Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // FIFA Ballon d'or
  2. // Entraîneurs

Vicente, José ou Josep ?

Y'a pas que le jus de jambes (Messi, Xavi, Iniesta), y'a aussi le jus de crâne : Del Bosque, Mourinho, Guardiola... Ce sont les trois sélectionnés à concourir pour le titre de meilleur entraîneur de l'année. Le lauréat sera connu le 10 janvier 2011 prochain. Faîtes vos jeux...

Modififié
Que ce soit pour les joueurs ou les entraîneurs, y'a le Ballon d'Or et le Ballon Dehors. Le « Ballon Dehors » , ce sont les éliminés. Chez les coaches, ce sont les 7 techniciens éliminés. Parce qu'ils étaient 10 au départ. Des sélectionneurs nationaux et des coaches de clubs : Vicente Del Bosque (Espagne), Bert Van Marwijk (Pays-Bas), Joachim Löw (Allemagne), Oscar Tabarez (Uruguay), Louis Van Gaal (Bayern Munich), Carlo Ancelotti (Chelsea), Pep Guardiola (FC Barcelone), Jose Mourinho (Inter Milan), Alex Ferguson (Manchester United) et Arsène Wenger (Arsenal). Exit les 7 Chevaux du Malheur (ou les 7 Nains ?) et place aux finalistes, donc : Del Bosque, Guardiola et Mourinho. Exercice difficile, déjà, parce qu'il y a confusion nécessaire entre sélectionneurs et entraîneurs de clubs : même passion mais pas le même métier ? Si : le même métier. Mais on sait bien qu'il y a des différences dans l'exercice de la profession. Un sélectionneur voit son « groupe » en moyenne trois jours tous les un mois et demi, alors que le coach de club gère ses joueurs au quotidien. Qu'un sélectionneur se contente des meilleurs joueurs nationaux (s'il y en a !), alors que le coach de club a tout le loisir de recruter partout où il le souhaite, etc... Donc, pas facile de choisir « LE » meilleur entraîneur de l'année.

Shehata oublié : la honte !

En plus, 2010 était année de Coupe du monde, donc le panel de candidats était riche et divers : des coachs de clubs et des sélectionneurs. Et pour les années où il n'y aura ni Euro, ni Coupe du Monde ? On se doute que dans ces années impaires, le meilleur coach sera celui qui aura remporté la C1, non ? Ou bien alors peut-être aussi celui qui remportera la Copa America (disputée les années impaires) ? On en doute... Et la CAN ? Ben, oui : à partir de 2013, la CAN se déroulera tous les deux ans, les années impaires. Mais pourquoi parler de la Coupe d'Afrique des Nations ? Pour dénoncer un scandale stratosphérique : l'absence d'Hassan Shehata dans la liste des 10 de la FIFA. Le bon Shehata, coach des Pharaons d'Egypte, vainqueur de trois CAN d'affilée (2006, 2008, 2010). Mais, quoi ?... Équipe de merde ? Compétition de merde ? Continent de merde ? France Football et la FIFA ont salement déconné.

Pour qui a vu jouer l'Egypte lors de ces trois CAN, outre le palmarès inouï des trois trophées d'affilée, la consternation est d'autant plus grande qu'il existe une « griffe » Shehata : une identité de jeu immédiatement lisible, une discipline tactique dure mais non figée et souvent un sens du coaching renversant. On n'a rien contre Arsène Wenger et sa nursery babillante mais au vu du palmarès et de la constance dans la performance, l'absence de Shehata fait tache. La CAN, c'est pas rien, nom d'un chien... Donc voilà, on connaît déjà les deux « Ballons Dehors 2010 » , joueur et entraîneur : Wesley Sneijder et Hassan Shehata.

« Vincent Du Bois » , héros ordinaire...

