Italie - Serie A - 16e journée

Eric Maggiori

Victoire pour Conte, Milan enchaîne

Pour son retour sur le banc de la Juve, Antonio Conte s'est offert une courte victoire sur la pelouse de Palerme (0-1). Tout ça pendant que l'autre équipe turinoise, le Torino, se faisait rouster à domicile par le Milan AC (2-4), qui enchaîne là une troisième victoire de rang. Ce soir, Inter-Napoli.

Note
5 votes
5 votes pour une note moyenne de 4.1/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

El Shaarawy, 13ème but en Serie cette saison
El Shaarawy, 13ème but en Serie cette saison
Antonio Conte peut souffler. Son retour sur le banc de la Juventus, après près de six mois d'absence, rime bien avec victoire. Courte victoire, certes, mais victoire quand même. Et c'est bien là le plus important. Quelques jours après sa qualification au second tour de la Ligue des champions, la Vieille Dame était appelée à un nouveau tour de force sur la pelouse de Palerme. Mission accomplie, sur le plus petit des scores. Vučinić ? Vidal ? Pirlo ? Non. Le buteur décisif du jour, c'est Stephan Lichtsteiner, qui ponctue ainsi une magnifique semaine, puisqu'il avait déjà été le meilleur sur la pelouse face au Shakhtar. Un but dont le Suisse partage la paternité avec Vučinić, auteur d'une passe folle en talonnade. Ce succès en Sicile vaut de l'or, et vaut même un peu plus que trois points, puisque ce soir, les deux poursuivants de la Juve, l'Inter et le Napoli, s'affrontent à San Siro. La rencontre ? Quasiment un monologue turinois qui, en plus du but de son latéral hélvète, a trouvé deux fois les montants par Vučinić et a raté deux grosses occasions par Bendtner et Matri, ce dernier ayant résolument perdu son feeling avec le but. Palerme, pour sa part, n'a pas démérité, mais n'a pas brillé non plus. Certes, il y a ce but de Miccoli, annulé justement au quart d'heure de jeu, qui aurait pu changer le cours de la rencontre. Pour le reste, on n'a pas vu grand-chose, hormis peut-être une tentative de Dybala, entré bien trop tard en jeu. En gros, un match maîtrisé par le leader du championnat, qui reprend ainsi cinq points d'avance sur le Napoli, en attendant le match du soir. Et qui apporte une sacrée satisfaction à son coach, enfin de retour parmi les siens.

La passe de trois pour Milan

Pendant que Conte célèbre sa victoire, Massimiliano Allegri, lui, peut souffler. Après des semaines très compliquées, où il est passé à plusieurs reprises à deux doigts du licenciement, le coach du Milan AC peut enfin être serein. Son équipe enchaîne aujourd'hui un troisième succès de rang en championnat. Après la Juve et Catane, c'est le Torino qui est tombé sous les assauts d'El Shaarawy et de ses potes. Le Pharaon en a d'ailleurs profité pour inscrire son 13e but de la saison, un pion qui plaira à Inzaghi pour son caractère renardesque. La réalisation d'El Shaarawy n'a été que la cerise sur le gâteau milanais. Les Rossoneri ont parfaitement su réagir à l'ouverture du Toro, en première période, par Santana, qui avait profité d'une belle bourde de Nocerino. Pas découragés pour autant, les Milanais ont repris les commandes des opérations et ont renversé la tendance, comme ils l'avaient déjà fait à Catane la semaine dernière. Robinho pour l'égalisation, Nocerino pour prendre l'avantage (et se rattraper), Pazzini pour tuer le suspense. Propre, efficace. Milanais.

