1. //
  2. // 1/4 finale aller
  3. // FC Bruges/Dnipro

Víctor Vázquez, la Quinta del Brugeois

Le FC Bruges en est encore loin, mais il est toujours en course pour un triplé historique championnat-Coupe-Ligue Europa. Une réussite qu'il doit notamment à son meneur de jeu Víctor Vázquez, qui distille des caviars à ses coéquipiers depuis plusieurs années maintenant. Un homme que l'on considérait comme l'égal de Leo Messi en équipes de jeunes du FC Barcelone.

Modififié
95 11
« Tu peux vraiment jouer au football avec le nez cassé ? Mes joueurs sont au courant. Ils vont t'assassiner. » Ce moment de poésie a été offert aux fans de Jupiler League par l'élégant Hein Vanhaezebrouck, entraîneur de La Gantoise, le 26 octobre 2014. Le destinataire de ses mots doux ? Víctor Vázquez, milieu de terrain du FC Bruges, qui attend patiemment de faire son entrée en jeu. Si le joueur espagnol de 28 ans a bien le nez pété, la saillie de Vanhaezebrouck en dit long sur ce dont sont capables les adversaires des Blauw en Zwart quand il s'agit de déstabiliser leur meneur de jeu. Il faut dire que depuis qu'il a débarqué du côté du stade Jan-Breydel en 2011, l'Espagnol illumine la Jupiler League de passes aussi millimétrées que ses coups francs en lucarne. Dès lors, si Víctor Vázquez est fort au point d'agacer une partie de la Belgique, comment se fait-il que le quidam n'ait jamais entendu parler de lui auparavant ?

La Quinta del 87


Tout simplement parce que le début de carrière de l'Espagnol, c'est avant tout l'histoire d'un rendez-vous manqué. Et pas avec n'importe qui : le FC Barcelone. En réalité, dire que zquez est un pur produit de la Masia relève de l'euphémisme. Après une année passée à jouer pour le CF Damm, club du quartier de Nou Barris au nord de la ville catalane, Victor intègre les équipes de jeunes du Barça dès l'âge de dix ans en 1997. Soit au même âge et la même année que d'autres camarades de jeu dont les noms affolent désormais le football mondial : Cesc Fàbregas et Gerard Piqué. Dans les colonnes de AS en 2010, Messi, qui débarquera à la Masia quelques années après le meneur de jeu espagnol, expliquera que « Víctor Vázquez, c'est le meilleur » . De la part du meilleur joueur du monde, le compliment est loin d'être dégueulasse. Il faut dire qu'au début des années 2000, Messi et zquez se chargent ensemble de l'animation offensive de ce que les initiés appellent la Quinta del 87, cette équipe de cadets du Barça estampillée « génération dorée » qui marche sur les gamins de la région. « Sur certains matchs, Victor marquait trois buts en première mi-temps, et Lionel, trois en seconde mi-temps » détaillera Fàbregas, toujours dans AS. Une Quinta complétée par des joueurs tels que Franck Songo'o, Marc Valiente et Daniel Plancheria.

