1. //
  2. //
  3. //
  4. // Red Star/Amiens
  5. // Billet d'humeur

Veuillez rendre l'âme… du Red Star à qui elle appartient !

Le retour du Red Star parmi l'élite professionnelle – en L2 - a suscité un regain d'intérêt pour cette vénérable institution, une des rares à pouvoir se revendiquer centenaire dans l'Hexagone. Seulement, cette délicieuse storytelling, sur fond de « vrai foot » et de « musée social » à ciel ouvert, se trouve désormais hantée d'un doute quasi ontologique. Et si l'enfant de Jules Rimet et l'autre petite fiancée de François Hollande y perdait son « âme » , notamment en devant inévitablement quitter son antre de Bauer ? Car le club audonien a une âme, et cela n'a pas de prix de nos jours…

Modififié
0 21
Depuis toujours, le foot essaie d'introduire un peu de philosophie et de spiritualité dans son existence. Comme si ce sport désirait donner tort aux sempiternelles accusations de futilité et de vacuité qui lui tombent régulièrement dessus. Bill Shankly, intronisé aujourd'hui Bob Dylan du ballon rond, l'avait fort bien résumé sans trop s'en rendre compte : « Le football, ce n'est pas une question de vie ou de mort. C'est bien plus important que cela. » Bel aphorisme qui révèle un besoin quasi nietzschéen de prouver qu'au-delà des gradins et des pelouses, quelque chose d'immatériel pouvait se cristalliser et d'un coup élever les affaires temporelles de ce banal amusement vers le sacré et donc l'essentiel, si ce n'est l'essence de la vie. Les clubs n'ont donc pas seulement des propriétaires et des problèmes avec l'arbitrage, ils ont une âme. Et cette dernière peut se perdre (en route ou lors d'un accident d'avion – le Torino en sait quelque chose), se vendre (au diable en général ou à la FIFA si l'on en croit les Anglais), voire migrer (chez les bouddhistes ou d'un Ajax à un Barça). Derrière cette affirmation jamais vérifiée, sinon invérifiable, mais qui réalise l'unanimité, de l'ultra aux dirigeants, se cache l'un des enjeux cruciaux pour l'avenir du ballon rond : comment conserver un peu de merveilleux dans une activité de plus en plus basiquement économique ?

Sartre contre Péguy


Car, tout comme le salut s'achetait au temps des indulgences, le bien le plus précieux que puisse posséder quiconque fait immédiatement monter les enchères du salut. Et si Aulas s'apparente dans cette perspective à un Luther mariant prédestination (de Champions League) et esprit protestant du capitalisme (et de son OL Land), le Red Star semble être resté fidèle aux convictions catho de gauche de son fondateur, ce brave Jules Rimet (mille pardons encore pour Depardieu). Car le sport est l'un des rares « produits » qui ne peut se passer d'un petit supplément mystique. En voici donc l'exemple parfait qui se profile sous nos yeux. Du côté du 9-3, tout le monde le pense, du kop aux bureaux de presse : le club est unique. Il a quelque chose d'inestimable à offrir au foot français, ou plutôt à ses clubs, qui de Lyon au PSG, fonctionnent plus sur l'existentialisme d'un Sartre - je suis car j'ai des titres - que sur la mystique républicaine de Péguy – la morale forge la grandeur d'âme. Or, sans insister de manière trop irrespectueuse, l'importance de l'âme d'un club est souvent inversement proportionnelle à son palmarès. La Juventus n'a pas besoin de le plastronner à quelques jours de son rendez-vous avec les Catalans. Les grands clubs peuvent ainsi quitter sans douleur leur stade d'origine – malgré quelques larmes compréhensibles - pour remplir l'armoire à trophées ailleurs. À Saint-Ouen, impossible de se payer un tel luxe. On ne possède que peu de choses, dont la plus belle ne se cote pas en bourse : son âme.

