1. //
  2. // 38ème journée
  3. // Bilan

Vers la fin d’une Premier League ?

38ème et dernière journée de Premier League ce dimanche, avec pour seul enjeu la quatrième et dernière place qualificative en C1 que se disputent Arsenal et Tottenham. Ce soir se termine une saison qui aura vu partir Paul Scholes, Sir Alex Ferguson, Jamie Carragher et beaucoup d’intensité. Les temps changent et il n’y a pas de raison que l’Angleterre soit épargnée.

Modififié
0 20
Il a compris. Il a pleuré. Il a serré une dernière main, celle de Tripy Makonda puis il est parti. Samedi soir, David Beckham a mis un terme à sa carrière et beaucoup ont préféré rire des larmes de la patte droite la plus soyeuse de la décennie plutôt que de comprendre. Car la signification de la retraite du Spice Boy est ailleurs. A quelques centaines de kilomètres au Nord. Lob, Wimbledon, corners, Bayern Munich, Roy Keane, Cantona, Scholes, mèches blondes. Becks, c’est un type qui, avant de faire vendre des caleçons, a connu une certaine idée de la Premier League. Un championnat de bonhomme. Celui de la paire Yorke – Cole, celui qui faisait trembler l’Europe, celui qui n’est plus vraiment aujourd’hui.

Fracture Nord-Sud

C’est un bilan catastrophique que dresse le Courrier International sorti en kiosque la semaine passée. La triste ville de Blackpool est prise en exemple, mais c’est plus généralement le Nord de l’Angleterre – et/ou tout ce qui ne touche pas de près à Londres – qui souffre de la cure d’austérité. Dans cette région de l’Angleterre, les clubs de football – grands et petits - sont aussi empilés que les innombrables bazars qui font face à la plage de Blackpool. Là haut, au royaume de Manchester United et de Liverpool, les historiques, ce n’est pas seulement la fin de la prospérité. C’est aussi la fin d’un football. Beckham est parti et si cela fait un peu plus d’une décennie qu’il n’a plus foulé une pelouse en Premier League, le fait qu’il mette un terme à sa carrière vient sans aucun doute mettre un peu plus de mousse dans la pinte de nostalgie dans laquelle les amoureux du football se noient dans cette région de l’Angleterre. La retraite de Beckham la même année où Paul Scholes raccroche définitivement les crampons, c’est la fin des années 90. Alors quand les derniers des Mohicans que sont Sir Alex Ferguson mais aussi Jamie Carragher disent également stop, on n’est qu’à un Steven Gerrard et un Ryan Giggs de perdre tous ses repères. Comme après chaque rupture, on essaye de s’y faire, de dire que de toute façon, ça va passer, mais imaginer la Premier League sans les cheveux roux de Scholes, sans l’Anglais incompréhensible du Red de toujours Carragher et sans la face rosée de Sir Alex, c’est difficile. Surtout que dans le même temps, encore un peu plus au Nord, à Newcastle, on fait n’importe quoi. On dit que « c’est français » comme pour draguer une californienne frivole, mais ça marche aussi bien qu’une campagne de communication de François Hollande. A Birmingham aussi, on a eu chaud. Les Villans ne sont passé qu’à un Christian Benteke d’une relégation à l’étage inférieur. A Londres, on peut rigoler. Mais pas trop.

