1. //
  2. // 8e journée

Van Persie porte Arsenal

Arsenal revient dans le top 10 de la Premier League. Les Gunners peuvent surtout remercier Robin van Persie, auteur d'un doublé salvateur face à Sunderland.

Modififié
0 1
Newcastle / Tottenham : 2-2
Buteurs : Ba (48') et Ameobi (86') pour les Magpies ; Van der Vaart (40', sp) et Defoe (68') pour les Spurs.

Première info : si vous cherchez Ledley King, vous pourrez de nouveau le trouver dans un lieu qui lui est familier, l'infirmerie (sorti sur blessure à la 30'). Deuxième info : ce Newcastle United semble du même calibre que Tottenham cette saison, soit une équipe de haut de tableau qui perdra des points sur des erreurs de concentration, mais une équipe qui n'abdiquera jamais facilement. Dernière info : les Magpies ont cette saison enfin trouvé un remplaçant à Carroll, avec Demba Ba, encore buteur ce dimanche. Newcastle occupe toujours le dernier strapontin des places C1 et est toujours invaincu.


Arsenal / Sunderland : 2-1

Buteurs : Van Persie (1’, 82’) pour les Gunners ; Larsson (31’) pour les Black Cats

Le capitaine hollandais des Londoniens a pris ses responsabilités cet après-midi : un but au bout de 28 secondes de jeu (le but le plus rapide de l’histoire des Gunners en Premier League) et un coup-franc délicieux en fin de partie. Avec un peu plus de réussite, il aurait même pu marquer un des buts de l’année juste avant le quart d’heure de jeu. Un bel arbre qui cache la forêt d'Arsenal. Ne nous y trompons pas. Les Gunners ont galéré tout au long de la rencontre et Szczesny a permis à son équipe de ne pas rentrer à mi-course avec un but de retard (arrêt dantesque sur une tête de Cattermole avant la pause). L’Emirates a passé un après-midi de désabusé, sifflant les siens à la mi-temps, huant même le choix de Steve Bruce de remplacer Larsson (auteur d’un coup-franc parfait aux 25 mètres), le seul à avoir donné un peu de plaisir aux yeux cet après-midi, en réponse à Van Persie.


West Bromwich / Wolverhampton : 2-0

Buteurs : Brunt (8’) et Odemwingie (76’) pour les Baggies

Cinquième défaite consécutive pour les Wolves. La dernière fois qu’ils avaient connu pareille fortune, c’était en 1984 et Wolverhampton était descendu d’un étage à l’issue de la saison. Les Loups de McCarthy sont tombés sous les contre-attaques létales du onze d’Hodgson et se sont aperçus que Shane Long sera vraiment un homme à surveiller cette saison.

Liverpool/Manchester United : 1-1

Buteurs : Gerrard (68’) pour les Reds ; Hernandez (81’) pour les Red Devils

Le compte-rendu

Man. City / Aston Villa : 4-1


Buteurs : Balotelli (28’), Johnson (47’), Kompany (52’), Milner (71’) pour les Citizens ; Warnock (65’) pour les Villans


Des Citizens au petit trot mettent une toise à des Villans jusqu’alors invaincus et ambitieux à l’Etihad Stadium (Bent, Agbonlahor et Heskey devant au coup d’envoi). Mancini, de son côté, fait dans le light en laissant Dzeko, Nasri et Silva sur le banc, et donnant l’entière responsabilité offensive à Mario Balotelli, seul en pointe. On s’ennuie ferme dans la première heure demi-heure jusqu’à ce que Super Mario glisse devant les supporters de Villa, qui se marrent. L’Italien entame un combat de regards, le doigt sur la bouche avant d’enchaîner plein d’orgueil deux frappes. La première est sauvée juste après rebond par Given et la deuxième, une retournée de furet décisive dans les six mètres adverses, ouvre la partie. Bali Balo, le buste en avant, s’approche évidemment des supporters moqueurs et termine le combat de regard. On n’en attendait pas moins de lui, à vrai dire.