Le but de Rolando Bianchi, en fin de rencontre, ne change pas grand-chose à la fête. La seule chose qui peut gâcher ces festivités, en revanche, c'est la blessure de Nigel de Jong. Le Néerlandais, touché au tendon d'Achille, pourrait bien être absent pour quelques mois. Un coup dur, duquel les joueurs du Milan AC se consoleront en regardant le classement. Situation qui aurait paru impossible il y a encore quelques semaines : ils sont ce soir septièmes, à cinq points du trio Lazio-Fiorentina-Roma. Une Roma qui, rappelons-le, s'est largement imposée 4-2, hier soir, contre la Fiorentina, revenant ainsi à hauteur de sa victime du soir. Après la rencontre, Zdeněk Zeman, euphorique, s'est laissé aller. « Nous pouvons battre n'importe quelle équipe. » Vrai. Mais aussi perdre contre n'importe qui.

Le Genoa au fond du trou

Juste derrière le Milan AC, au classement, on trouve Catane et l'Atalanta. Les Siciliens ont obtenu cet après-midi une magnifique victoire sur la pelouse de la lanterne rouge, Sienne (1-3). Une victoire qui s'est dessinée en seconde période, après que les Toscans avaient conclu la première période avec un but d'avance, signé Rosina (son premier but en Serie A après son exil en Russie). Mais après la pause, l'équipe de Maran, sous l'impulsion de ses Argentins, se déchaîne. Castro égalise, puis Bergessio, l'ancien Stéphanois (un signe pour le derby de ce soir ?) s'offre un doublé pour le 3-1 final. Un premier succès à l'extérieur pour Catane, qui se retrouve donc à la huitième position, à deux points du Milan AC. Un point derrière, on trouve l'Atalanta, vainqueur hier de Parme. Les joueurs de Bergame confirment leur bonne tenue à domicile. Après y avoir battu l'Inter, ils se payent le scalp de Parme, qui encaisse là un deuxième revers consécutif après celui concédé contre la Lazio. Les supporters bergamaschi pourront dire que, dans le même match, ils ont vu un but de Denis et un autre d'Amauri. Ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Dans le bas de tableau, on disputait un match de la peur à Pescara. Sur le ring, Pescara, 19e, et le Genoa, 18e. On attendait évidemment une réaction du Genoa. Tu parles. L'équipe génoise continue d'afficher ses faiblesses et s'incline 2-0 face au Delfino. Deux buts concédés en seconde période, après une première mi-temps où les Génois auraient dû ouvrir le score, si la barre n'avait pas refusé la joie du but à Vargas et Kucka. Bref, après cette dixième défaite en seize journées, le Genoa se retrouve à l'avant-dernière position, avec un coach, Del Neri, qui devrait sauter dans les prochaines heures. La dramatique saison dernière n'aura donc pas servi de leçon. Enfin, lors du dernier match de la journée, le Chievo est tranquillement allé s'imposer 2-0 sur le terrain de Cagliari. Les Sardes se sont pourtant procuré de nombreuses occasions, mais sont tombés sur un Sorrentino impérial. En face, Paloschi, encore lui, ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score et ouvrir la voie au succès des Veneti. Le Chievo remonte en milieu de tableau, à la douzième position. Sa place habituelle depuis trois ans, en somme.

Les résultats :

Atalanta - Parma 2-1
Denis 4', Peluso 39' / Amauri 45'
Roma - Fiorentina 4-2
Leandro Castán 7', Totti 19' et 45', Osvaldo 88' / Roncaglia 14', El Hamdaoui 46'
Cagliari - Chievo 0-2 `
Paloschi 67', Thereau 87'
Palermo - Juventus 0-1
Lichtsteiner 50'
Pescara - Genoa 2-0
Abbruscato 53', Vukušić 74'
Siena - Catania 1-3
Rosina 10' / Castro 50', Bergessio 67' et 82'
Torino - Milan 2-4
Santana 29', Bianchi 80' / Robinho 40', Nocerino 53', Pazzini 61', El Shaarawy 76'
Inter - Napoli, ce soir, 20h45
Sampdoria - Udinese, lundi, 19h
Bologna - Lazio, lundi, 21h

Suivre Eric Maggiori sur Twitter Eric Maggiori

Parier sur les matchs de Genoa

 





Votre compte sur SOFOOT.com

13 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par maxlojuventino2 le 09/12/2012 à 17:54
      Note : - 1 

    on a vraiment une attaque indigne du reste de l'équipe...