Et elle s'enracine dans son temple profane, tout comme les bourses du travail furent « les premières cathédrales ouvrières » dixit la grande historienne Madeleine Rébérioux. Le kop le chante, chacun le pense, si le club doit réaliser un exode vers un autre baptistère que Bauer, c'est-à-dire un autre environnement, il y gagnera peut-être une petite saison en L2, il y perdra sa substance, son corps, son souffle vital. Et Aristote avait prévenu : l'âme représente ce qui permet à quelque chose d'exister. Cette âme focalise tout ce qu'aime son actuel public, aussi bien les gamins de l'école de foot que les supporters avides de légendes populaires du foot, ou encore les hipsters, peu nombreux, qui viennent y goûter leur part de vertige. Sans cette patine inimitable, le Paris FC ou Créteil auraient eux aussi droit à cette gentille attention pleine de tendresse pour ce vieil oncle du foot tricolore qui revient promener l'an prochain ses souvenirs contre ETG ou Lens. En émigrant de cette incarnation de son histoire et de son manteau urbain de patrimoine banlieusard, et pour tout dire communiste – celui de l'époque de plein emploi et de Jacques Duclos -, le Red Star verrait s'évaporer son être profond pour devenir un « autre pensionnaire » ordinaire d'une L2 somme toute banale.

L'aimera-t-on encore ?


Voila peut-être le paradoxe insondable auquel se trouve confronté l'ambitieux projet porté par le président Haddad. La longue éclipse sportive du Red Star le prive des mêmes dynamiques financières et autres bricoles des marchands du temps dont s'abreuvent l'OL ou le PSG. D'ailleurs, au passage, même Sochaux, frère jumeau patronal, a rendu les armes et changé de main, preuve que les cycles se ferment aussi chez cet « ennemi de classe » un peu dépassé que demeure l'industrie automobile tricolore. S'il veut redevenir un grand club, le Red Star ne pourra donc se contenter de parier sur le recrutement d'intersaison. Faute de moyens, et aussi parce que simplement personne n'a besoin de lui ainsi en région parisienne sur ce plan, il s'imposera à lui de conserver absolument sa carte maîtresse. Car l'âme dans le foot n'est pas immortelle. À en croire certains, celle du foot anglais a par exemple succombé sous Thatcher. Même les « ados » du PSG affirment que l'arrivée des Qataris l'a assassinée dans la capitale. Le foot français est désormais surtout fils du plan Leproux et de la DNCG. Pour preuve, on ne parle aujourd'hui pour le Red Star pas de mercato, de transfert, mais de trahison, de valeurs et de la peur d'un destin à la Luzenac…

Et dans un étrange paradoxe dont notre pays a le secret, la direction du club fait mine d'épouser, à front renversé, un matérialisme historique de bon aloi qui ne croit que dans le dur et le concret ( « L'homme n'est rien d'autre que la série de ses actes » , disait Hegel, et le club celui de ses matchs), tandis que les supporters refusent d'oublier les vertus supérieures de leurs couleurs. Or, à l'instar des nations modernes, inventions contemporaines se réclamant de filiation millénaire (cf. Imagined Communities de Benedict Anderson), l'âme du Red star est une création pour le moins récente. Elle se bricole des rêves et des bribes d'histoires, en enjambant les mauvais souvenirs comme autant de légendes apocryphes (par exemple la période Doumeng, ce milliardaire rouge). Cette âme est surtout un instantané en creux de ce qui passe, ou ne se passe plus, dans le reste du pays. Le Red Star est ce qui reste de ce qui a été perdu ailleurs ou balancé en chemin sous la pression de la préfecture. Du musée de Saint-Étienne aux banderoles lensoises, chacun essaie effectivement de montrer que son club garde son « âme » , malgré la fuite en avant (ou vers l'Azerbaïdjan ou la Chine) du foot professionnel. Au Red Star, la quadrature du cercle a pris pour une fois une tournure très simple. Au moment de briller à nouveau, il est presque obligé de renoncer au parfum de béton et au charme anachronique de Bauer. La seule question qui vaille désormais est : « L'aimera-t-on encore ? » Car « il n'y a que les passions et les grandes passions qui puissent élever l'âme aux grandes choses » (Diderot).

