En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // PSG/Toulouse (2-0)

Verratti, déjà le chouchou

Un bon match de Toulouse, mais un bon match également du PSG. Soit une différence logique de deux buts. Et un Verratti qui en impose de plus en plus.

Modififié
Paris Saint-Germain

Sirigu (7) : Tout ce qu’il a eu à faire, il l’a fait parfaitement. Un monstre de sang-froid et de sécurité. En fait, le meilleur joueur du PSG, pour l’instant, c’est lui.

Sakho (7) : Tant qu’il ne foire pas une relance, et ne se met pas ensuite à se poser trop de questions sur ses passes, il délivre des matchs impériaux, dans la lignée de sa prestation en EDF. Encore un exemple ce soir.

Alex (6) : Solide. Fiable. Limite un peu chiant.

Maxwell (4,5) : Le moins convaincant des Parisiens ce soir. Et ça commence à devenir répétitif… On pourrait même finir par revoir Tiéné.

Jallet (6) : Le capitaine du PSG a montré sur ce match à Van der Wiel que le poste de latéral droit ne serait pas si simple à prendre. Et au vu de sa prestation au micro, le brassard non plus.

Verratti (7,5) : Ma-tu-ri-té. Et peut-être même un peu de génie, comme quand, après avoir foutu un peu la merde et pris son jaune, il en profite pour jouer dans le dos des Toulousains, qui se sont fait avoir comme des cassoulets. Cette facilité à s’imposer comme le patron d’un match de Ligue 1, quand on a 19 ans, qu’on vient de Serie B et qu’on culmine à 1m65, ça en dit quand même long sur le niveau du bonhomme. Sorti pour Armand sous l’ovation du Parc.

Thiago Motta (6) : Il peut parfois se montrer limité, mais il connaît tellement bien le foot. Le sens tactique pour équilibrer le bloc ; le placement qui va bien ; l’anticipation qui permet de se retrouver au bon endroit pour récupérer le ballon. Et les petits mots doux à l’arbitre, en italien bien sûr.

Matuidi (6) : Petit amour de faute (même s’il n’y avait pas vraiment faute) tactique à la demi-heure de jeu pour hacher un contre toulousain. Une super première mi-temps. A un peu faibli en deuxième, mais l’essentiel était fait.

Pastore (5) : Un début de match très compliqué. Des ballons perdus, un manque évident de confiance, des contrôles foirés. Franchement inquiétant. Et puis, sur cette ouverture de Verratti, une dulce de lecce pour lober le gardien. Veut tellement rendre à Ancelotti la confiance que lui accorde le Mister qu’il s’en complique la vie. C’est quand même con de tergiverser quand on a autant de talent. D’ailleurs, juste avant d’être remplacé par Chantôme, Javier a glissé, comme ça, une belle ouverture pour Ménez, qui amène le but du KO parisien. Au final, un match à la fois décevant et décisif, paradoxal.

Chantôme (5,5) : Entré à la 69e, pour Pastore, il a permis aux hommes d’Ancelotti de verrouiller en 4-4-2. Clément s’est vite collé au charbon, a récolté son jaune syndical, bref, a tout fait pour conserver le score. À la cantine, il aura le droit de reprendre du dessert.

Zlatan (6) : Des éclairs, mais quels éclairs ! Ce grand pont pour s’ouvrir la frappe. Cette ouverture, après avoir décroché, pour Ménez. Cette frappe de 35 mètres. Le Z a provoqué le frisson du Parc des lynx à chaque prise de balle. Et un certain étonnement quand il y est même allé de son pressing en fin de match. Si Zlatan se met à se replacer, c’est peut-être bien que la fin du monde est pour l’hiver prochain.

Ménez (5,5) : Une super accélération et des crochets toujours aussi tranchants. Un superbe appel pour offrir une solution en profondeur à Ibrahimović. Une super passe au second poteau pour le Suédois. Aussi, même si Jérémy est parfois tombé dans la facilité, il a fait le match qu’on lui demandait : apporter vitesse, percussion et profondeur autour de Zlatan. Reste maintenant à autant attirer la balle que lui. Sorti pour Nene, entré très motivé. Le Brésilien aurait sans doute adoré y aller de son but, mais n’a pas eu le temps. Il a bien essayé de gratter un pénalty, mais l’arbitre n’a pas mordu. Lui aussi sait qu’un Nene finit malheureusement toujours par tomber.

Toulouse FC

Ahamada (4) : Un match chelou. Plutôt propre sur ses interventions, il possède une gamme de relances au pied assez flippante. Comme en plus, il aime aussi se faire des frayeurs tout seul, il en devient aussi attachant que troublant. Surtout pour sa défense.

Abdennour (5,5) : Plutôt correct, option pas mal. A veillé au bon alignement de sa défense, comme à sa bonne tenue d’ensemble. Quelques duels bien arrachés, un placement de patron, mais n’a rien pu faire face à la force de frappe et plus encore face la vitesse de ceux de la capitale.

Yago (5,5) : Pour un mec de 18 piges, face à Zlatan, il s’en sort pas mal. Steeve a même bien tenu le choc. La Ligue 1 s’est peut-être trouvée un nouveau défenseur central d’avenir.


M’Bengué (5) : Difficile à juger. Comme la défense toulousaine, il peut d’un côté être soulagé de n’avoir pris que deux buts ; de l’autre se demander ce qu’il aurait pu faire. Peut-être jouer plus bas, mais on ne peut pas lui en vouloir d’apporter du soutien aux siens.

Aurier (5) : Plus de duels gagnés que perdus. Solide. Rapide. Belle couverture sur une diagonale de Verratti. Mais en attaque… Malgré ses jolis passements de jambes sur Maxwell, c’est quand même parfois un peu juste. Un côté Bernard Mendy.

Capoue (6) : Laissé libre par Pastore, il a su prendre des risques dans la relance. Défensivement au niveau, il a même sorti une tête d’Alex qui prenait la direction de la lucarne.

Didot (6) : Sans doute le meilleur joueur de son équipe. Le capitaine a pris des initiatives, d’autant qu’il a la technique pour. Remplacé en toute fin de match par Regattin, il a longtemps permis aux siens de revenir, puis de sauver l’honneur.

Sissoko (5,5) : Au marquage de Verratti, il en a vu des vertes et des pas mûres. Mais s’est bien repris dès la 2e mi-temps et a aidé les siens à sortir la tête de l’eau. En-dessous de ce qu’il peut être capable de proposer.

Tabanou (5,5) : Remuant et percutant sur son aile gauche, l’ailier n’a pas arrêté de provoquer, et forcément, il a perdu des ballons, mais il possède définitivement un bon pied gauche. Rincé, il a demandé à sortir à la 80e, pour laisser sa place à Diallo.

Braaten (4) : C’est simple, le jeu toulousain n’est quasiment jamais passé de son côté. Pour un ailier, c’est embêtant. Il est d’ailleurs sorti à la 62e pour Emmanuel Rivière, qui a juste eu le temps de montrer sa pointe de vitesse.

Ben Yadder (4,5) : Joignable uniquement de la tête, mais à sa décharge, c’est plutôt la faute à ses potes. Une bonne frappe sur une mésentente parisienne en seconde période, mais c’est à peu près tout. Retire malgré lui une reprise de Capoue qui était bien partie. Le signe que ça ne va pas. En même temps, passer un match entre Sakho et Alex, c’est pas hyper confortable.


Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
United, premier derby