Retour à nos trois « finalistes » , Vicente, Pep et José... Vicente Del Bosque est l'entraîneur champion du monde. Point barre. Avec ça, tu rentres partout, tu prends ce que tu veux et tu payes pas : CHAMPION DU MONDE ! C'est le trophée assuré pour Vince. Sauf que... Avec lui, le débat est archi-connu : quel mérite pour Del Bosque d'avoir gagné en récupérant juste la super Roja, déjà championne du monde avec Aragonès ? Une équipe qui roule toute seule, avec quasi le même effectif et avec le même background blaugrana, mâtiné de Real et de Valence (pour faire vite)... C'est un peu le même débat qu'avec Roger Lemerre, vainqueur de l'Euro 2000 avec les Bleus de 98, ceux de Jacquet. Pas entièrement faux, ce début de procès en illégitimité de Vicente. Mais il ne tient pas debout... Del Bosque n'est pas né en 2010. D'abord, il a été un très grand joueur du Real et un immense entraîneur du Real aussi (la dernière C1 du club, en 2002, c'est lui). Pour le reste, on ne va pas entrer dans les détails précis de sa gestion de l'équipe d'Espagne au Mondial 2010 (équipes-type, coaching lors des matchs, causerie étonnamment apaisée juste avant la finale).

On va juste rappeler qu'on lui avait confié la plus grande mission de l'histoire du foot espagnol : être enfin champion du monde. Mission accomplie : l'Espagne était le dernier grand pays de football à n'avoir jamais été consacrée mondialement. C'est fait. Fastoche, avec la super équipe qu'il avait ? Jamais de la vie. Il a réussi là où beaucoup de sélectionneurs, eux aussi possesseurs de superbes équipes, ont échoué : Costa (coach du Brésil, coupe du monde 1950), Sebes (Hongrie, 1954), Rinus Michels (Hollande 1974), Tele Santana (Brésil 1982 et 1986), voire même Roger Lemerre (France 2002)... Symboliquement, l'Espagne/ Del Bosque ont battu les Pays-Bas, l'une des nations à avoir constamment eu depuis 1974 des grandes générations (74, 78, 88, 94, 98, 2000-2002, etc.) mais jamais sacrées.


Le Mou, plus que Pep ?

José Mourinho... Le palmarès, toujours. C'est ce qui fait d'abord les rois du Ballon d'Or (en principe ! Demandez à Wesley...) Le triplé avec l'Inter... Double vainqueur de la C1 avec deux clubs différents, Porto et l'Inter... Champion d'Italie, après avoir été champion du Portugal et d'Angleterre. Il a été le seul à détraquer la mécanique infernale blaugrana en Ligue des Champions, voilà qui comptera. Meneur d'hommes qui adhèrent cash à son projet de jeu, partout où il passe. Le charisme et l'humour ravageur. Par moment, il fait l'actu foot à lui tout seul, d'un geste (les mains menottées), d'une image (la qualif en finale de C1 et la course, doigt levé au « Camp Mou » ), d'une déclaration assassine ( « Si Benitez gagne la coupe du monde des clubs, ce sera avec MON équipe... » ), voire de moments forts totalement inattendus (la longue accolade en pleurs dans les bras de Materrazzi). Le Mou n'est pas un saint : il insulte les arbitres et ruse comme un margoulin pour faire expulser Ramos et Xabi Alonso ? Et alors ?... Mourinho s'est lancé dans un immense challenge : refaire du Real un champion d'Espagne et d'Europe. Rien que ça... Et avec la manière ! Le cahier des charges de la Maison Meringuée impose du jeu et du spectacle. Dont acte : le Mou s'y plie. Malgré le Clasico désastreux au Barça (0-5), la mission continue. Mais pour l'instant, c'est surtout le coach de l'Inter qui concourt...

Et Guardiola ? Il pourrait sans problème être sacré. Pas besoin du dernier Clasico (joué après le scrutin) pour avoir à prouver que le Pep est un génie du coaching. Tout a été dit depuis le sextuplé historique de 2009... A-t-il dépassé Cruyff ? Sans doute...Le Barça actuel du Pep est-il le meilleur club de tous les temps ? Pas loin... Reste que le Barça n'a gagné qu'un titre : la Liga. Et qu'il a échoué en C1, battu justement par l'Inter et Mourinho... Alors ? Alors pour cette année Pep s'est incliné derrière Del Bosque et Mourinho : «  Le titre doit se jouer entre ces deux-là » a-t-il concédé sans amertume. Verdict, le 10 janvier 2011 à Zurich...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68
À lire ensuite
Hanovre, la résurrection