fait valable ,tout au long de l'action il a les bras en l'air ,par contre le défenseur plonge bien ,mais trés bien !Gaudin , pour moi a été l'homme du match !Trop court sur 2 centres ,il empêche Mandzukic ,puis Griezmann ,mieux placés de faire leur tête ,et il se fait avoir ,par l'Argentin ,sur le but de Villaréal ,bien en place !!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 2