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 4
Très bel article qui illustre une fois de plus que le football professionnel est de plus en plus une menace à la culture du football. La vérité, c'est que pour se pérenniser, les clubs n'ont pas d'autre choix que de suivre le mouvement.
C'est ici que les supporters ont leur rôle à jouer, ils sont les porteurs, en partie, de l'âme d'un club, mais ils ne pourront pas le faire tout seul.
Mais il n'y a pas que le public qui doit aimer un club: quid du rôle des joueurs là-dedans? Ou est-ce que les joueurs ne seront plus que des instruments dans lesquels investir?
Duc de Lauzun Niveau : District
Ça va on s'est bien branlé la nouille ce matin ?

Nathalie kosciusko-morizet(oui je t'ai reconnu)si tu pouvais laisser notre club tranquille et laisser la plume à quelqu'un d'autre la prochaine fois car là c'est l'article de trop, et à force de dire de la merde on finit par l'incarner.

Et si tu es à Bauer ce soir, envoie des cordes vocales au lieu de continuer à t'astiquer le zob.

Le bisou.
Je voyais pas beaucoup de pigistes de So Foot à Bauer se tripoter sur "l'âme du club" quand ça jouait en CFA 2 alors venez pas nous la jouer puristes, par pitié.
Hou la ça part quand même très loin même si j'aime toujours les articles pluridisciplinaires qui parlent foot...par contre je suis étonné de ne pas voir sur sofoot un billet d'humeur ou même une brève sur le passage à 2 relégations en ligue 1.
Note : 2
Et bah pour ma part, quitte à être rejeté par les éternels, j'irais voir jouer ce red star à Bauer ou ailleurs (tant qu'à faire à Bauer) car il m'intrigue.

Je n'ai pas eu la joie de voir l'age d'or de ce club. Du coup, pour moi, le Red Star, c'est un club dont on parlait au passé, une légende urbaine, quelque chose qui n'existe pas vraiment. Et là, ce club nous fait une réapparition! Ça sonne un peu divin dans ma tête mais du coup, je me demande si les supporters y croyaient toujours eux.
Enfin bref, tout ça pour dire que c'est pas tous les jours que Jesus retourne à la vie, donc autant en profiter !
Où j'apprend que NKM aurait un zob ...

Déception parce que la bobo de droite m'a toujours laissé imaginer des choses peu avouables ici même.

Sinon, le Red Star ... comment ne pas avoir un minimum d'empathie avec un club qui partage le même logo qu'Heineken.
Chatte Ayrton Niveau : CFA2
c'est beau mais ca veut pas dire grand chose : à aucun moment dans ce pavé, l'auteur décrit précisément ce qu'il entend pas "âme du club" (au delà des lieux communs habituels)...

Bref, chacun veut sa part du Red Star maintenant qu'il remonte.
lisandrofan38 Niveau : District
Les nostalgiques qui vivent dans le "c'était mieux avant" ça me soule".
Même pas une petite brève sur la Meinau à guichet fermé ce soir?
Je suis pas parisien et j'ai moins de 90 ans donc je sais pas trop pourquoi on nous bassine avec ce club. Mais si j'ai bien compris il va perdre son âme parce qu'en montant en Ligue 2 il risque de ne plus être un club amateur insignifiant?
Note : 1
Classe l'allusion à Noir Désir.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Note : 3
Alors déjà l'allusion à Noir Désir marche pas du tout, elle est complètement tirée par les cheveux et l'article n'est pas assez cynique pour la justifier.

Ensuite, je comprend pas. Quand on supporte une équipe et que celle-ci monte dans la division supérieur, on est censé être content, non ? Le Stade Bauer a une âme ? Faut arrêter avec ce mot. Déjà, nous ne savons même pas si nous en avons une, alors une stade. Il a peut-être une atmosphère chargée d'histoires, mais personnellement j'ai plus de respect pour ceux qui écrivent l'histoire que ceux qui la racontent.

"Le c'était mieux avant, ça va cinq minutes". Le Stade Bauer est ultra vétuste, faut savoir vivre avec son époque. Je préfère mille fois le vélodrome actuel, que je trouve beau, chaleureux et convivial que l'ancien stade, où j'ai pris une averse tropicale contre le Milan en 2009 et un Mistral glacial à 110 Km/h contre Saint-Etienne en 2006. Et ce n'étaient pas des bons souvenirs, c'était juste casse-couille !