Valse des coachs et chaos technique

D’abord parce que les années passent et n’épargnent pas la capitale. Scholes, Beckham et Fergie hier. Lampard, Terry et Wenger demain. Ensuite parce qu’en terme de n’importe quoi, Londres a son Newcastle : les Queens Park Rangers. Au fond, là où les Londoniens peuvent se féliciter, c’est qu’à une époque où beaucoup se demandent ce qu’ils foutent dans l’UE, le seul rayon de soleil européen du Royaume vient de chez eux. Une Europa League ramassée par Chelsea, juste un an après la Ligue des Champions. Solide. La C1, justement. Une compétition où les Anglais n’ont placé aucun représentant en quarts de finale. Une première depuis 1995/1996, une époque où Ryan Giggs n’avait disputé que 200 matchs en Premier League. Plus globalement, sur les huit dernières finales de C1, sept comptaient un représentant anglais. De là à en tirer des enseignements, le pas est un peu grand à faire, mais c’est un fait : le football est cyclique. Il y a eu la grande Serie A, celle qui faisait trembler l’Europe. Aujourd’hui, grâce à la Juventus, quelques années après l’Inter du Mou, la Botte retrouve des couleurs. Il y a donc eu la grande Premier League. Celle des années 2000. S’il ne fait aucun doute que Manchester United fait un très beau champion cette saison – avec potentiellement un titre à plus de 90 points – il suffit d’avoir regardé quelques matchs anglais cette année pour se poser quelques questions. L’Angleterre est une terre de chocs permanents. En effet, grâce au nombre de « gros clubs » , rares sont les journées sans grandes affiches à se mettre sous la dent. Cette année, la plupart de ces parties ont été décevantes. Quelques buts certes, la sempiternelle « intensité anglaise » , mais aussi un grand flou tactique et, en somme, un football très brouillon, avec des fulgurances mais aussi des carences. A la fin de cette saison, Everton, Manchester United, Manchester City et Chelsea changeront de coach. Pas rien dans un Royaume où King Alex a fait régner la stabilité. Intéressant quand on sait que les successeurs de Moyes, Fergie, Mancini et Benitez auront la tache de relancer la machine Premier League. Une machine qui a perdu des cadres, des repères et de sa superbe. Mais David peut sécher ses larmes. Au pays du football, le ballon rond ne mourra jamais.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quand Gerrard prendra sa retraite, c'est moi qui vais verser des larmes.
Swann Borsellino Niveau : DHR
Vrai.
Mais on a limite envie de dire que sa retraite, elle date d'avant...
Et dieu sait que j'ai aimé ce joueur...
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 5
J'ai bien peur aussi de chialer comme un gosse au dernier match de Gerrard, putain* l'émotion que cela va être..
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par RonHarris
Triste de voir que le départ à la retraite d'Owen est complètement occulté par les autres annonces de retraite. C'était tout de même un joueur extraordinaire, virevoltant et beau à voir. Dommage qu'il se soit perdu, avec de nombreuses blessures et de mauvais choix de clubs.


Mouais... Owen c'est deux ans de superbe. Guère plus. Alors certes, le ballon d'or lui a rendu hommage pour ce cycle, pour le reste, faut bien admettre que les circonstances l'ont fait rentrer dans le rang.
Pour moi, il ne s'est pas inscrit dans la durée. Il reste un lointain souvenir, d'un mec qui n'aura trusté qu'une C3 et un titre de champion lors d'une année où il n'aura joué que 10 matchs.
En fin de saison, y'a ceux qui s'excitent sur les rumeurs de transferts, et ceux qui pleurent ceux qui partent.

Et cette année fait particulièrement mal. Scholes, Ferguson, Beckham, Carragher, Van Bommel, Owen, Giuly...

Le jour où Gerrard partira... Non non, n'y pensons pas!
Et avec les départs de Guardiola, Mourinho, et CR7 ; la fin de la Liga, on en parle?
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Franchement j'aurais vraiment aimé que tous les joueurs finissent comme en Angleterre et en Italie... Parce que voir des Scholes, Carragher,Inzaghi, Seedorf, Maldini,... (et bientôt Gerrard, Giggs, Lampard) finir dans "leur club" c'est magnifique! Vous imaginez si Ronnie avait fini au Barça, Raul au Real, Beckham à Man U, Ronaldo à l'inter, Pirlo à Milan, Del Piero à la Juve, Eto'o au Barça, Drogba à Chelsea, Henry à Arsenal, Juninho à Lyon, R.Carlos au Real, Campbell à Arsenal,... ça serait la folie!
Après la vague de mastodontes du Milan, vlà la vague anglaise....
La fin d'une époque, sûrement.
Les plus jeunes auront sûement leurs héros aussi. Pu*** ça rend triste quand meme.
La fin est intéressante. Suis complétement d'accord avec le flou tactique et le football brouillon, symbolisé d'après moi par le Chelsea de l'an dernier incapable de trouver un équilibre entre attaque et défense, essayant d'attaquer en PL en laissant des espaces énormes et défendant à 10 en CL pour gagner sur des coups de chance.

MU reste le projet le plus cohérent mais va falloir le milieu (et la défense). City doit se trouver un milieu et un entraîneur, Arsenal fait illusion comme d'hab en finissant bien ses saisons. Reste Tottenham qui tient principalement sur Bale et Liverpool, pas mal en 2013 et qui fait plus ou moins bien les choses mais qui aura de toute manière pas assez d'argent pour combler tous les trous de son équipe. En bref, pour moi, y'a de la reconstruction dans l'air et je suis pas confiant pour les cinq prochaines années.
ToxikCheese Niveau : Loisir
Le foot est vraiment entrain de changer d'image ces derniers temps...

en quelques années, Pirlo est devenu vieux, Del Piero est en Australie, Ronnie est rentré au bled, Zanetti c'est blessé gravement, Scholes rejoins Keane chez les retraité, Henry est en MLS, Trezeguet en Argentine, Inzaghi est parti.. Van Der Sar, Maldini et Sheva se sont arrêter, Buffon est vieux, Seedorf est en pré-retraite, le Real n'est plus galactique, Beckham s'arrete, Owen arrête...

