En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // Groupe D
  4. // Real Madrid/Amsterdam

Viktor Fischer, de la dynamite

À seulement 18 ans, l’attaquant danois de l’Ajax Viktor Fischer fait frissonner les recruteurs de l’Europe entière, à commencer par ceux de l’adversaire du soir, le Real Madrid. Il faut dire que le petit génie, révélation de l’Euro U17 2011, progresse bien plus vite que prévu. En 4 titularisations, il a déjà signé 3 buts et 3 passes décisives. Un vrai phénomène.

Modififié
Il y a quelques semaines encore, quand on vous parlait du prodige danois de l’Ajax, on faisait forcément référence à Christian Eriksen. Mais même s’il n’a que 20 ans, le génial meneur de jeu passerait déjà presque pour un vétéran, avec ses bientôt 100 matchs d’Eredivisie dans les guiboles, ses 30 sélections, sa Coupe du monde et son Euro disputés. Alors certes Eriksen est un crack, mais ce n’est plus un buzz. Non, celui qui fait s’exciter les scouts des meilleurs clubs d’Europe a deux ans de moins et évolue sur le front de l’attaque : Viktor Fischer.
En vrai, celui qui est né à Aarhus le 9 juin 1994 s’était déjà fait connaître au printemps 2011 lors du championnat d’Europe des moins de 17 ans disputé en Serbie. Mais il faut être atteint de footballologie aiguë pour savoir que le gamin danois a été la grande révélation du tournoi, permettant au Danemark de se hisser en demi-finales de la compétition pour la première fois de son histoire. Le boutonneux est à l’époque couvé par son club, le FC Midtjylland, qui a également formé Simon Kjær quelques années auparavant. Les nombreux recruteurs présents sur place se précipitent pour approcher l’entourage de l’ado précoce, qui possède déjà la panoplie complète du buteur moderne : grosse vitesse dans le jeu et les prises de décision, technique largement au-dessus de la moyenne, vista, sang-froid, altruisme si nécessaire…

Vidéo
Fischer se voit proposer des essais à Chelsea, City et l’Inter, mais c’est finalement l’Ajax qui le récupère. Le championnat hollandais est certes moins prestigieux que d’autres, mais il est aujourd’hui devenu une parfaite pépinière pour débuter en pro. Surtout à l’Ajax d’ailleurs, qui n’hésite pas à donner sa chance aux meilleurs de leurs espoirs. Avec 22,4 ans de moyenne d’âge, c’est le club avec l’effectif le plus jeune d’Eredivisie cette saison. Viktor Fischer n’a certainement pas été insensible non plus à la présence massive de compatriotes au sein du groupe. Il y a Christian Eriksen, donc, mais également le prometteur Nicolai Boilesen en défense et depuis cette saison les plus expérimentés Christian Poulsen et Lasse Schöne. Cette connexion Danemark/Ajax existe depuis longtemps et il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que l’agent de Fischer n’est autre que Sören Lerby, ancien international rouge et blanc aux plus de 200 matchs disputés avec l’Ajax à la fin des seventies et au début des eighties.

Doublé face au Barça, triplé face à Liverpool


À Amsterdam, notre gars Viktor a donc trouvé le parfait terrain de jeu pour continuer son apprentissage du football de haut niveau. Star de la NextGen Series première du nom la saison passée – équivalent de la Ligue des champions pour les jeunes –, il a démarré la seconde édition avec la même affolante efficacité : après un doublé face à Barcelone et un triplé face à Liverpool, il signe un nouveau triplé face à Molde… Clairement, le gamin a beau avoir tout juste atteint la majorité, il n’a déjà plus rien à foutre chez les jeunes. Alors dès le mois d’août, l’entraîneur de l’équipe première de l’Ajax Frank de Boer l’intègre au groupe pro pour les entraînements. Fischer commence par assister aux matchs depuis le banc, sans en sortir, avant les grands débuts le 20 octobre dernier. Sept minutes à Almelo contre Heracles, juste histoire de se tester, puis 34 minutes face au Vitesse Arnhem, avant une première titularisation face au PEC Zwolle le 11 novembre. Résultat : un doublé, une passe décisive, pour une solide victoire ajacide 4-2. La machine est lancée. Depuis, Fischer n’a plus lâché sa place de titulaire et a ajouté un but et deux passes décisives à son bilan, ainsi qu'un but en Coupe.

Vidéo
Sa performance samedi dernier lors du klassieker face au PSV (3-1) a été particulièrement remarquable et remarquée. Au poste d’ailier gauche, il s’est montré brillant, offrant le but du 2-1 à son avant-centre Danny Hoesen avant de conclure la marque en profitant d’une erreur de la défense adverse. En sélection aussi, Fischer a d’ores et déjà intégré les A du Danemark, alors que son entraîneur des U19 avait déclaré il y a quelques semaines : « Fischer est de la race des Messi et Ronaldo, il a toujours faim de buts, même quand il en a déjà marqué deux ou trois. » Cette précocité pourrait lui permettre de décrocher aussi sa première titularisation de sa carrière en Ligue des champions ce soir à Bernabéu. Ce qui épargnera un énième voyage aux recruteurs du Real pour assister aux exploits du prodige.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 160
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
À lire ensuite
Valence le schizophrène