Cet article empeste le popullisme.
"Belle aphorisme qui révèle un besoin quasi nietzschéen de prouver qu'au-delà des gradins et des pelouses, quelque chose d'immatériel pouvait se cristalliser et d'un coup élever les affaires temporelles de ce banal amusement vers le sacré et donc l'essentiel, si ce n'est l'essence de la vie."

Franchement M. Kssis-Martov, j'aime beaucoup la philosophie et je suis le premier à apprécier la construction d'une belle phrase.

Mais là pour le coup, ça devient n'importe quoi, on doit relire trois fois ce pavé pour le comprendre, et le pire c'est que c'est creux au final. Aucun rapport entre Nietzsche et "le besoin de prouver qu'au-delà des gradins et des pelouses, quelque chose d'immatériel pouvait se cristalliser".

C'est pas le concours d'entrée de l'ENS quoi. Et puis "aphorisme" c'est un nom masculin. La bise.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 4
Il y a encore des gens qui font la vanne sur les initiales de NKM ?

Sinon, même si c'est bien pour la banlieue que le Red Star remonte, j'en ai un peu marre de cette hype. 26 000 personnes à La Meinau, ça mériterais aussi un article pour nos rivaux du derby de la saucisse
Non 26,000 personnes a la Meinau ca meriterait une breve.
SF est tres oriente a gauche, le Red aussi en plus d'etre un club historique, cette "hype" ne me choque pas outre mesure, ca change des articles sur Pastore et le Z ou sur le Mou.
PS: ca me fait sourire d'associer Bauer et banlieue alors que le stade est a 5 minutes a pied de la porte de Clignancourt.
Message posté par AriGold
Non 26,000 personnes a la Meinau ca meriterait une breve.
SF est tres oriente a gauche, le Red aussi en plus d'etre un club historique, cette "hype" ne me choque pas outre mesure, ca change des articles sur Pastore et le Z ou sur le Mou.
PS: ca me fait sourire d'associer Bauer et banlieue alors que le stade est a 5 minutes a pied de la porte de Clignancourt.



A moins que St Ouen soit incorporée en tant que nouvel arrondissement, ça me semble compliqué de trouver un autre mot, smiley clin d'oeil
Cher AriGold, un Parisien de souche (bouh, le gros mot !) répondrait qu'à cinq minutes à pied du périph, on n'est plus en banlieue, on est en province...
Me dis pas que j'ai achete toutes mes paires de baskets pendant 10 ans en banlieue Pablo, putain mes potes vont me charrier :)
Abscons, incompréhensible, indigeste, prose condescendante, étalage de références culturelles à deux balles. Cela prétend défendre le foot populaire et les prolos mais pratique le logos des mauvais salons de la rive gauche pour invertis en mal de sensations. Ce papier est un étron, une fiente mal enrobée… normal car rédigé par un trou du cul
Message posté par Tengen
"Belle aphorisme qui révèle un besoin quasi nietzschéen de prouver qu'au-delà des gradins et des pelouses, quelque chose d'immatériel pouvait se cristalliser et d'un coup élever les affaires temporelles de ce banal amusement vers le sacré et donc l'essentiel, si ce n'est l'essence de la vie."

Franchement M. Kssis-Martov, j'aime beaucoup la philosophie et je suis le premier à apprécier la construction d'une belle phrase.

Mais là pour le coup, ça devient n'importe quoi, on doit relire trois fois ce pavé pour le comprendre, et le pire c'est que c'est creux au final. Aucun rapport entre Nietzsche et "le besoin de prouver qu'au-delà des gradins et des pelouses, quelque chose d'immatériel pouvait se cristalliser".

C'est pas le concours d'entrée de l'ENS quoi. Et puis "aphorisme" c'est un nom masculin. La bise.


C'est ce que je me suis dit : on dirait une copie d'un hypo B/L, à base de name dropping. Prometteur, mais hypo. Comme un jeune qui perd le ballon parce qu'il fait trop de passements de jambe.
C'est vrai que c'est creux et il faudrait pas mal épurer le propos, en commençant par expliquer ce que c'est que cette "âme".
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 21