En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Autorisation de l'arbitrage vidéo

Vidéo gag

Le Board de la FIFA a autorisé l'usage de la technologie vidéo pour permettre aux arbitres de savoir si le ballon a bien franchi la ligne de but. Le début d'une modernisation de l'arbitrage. Et du football ?

Modififié
Geoffrey Charles Hurst doit sa postérité à une incertitude. Celle qui entoure sa frappe du droit en finale de la Coupe du Monde alors que le score est de 2 à 2 entre l'Angleterre et l'Allemagne en 1966. Encore aujourd'hui, et en dépit de multiples reconstructions en 3D, personne ne sait si cette saloperie de balle a franchi la ligne de but. Un fait de jeu qui n'aurait plus sa place dans le football moderne. Et pour cause, depuis hier, le Board de la FIFA a autorisé l'usage de la technologie pour indiquer aux arbitres si le ballon a bien franchi la craie.

Pour ce faire, ce nouveau dispositif sera expérimenté en trois étapes (Coupe du Monde des Clubs 2012, Coupe des confédérations 2013 et, non des moindres, Coupe du Monde 2014). Une sorte de test grandeur nature qui doit valider la méthode. Cette prise de position est un pas de géant vers la modernité. D'une, parce que le Board est réputé pour son côté conservateur, voire frigide. De deux, parce que le football semblait réticent aux nouvelles technologies. Alors pourquoi ce revirement ? A cause d'un nom: Marko Devic.

Injustices et pressions

Le milieu de terrain du Metalist Kharkiv a fait parler de lui le 19 juin dernier lors d'un Angleterre-Ukraine retentissant. Ce soir-là, Marko balançait un pruneau qui retombe derrière la ligne de but avant d'être sauvé par John Terry. L’arbitre central et, surtout, le cinquième arbitre posté derrière la ligne de but, sont à l'ouest et n'accordent pas le but. Le soir même, Sepp Blatter balance une pierre dans le jardin international du board en tweetant : "Après le match d'hier, la technologie sur la ligne de but n'est plus une possibilité, c'est une nécessité". En politique, on appelle ça une prise de position. Ferme. Notamment envers le board qui avait érigé en dogme, depuis 2008, une certaine idée de la place de la technologie dans le football – "Toutes les expérimentations technologiques concernant la ligne de but sont gelées" –.

Sauf qu'entre-temps, les injustices se sont accumulées (AC Milan - Juventus en février dernier, Angleterre - Allemagne lors du Mondial 2010) et les pressions se sont accentuées. Il fallait agir, et ce, contre l'avis de Michel Platini, patron de l'UEFA. "Si on a la technologie sur la ligne de but, pourquoi pas sur la ligne de fond ? Et s'il y a une main sur la ligne que n'est pas vue par l'arbitre ? Je ne suis pas contre la technologie sur la ligne de but, je suis contre l'arrivée de la technologie parce que ça ne va pas s'arrêter là". Et là, Michou - qui notait également qu'il y avait un hors-jeu au départ de l'action de but de Devic - marque un point. Le football a ce côté terriblement aléatoire, humain, voire injuste.

Et la main de Dieu ?


La technologie est à l'opposé de cette vision. Car, avouons-le, le football s'est construit à coup d'injustices. L'arrivée de la technologie change tout. Dans l'idée, en tout cas. Dès lors, plus de main de Dieu comme celle de Diego Maradona en 1986 contre l'Angleterre, plus de coup de mimine de Thierry Henry contre l'Irlande en 2009, plus de penalty imaginaire pour Fabrizio Ravanelli un soir d'hiver, au Parc des Princes, encore moins de polémique au lendemain du but – valable ou pas – de Luis Garcia en demi-finale de Ligue des Champions entre Liverpool et Chelsea. Des exemples, le ballon rond en compte des dizaines. Tous aussi mythiques. Tous aussi mémorables. L'Histoire a choisi son camp, et c'est très bien comme ça.

Bref, le football est bandant justement parce qu'il est imparfait. Sa légende s'est forgée dans l'incertitude et cela aide grandement à façonner une réputation. Une aura. Certes, les enjeux économiques actuels sont tels que rien ne doit enrayer la machine financière qui se joue sur le pré. La vidéo sera également là pour ça. Limiter au possible les erreurs, les imprécisions, les injustices. En gros, rendre le football parfait. Ou s'en approcher. On est en droit de se demander quelles seront les prochaines étapes ? Un arbitrage entièrement vidéo, comme c'est le cas au rugby ? A savoir utliser la technologie à la moindre incertitude (tacle, faute, tirage de maillot, hors-jeu, etc.). Cela rallongerait considérablement les matches et ôterait le côté humain de ce sport populaire. Surtout, de quoi se plaindrait-on à la fin d'une belle branlée ? Bah ouais, ça, personne n'y a pensé.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 14 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 9 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3