Trois matchs en trois ans avec le Barça


Problème : au Barça, la carrière du Víctor Vázquez se rapprochera plus de celle des derniers noms mentionnés que de celle de Messi. La faute à des blessures à répétition qui l'empêchent de poursuivre logiquement sa progression avant d'espérer quelques minutes de jeu en équipe fanion. Tandis que Fàbregas et Piqué se tirent en Angleterre, le milieu de terrain du FC Bruges ronge son frein dans l'Espagne du foot amateur. Lors de la saison 2005-2006, tandis que la Pulga s'impose petit à petit chez les Blaugrana et que Fàbregas joue sa première finale de Ligue des champions avec Arsenal, Vázquez, lui, doit se contenter du Barça C en Tercera Division. Puis de l'équipe B, dont il deviendra le maître à jouer pendant cinq ans et qu'il aide à monter en Segunda Division lors de la saison 2009-2010. À ce moment de sa carrière, l'Espagnol n'a fait que deux apparitions en équipe première, face au Recreativo Huelva sous Rijkaard en avril 2008, puis en Champions League face au Shakhtar Donetsk huit mois plus tard sous Guardiola. Normal quand on a des tripoteurs de ballons comme Xavi ou Iniesta en haut de la chaîne alimentaire. Ce qui n'empêche pas Guardiola d'intégrer Vázquez définitivement au groupe barcelonais en 2009. Malheureusement pour lui, le meneur de jeu se défonce la rotule. À son retour de blessure lors de l'exercice 2010-2011, même s'il plante un but face au Rubin Kazan, l'aventure avec son club de cœur est bel et bien finie, le Barça ayant déjà essayé de le refiler à l'Espanyol durant l'été précédent. À l'été 2011, après quatorze ans de bons et loyaux services, Vázquez se dirige vers une destination pour le moins exotique : le FC Bruges et la Jupiler League.

« Preud'homme aime le jeu court, comme Guardiola »


Un choix que Vázquez a justifié récemment au micro de l'émission espagnole El Partido de las 12 : « Je suis ici parce que je veux jouer des titres et la Ligue des champions. J'aurais pu signer pour beaucoup d'équipes espagnoles, mais ça ne m'intéresse pas de jouer pour rien ou simplement éviter la relégation. » Bonne pioche : outre-Quiévrin, l'ancienne pépite catalane se remet à briller. En compagnie des transfuges Lior Rafaelov et Thomas Meunier, il vient renforcer un milieu déjà bien ambitieux avec la présence de Vadis Odjidja et de Maxime Lestienne. Surtout, il montre que l'on peut être un vrai manieur de ballon sur les terrains boueux et hivernaux de Jupiler League, tordant le cou à l'adage qui veut qu'aucun produit de la Masia ne soit capable de s'exporter dans un autre club, quel que soit son niveau. Peut-être, aussi, parce que depuis l'arrivée de Michel Preud'homme au FC Bruges en 2013, Vázquez se sent comme s'il était de retour à la Ciutat Esprotiva Joan Gamper. « Je suis le capitaine de l'équipe et, heureusement, ils me laissent jouer à ma façon. Notre entraîneur Preud'homme aime le jeu court, comme Guardiola » détaillait Vázquez, toujours au micro d'El Partido de las 12. S'il n'est que vice-capitaine au FC Bruges, le brassard étant réservé au vétéran Timmy Simons, il est vrai que l'Espagnol est devenu le véritable métronome des Blauw en Zwarte depuis le départ d'Odjidja pour Norwich. Résultat : le FC Bruges a récemment remporté la Coupe de Belgique face à Anderlecht. Avant, qui sait, de glaner un titre national qui échappe au club depuis dix ans, voire une Coupe UEFA. Et continuer d'énerver les autres équipes belges, sans doute. Mais ça, Víctor Vázquez s'en fout. Chambrer, il connaît : « Avec Messi, on se parle encore, parfois. Et je l'appelle toujours "le petit" » .

Youtube


Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'Étoile Filante de Ouagadougou Niveau : District
super article sur un joueur que je connaissais pas trop. C'est fou comme le football peut se jouer à des détails et sur le timing, briller au bon moment.

En espérant qu'il nous fasse une belle campagne d'EL avec ce sexy FC Bruges!
gaiusbaltar Niveau : DHR
hey petit à la coup au bol là qui êtes vous et qu'avez vous fait de Léo Messi ?

un bel article pour commencer cette journée pleine de grisaille (même si après hier j'aurai pu en avoir marre de ces barcelonais...) à suivre de près ce soir en EL.
La belle campagne est déjà faite, je suis pas convaincu qu'ils vont aller plus loin au vu de la forme actuelle (bousculé très sérieusement par le Standard, battu par Courtrai).
En Jupiler PRO League non plus, je suis pas sur qu'ils vont aller au bout mais ça sera compliqué pour tout le monde si ça continue comme les 2 premières journées de PO.