    Vucinic est très précieux dans le jeu collectif mais qu'est ce qu'il est mauvais devant le but...
    Matri, as always... Combatif mais devant le but c'est monsieur 100%, 100% de ses tirs finissent sur le gardien ou en tribune...
    Bendtner, pareil que Matri...

    Quagliarella doit revenir! Avec lui cet aprem c'était minimun 4-0 pour la Juve.

    Pour le reste gros match des défenseurs comme toujours, de lichteiner également, par contre Asamoha a été transparent.

    J'espère que ce n'est pas grave pour Vidal, qui semble s'être faite mal au genou.

  • Message posté par Shellai-93 le 09/12/2012 à 17:59
      

    En effet, Matri est complètement mort psychologiquement pourtant on a rarement vu un attaquant aussi en mal de réussite chez nous, continuer à se faire aligner.

    Ca prouve le peu de possibilité en attaque pour Conte.

    A ça tu rajoute le résumé du match de Man U / City et la larme se fait vite arriver quand tu vois notre presque top player du dernier mercato, alias RVP, faire son job d'attaquant de très grande classe.

    Autrement, il faut quand même noter aussi la main de Pirlo, qui aurait pu (due) déboucher sur un pénalty.

  • Message posté par Trap le 09/12/2012 à 18:19
      Note : 1 

    RVP n'a jamais été proche de la Juve. Pas plus d'ailleurs que la quasi totalité des noms qui ont été évoqués à l'époque. D'ailleurs, aucun de ceux là n'a changé de club sauf RVP pour lequel la Juve n'avait pas les finances(En admettant que le joueur ait été tenté). A
    Je me demande autrement, Bonucci a fait un stage simulation ridicule chez Dida ou Gilardino ?

  • Message posté par Trap le 09/12/2012 à 18:30
      

    J'aurais du tirer mais mon cerveau s'est enrayé... Carton mérité. J'ai donné un mauvais exemple. Que ça me serve de leçon.
    Bon, simulation ridicule mais n'a pas tardé à reconnaitre son erreur. Si c'est un petit soldat c'est un petit soldat avec un cerveau.

  • Message posté par Nicola MH le 09/12/2012 à 18:31
      

    J'apprécie beaucoup Vucinic, bien que je n'aime pas trop la Juve, mais comme l'a dit max qu'est-ce qu'il est nul devant le but, aucune finition, pas de chatte, il touche un nombre incroyable de fois les montants. C'est dommage parce que sinon il est vraiment excellent

  • Message posté par Tato le 09/12/2012 à 18:54
      

    @Trap: Van Persie était quand même venu visiter les installations et le stade de la Juve pendant les négociations, mais la Juve ne pouvait se permettre le salaire. Donc il a été proche.
    Sinon niveau finition ça frôle le pathétique parfois... Quel dommage.

  • Message posté par Trap le 09/12/2012 à 20:13
      

    @Tato, Je croyais que c'était le frère qui avait fait le voyage ?
    Mais bon, pas de sous. Ceci dit, ça ne peut que s'améliorer, Matri qui marque, Giovinco qui marque un but décisif, Vucinic qui arrête de viser les poteaux, Quaglia qui apprend à fermer sa gu*ule, Bendtner qui devient aussi bon sur le terrain que sur Twitter. On peut rêver non ?