Ya pas si longtemps, Keane arretait, Roberto Carlos aussi...

Fichu coup de vieux... De cette époque, il ne reste plus grand chose, espérons que Zannetti revienne, que Stankovic continue, que Giggs ne fasse pas l'année de trop. Il faut d'avantage suivre les saisons de mecs comme Gerrard ou Lampard, guetté les blessures éventuelles de Pirlo...
Note : 5
Ne soyons pas trop nostalgiques! Certes, ces joueurs étaient magnifiques à voir jouer, emblématiques de leur club, pour certains on a découvert le foot grâce à eux, ils nous ont fait rêver... Mais il y en aura d'autres qui feront se soulever les foules, d'autres qui porteront leur club en haut de l'affiche et deviendront des références. Alors on passera sûrement pour des vieux cons* en disant que c'était mieux avant, mais on assistera le sourire aux lèvres à l'éclosion d'une nouvelle génération de grands footeux qui donneront du plaisir à nos gosses.
Assez d'accord, on sent clairement la fin d'une époque, et pour moi ça sera encore pire quand Gerrard et Pirlo partirons, mes deux joueurs préférés.

D'accord aussi avec le flou tactique qui règne en PL, fan des gunners depuis que j'suis gosse, même eux on perdu de leur superbe, leur jeu est moins fluide, moins beau. Après arsenal à de bonnes bases et peut être le demain de la PL, pareil pour Manchester United qui devrait se remettre à faire mal en league des champions.
volontaire82 Niveau : Loisir
Superbe article.
Profitons de la journée d'aujourd'hui, parce qu'après nous ne verrons plus jamais la Premier League de la même façon.

Je doute sincèrement pouvoir revoir un jour un football aussi classe dans un championnat que cette génération Beckham Scholes Lampard Gerrard Carragher (oui oui même lui) Ferdinand et bien sûr Giggs, tout ce beau monde conduit par Fergie. On pourrait même y ajouter Rooney, qui risque de se barrer de ManU.. Une page se tourne, définitivement.
Message posté par Pascal Pierre


Mouais... Owen c'est deux ans de superbe. Guère plus. Alors certes, le ballon d'or lui a rendu hommage pour ce cycle, pour le reste, faut bien admettre que les circonstances l'ont fait rentrer dans le rang.
Pour moi, il ne s'est pas inscrit dans la durée. Il reste un lointain souvenir, d'un mec qui n'aura trusté qu'une C3 et un titre de champion lors d'une année où il n'aura joué que 10 matchs.



Il aura fait 7 ans saisons à plus de 15 buts avec les reds et pr sa saison avec le Real il aura joué 36 matchs pr 13 buts... Ca fait plus que 2 ans quand meme...
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Même 4 ans... En tout cas, il ne s'est pas inscrit dans une durée folle non plus.
Les mecs qui partent nous rendent tristes car ils ont marqué une génération.
Je ne renie pas ce qu'il a pu être pendant quelques années, mais Owen fut vraiment éphémère.

(ensuite, sa saison au Real avait été vraiment délicate, rarement titulaire. Puis, 13 buts, ça fait un peu stat à la Benzema pour le coup. Difficile de mettre ce chiffre comme argument)
un-proche-du-dossier Niveau : DHR
Je ne sais pas pour vous, mais moi je vais vers mes 30 ans et c'est cette génération de joueur qui m'a accompagner depuis mon époque "ado", c'est cette génération qui m'a offert des frissons et qui parfois m'a mit sur le cul tellement ils faisaient rêver.
Désormais les "nouveaux" grand comme par exemple Messi, Ronaldo, Van persie, Ibrahimovic et toute la bande me font malheureusement moins rêver... Messi par exemple c'est sans doute la meilleure "machine footballistique" que la terre à porter mais excusez moi si je vous choque en tout cas le mec me fait pas rêver... il aura jamais la folie d'un Ronaldinho, la grâce d'un Zidane, et j'en passe...
Je m'identifie moins à cette génération heureusement qu'il reste encore des Ozil, ou des Iniesta pour conserver cette "magie"
Jack Facial Niveau : CFA
Sinon les pleureuses, vous êtes au courant que les cimetières sont remplis de gens indispensables ?
KillerCroc Niveau : CFA
Faut pas sombrer dans le pessimisme les gars, le foot anglais à connu beaucoup de changements, et les cadres qui partent laissent leur fauteuil à de bons gars, qui cela excepté ne sont plus britanniques... à Liverpool les cadres s'appellent Reina, Agger et Gerrard, à United il reste Ferdinand j'y pense, et aussi Vidic, Evra, Rooney... enfin voila, les choses changent, mais pas tant que ça.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 20