Concernant le joueur, faut être de mauvaise foi pour dire qu'il n'est pas bon, c'est un profil rare en Belgique (pas forcément mon préféré mais c'est autre chose) mais il me semble qu'il avait mis un certain temps à s'adapter avant de briller.
Juventine7 Niveau : CFA2
Moi je pense qu'il peuve aller au bout en Europa; c'est déjà une très belle campagne pour eux mais il y à vraiment le potentiel pour le faire. Déjà contre Trabzon on les voyait pas passer.
Et puis l'Europe te donne un souffle en plus, même si ces play-off (de merde) leur donne un calendrier ultra charger.
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Le jeu de Bruges dépend beaucoup de son état de forme, on a vu un Bruges bien meilleur en 2e m-t à Courtrai qd il est monté (mm si insuffisant, car se manger 2 buts ds le premier quart d'heure à Courtrai, ça pardonne pas). Alors c'est vrai qu'il a mis du temps à s'adapter, mais à sa décharge, la ligne directrice du FCB était chaotique aussi, en passant de Daum à Garrido, puis à Mr 90% Leekens. Le prob' de Vazquez est un peu le mm que Carcela, sa fragilité. Or en JPL, ça distribue qd mm pas mal les taquets.
Je prie pour qu'ils déconnent pas ce soir...
Match de l'année pour moi, en tant que belge. C'est pas tout les jours qu'un club de ton pays peu voir une demi finale de coupe d'europe!

Mais oui... les playoffs TUENT les chances du club. C'est d'une tristesse...
Les gars éclairez-moi, le match aller se joue à Bruges ou en Ukraine ? C'est à n'y rien comprendre, certains sites disent Bruges-Dniprotruc, d'autres disent Dniprotruc-Bruges.
Je vais au stade ce soir et j'espère que c'est à Bruges, parce que sinon je ne serai pas là à l'heure !

Sérieusement: à Bruges

Moi je vois Bruges encore passer ce tour-ci. Puis on verra sur qui on tombe et qui on récupère d'ici la semaine prochaine (l'infirmerie est à peu près aussi 'sold out' que le stade ce soir)


@Juventine7: au tour précédent, c'était Besiktas, pas Trabzon'

lebrugeois Niveau : DHR
En plus de Bjorn Engels plusieurs joueurs clés seront absents ce soir: Oscar Duarte, Thomas Meunier et Felipe Gedoz. La défense va devoir être remaniée et sera inédite vu que le jeune Denswil n'est pas qualifié.

Si on ajoute à cela Izquierdo qui n'a pas l'air à 100% ça fait beaucoup mais le Club nous a habitué à des exploits cette saison en Europe...

Croisons les doigts
lebrugeois Niveau : DHR
Message posté par Bernard Fa
Les gars éclairez-moi, le match aller se joue à Bruges ou en Ukraine ? C'est à n'y rien comprendre, certains sites disent Bruges-Dniprotruc, d'autres disent Dniprotruc-Bruges.


C'est à Bruges ce soir, l'UEFA a inversé l'ordre des rencontres
lebrugeois Niveau : DHR
Message posté par Shaolin
Je prie pour qu'ils déconnent pas ce soir...
Match de l'année pour moi, en tant que belge. C'est pas tout les jours qu'un club de ton pays peu voir une demi finale de coupe d'europe!

Mais oui... les playoffs TUENT les chances du club. C'est d'une tristesse...


Les play-offs peuvent sacrer une équipe en forme et ça n'est pas très logique mais d'un autre coté, ils ont renforcé le niveau de la compétition et ont permis aux clubs de faire tourner en début de saison. Y'a du pour et du contre mais sans playoffs tu perds des droits tv.

Il aurait fallu y penser cet hiver et renforcer l'effectif avec des joueurs qui peuvent jouer l'Europe. Surtout que Denswil et Claudemir n'apportent rien du tout.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Latins Football Club
95 11