  • Message posté par Tato le 09/12/2012 à 20:38
      

    Ah c'est possible en effet, au fond ça change pas grand chose.
    Le soucis c'est que j'ai l'impression que Quagliarella est un meilleur finisseur mais le jeu est moins bon quand il joue. Bendtner a un profil intéressant mais ne la met pas au fond. Matri pareil, ses appels sont toujours tranchants mais la suite c'est une lame en mousse.
    Mais bon au final ça passe, pour une raison, c'est que cette défense est vraiment forte. Bonucci s'est avalé Miccoli tout cru aujourd'hui.

  • Message posté par Tato le 09/12/2012 à 20:45
      

    Ah c'est possible en effet, au fond ça change pas grand chose.
    Le soucis c'est que j'ai l'impression que Quagliarella est un meilleur finisseur mais le jeu est moins bon quand il joue. Bendtner a un profil intéressant mais ne la met pas au fond. Matri pareil, ses appels sont toujours tranchants mais la suite c'est une lame en mousse.
    Mais bon au final ça passe, pour une raison, c'est que cette défense (entendue dans le sens de phase défensive) est vraiment très forte. Bonucci s'est avalé Miccoli tout cru aujourd'hui, ça faisait plaisir.

  • Message posté par europa le 09/12/2012 à 22:06
      

    Ce qui n'a pas changé à la juventus, c'est que le quotient occasions/buts inscrits frise toujours le ridicule...Ce qui a changé, par contre, c'est une moins nette domination dans la durée de possession du ballon qui voisinait souvent les 65% l'an passé, un pressing moins asphyxiant et un jeu un peu moins rapide; est-ce voulu, en raison d'une préparation physique estivale différente de celle de la saison dernière, afin de pouvoir tenir à long terme sur les trois compétitions? Ou bien, est-ce dû au fait que certains joueurs, pirlo, en tête, semblent devenus plus "humains" par rapport au rendement affiché, aussi bien en championnat que lors du dernier euro?

  • Message posté par Shellai-93 le 09/12/2012 à 22:12
      

    Dans les critiquable on peut aussi ajouter Asamoah, qui fait quasiment toujours le même geste technique et qui joue beaucoup trop tête baissé (cf : Pirlo qui demande la balle en contre attaque en fin de match.. et qui bien sur ne la reçoit pas).

  • Message posté par maxlojuventino2 le 09/12/2012 à 23:10
      

    si on a moins la balle que l'an dernier, c'est simplement parce que physiquement on est moins présents, et c'est tout à fait normal puisqu'au lieu de jouer une fois par semaine, on joue deux fois...
    ça induit forcément une baisse d'intensité physique et une moins bonne récupération du ballon.


    Il n'y a que Barcelone qui peut se permettre de jouer 70 matches par saison au même rythme... Je ne dirais pas qu'ils sont chargés, mais je le pense très fort...(c'était la petite attaque gratuite du soir...)

  • Message posté par Tato le 09/12/2012 à 23:36
      

    Je pense que le niveau d'exigence est très haut de la part de certains.
    Pour rappel la Juve ne jouait que le championnat l'an dernier, et cette année elle finit invaincue et première dans la deuxième poule la plus relevée. C'est donc normal d'avoir du bien et du moins bien. Cela dit aujourd'hui regardez les conditions de jeu avant de critiquer, et ils venaient de jouer le Shakhtar dans un match décisif mercredi.
    On a tendance à oublier qu'Asamoah ne joue pas à son poste mais est tellement monstrueux qu'on en devient pinailleur: il couvre tout le côté gauche comme peu de joueurs peuvent le faire, et ne s'économise jamais, c'est un monstre! Regardez la différence avec De Ceglie, c'est pas la même catégorie.
    Bref, en dehors des occasions ratées qui auraient pu couter cher, je ne trouve rien à redire étant donné le contexte du match: un fond de jeu, des combinaisons, des beaux gestes, une défense solide, un super but.
    On peut toujours en demander plus, mais rappelez-vous le niveau jeu d'avant Conte, où même les victoires étaient un spectacle navrant.


13 réactions :
Poster un commentaire