1. //
  2. //
  3. // Aston Villa/Manchester City (0-0)

Villa, version Rémi Garde, accroche Manchester City

Une première réussie pour Rémi Garde. Face à Manchester City, Aston Villa s'en sort avec le point du match nul (0-0). Un peu d'espoir et une opération maintien lancée pour l'ancien entraîneur de l'Olympique lyonnais.

Modififié
232 8

Aston Villa 0-0 Manchester City


Malgré la bonne volonté, la première fois est toujours difficile. Sur le papier, ce match ressemblait à un adolescent boutonneux tentant de faire succomber Emily Ratajkowski. Le dernier de Premier League face au leader. L'équipe qui cadre le moins face à la deuxième meilleure défense du Royaume. Finalement, Aston Villa a tenu. Transformée, l'équipe de Rémi Garde accroche un point face à Manchester City. Villa – qui restait sur 7 défaites lors des sept derniers matchs de championnat – rêve désormais d'une improbable opération maintien. En cas de victoire d'Arsenal dans le derby face à Tottenham, les Citizens perdraient leur première place.

Amavi et Carles Gil au top


Le made in France est encore à la mode en Angleterre. Malgré le fiasco de la fibre française de Newcatsle, Rémi Garde a tenu à relancer les recrues de Ligue 1. Pour sauver le club de Birmingham, l'ancien Lyonnais aligne Amavi, Gueye, Veretout et Jordan Ayew, buteur contre Tottenham lundi dernier. Après la minute de silence observée pour le Remembrance Day, les supporters venus à Villa Park sont prêts à exploser. Et les joueurs de Villa le leur rendent bien. Dès le coup d'envoi, les protégés de Rémi Garde conservent le ballon. Mais sur la première incursion mancunienne, Kolářov inquiète la très fragile défense des Villans. Rapidement, le plan de Rémi Garde se dessine. Carles Gil est à la manœuvre, et les latéraux Hutton et Amavi mettent en difficulté leurs homologues. Une légère domination qui ne plaît pas vraiment à Sterling. L'ancien de Liverpool martyrise Hutton sur son côté gauche. Sur le corner qui suit, Fernando manque l'ouverture du score en envoyant une mine au-dessus du but de l'hésitant gardien Bradley Guzan. La machine citizen se met en place au bout de vingt minutes. Mais Manuel Pellegrini est contraint de changer ses plans : Bony se blesse, et l'Espagnol Jesús Navas entre. Et cela se sent. Sans attaquant de pointe, les joueurs de Manchester peinent à inquiéter le gardien d'Aston Villa. Sur un corner extrêmement mal tiré par De Bruyne, Aston Villa se procure un bon contre. Mais Fernandinho et Kolářov viennent sauver Joe Hart. Cette rencontre s'enflamme enfin. Sur l'action suivante, Sterling s'écroule seul dans la surface. Puis Carles Gil gâche un très bon coup franc. Le dernier frisson de cette première période. Aston Villa, l'équipe qui cadre le moins en championnat, se procure très peu d'occasions, mais maîtrise tranquillement les offensives de City.

Guzan sauve les siens... de la tête


Au retour des vestiaires, les Villans sont en difficulté. Kolářov inquiète Guzan sur un coup franc puissant. Sur une tête de Sterling seul à bout portant, le gardien américain réalise un incroyable arrêt de la tête.


Les occasions s'enchaînent pour City, et Villa ne voit plus le ballon. Comme contre Tottenham, Carlos Sánchez maintient son équipe en vie. Coté frenchie, Jordan Veretout et Jordan Ayew sont en grande difficulté. Très en vue depuis le début de la seconde mi-temps, De Bruyne manque l'ouverture du score en tentant une madjer devant le but. Rémi Garde tente de remédier à l'apathie de son équipe en lançant Charles N'Zogbia dans l'arène, pour son premier match de la saison. Et le Français provoque la première occasion de Villa depuis la mi-temps. Fautif sur le premier but de Tottenham lundi, Clark sauve cette fois-ci son équipe avec un énorme tacle sur Navas. Comme en fin de première mi-temps, Villa joue en contre. Jordan Ayew offre un caviar à Bacuna, devancé par la sortie de Joe Hart. Et si Villa Park est bouillant depuis le début de la rencontre, l'entrée en jeu de Fabian Delph fait monter l'ambiance. Celui qui a passé six ans à Birmingham avant de rejoindre Manchester est hué par tout le stade à chaque ballon touché. À quelques minutes du terme, les esprits s'échauffent. Alors qu'il devait rendre la balle à City, Gestede envoie une énorme touche sur Hart et obtient un corner. L'attaquant béninois manque ensuite d'ouvrir le score et de créer une énorme polémique. City s'offre une fin de match folle. Fernando touche la barre, l'enroulée de Fernandinho frôle le poteau et Guzan sauve encore une fois son équipe avec un arrêt exceptionnel. Rideau. L'ère Garde débute bien. « Je ne suis pas un magicien, mais je peux sauver Aston Villa » , déclarait-il devant la presse anglaise. Et c'est plutôt bien parti.



Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Grégory Coupet style! Enfin presque
Une bonne première mi-temps, avec du mouvement (un poil trop latéral et stérile à l'approche du but) j'ai découvert un très bon Gil et un Carlos Sanchez doté de trois poumons. Pour la seconde, y'a pas eu photo, les vilains ont serré les fesses et croisé les doigts, même Guzan est passé pour un bon gardien, c'est dire.....bref, Si Garde réitère ce genre de truc, Villa tiendra son magicien.
A noter quand même que Garde a changé plus de la moitié des titulaires.

C'est fou ce que ça marche un mieux le football quand il y a de bons joueurs sur le terrain.
blue_army Niveau : CFA2
ah ben ça doit faire grincer beaucoup de parieurs avec ce nul de city quand meme , je ne m'y attendais pas quand meme , en tout ça peut faire l'affaire d'arsenal mais les spurs vont pas se laisser faire aussi
Ce début est une bonne chose et je pense que les Vilans vont se réjouir parce que Garde est pas reputé pour son jeu défensif, sans pour autant tomber dans la caricature à la Bielsa
La barre, Guzan en feu même quand il le fait pas exprès, des obstructions dans la surface limites limites. Pas le jour de City. Tant pis.
Sur ce second leg de PL, on fait 5 victoires et 2 nuls, 0 défaite. On est qualifiés pour les 1/8ème de LDC avec encore 2 matchs à jouer. Et tout ça sans Aguero, Silva et Kompany sur la moitié des matchs.
En attendant Arsenal-Spurs on est 1er, et si Arsenal gagne on est 2ème. Y a pire.
Quelle ferveur pour Manchester City du côté de Tourcoing, c'est beau.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Des claques dans la gueule de De Bruyne qui veut se faire mousser avec une Madjer, alors qu'un simple plat du pied aurait fait but.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
232 8