City n’est pas extraordinaire, en manque d’imagination, mais parvient sans mal à taper un Villa invisible en milieu de terrain (Ireland semble parti pour une nouvelle saison d’errance footballistique). Les hommes de Mancini se mettent à l’abri d’entrée de seconde période. Balotelli envoie une ouverture qui n’aurait jamais dû arriver sur Johnson, qui profite du tacle raté de Warnock pour tromper Given. L’affaire est emballée surtout que cap’tain Kompany donne plus d’ampleur au score, sur corner, quelques minutes plus tard. Les Villans et Warnock réduiront bien le score, mais n’auront que cinq minutes pour espérer un improbable retour. Milner, jusque-là plutôt discret, dégaine une ouverture de 70 mètres - qu’on sentait arriver à bon port celle-là - pour Johnson, qui fixe, et s’appuie sur Barry, toujours ni bon ni mauvais. Le milieu citizen lève la tête et sert Milner, déjà aux abords des 18 mètres, qui cale un plat du pied des familles hors de portée de Given. Les hommes de Mancini iront dimanche prochain à Old Trafford en leader.

Wigan / Bolton : 1-3

Buteurs : Diamé (40’) pour les Latics ; Reo-Cocker (4’), N’Gog (45’), Eagles (92’) pour les Wanderers

Si Bolton n’a pas perdu, il le doit en grande partie à une prestation catastrophique de la défense des Latics (la perte de balle de Gohouri sur le but de N’Gog, la passivité sur le slalom de fin de rencontre d’Eagles). Et si Bolton n’a pas mis une valise à Wigan, il le doit en grande partie à une finition désastreuse devant la cage d’Al-Habsi (une tête vendangée de Boyata, un raté de près d’Eagles et un pénalty raté de SKD, Super Kevin Davies). Les Wanderers ne sont plus les derniers de cette Premier League et renouent avec le goût de la victoire en championnat après deux mois de jeun.

Norwich / Swansea : 3-1

Buteurs : Pilkington (1’, 64’), Martin (10’) pour les Canaries ; Graham (12’) pour les Swans


Un week-end à oublier pour le Pays de Galles. Sauf pour Steve Morison, international gallois mais sévissant dans les rangs de Norwich. Sa déviation du crâne offrait après 48 secondes de jeu la rapide ouverture du score à Pilkington. L’écart monte à +2 en dix minutes alors que Norwich ne s’est juste montré qu’opportuniste. Graham, de moins en moins nul, relance dans la foulée Swansea, qui va passer l’heure suivante à marcher sur les Canaries. Une domination étrange qui se marquera par un nouveau pion adverse de Pilkington sur corner et se ponctuera par la blessure du remplaçant Dobbie, alors que le coach de Swansea, Brendan Rodgers avait déjà opéré ses trois changements. Swansea n’arrive toujours pas à voyager en Premier League, avec un joli zéro pointé en 4 matches à l’extérieur. Pour info, voici les prochains déplacements des Gallois : Chelsea, City et Arsenal. Bon courage.

Stoke / Fulham : 2-0

Buteurs : Walters (80’), Delap (87’) pour les Potters

Un match que l’Angleterre a daigné regarder car il comportait trois « gâchettes » envisagées par Capello pour le prochain Euro, temporairement sans Rooney : l’échassier Crouch, le meuble à cuissard Zamora et le chauve Andrew Johnson. Qui sont restés muets. Un match dans lequel Rory Delap n’a pas fait que des longues touches (buteur de la tête en fin de rencontre). Un match dans lequel le vilain Walters a encore marqué, cinquième édition depuis le début de saison. Un match « argument » pour tous les anti-Premier League.

QPR / Blackburn : 1-1

Buteurs : Hegulson (16’) pour les Rangers ; Samba (24’) pour les Rovers

Match entre deux apeurés, qui voulaient tous les deux jouer le contre. Une sacrée purge. Pour ceux qui aiment les matches nuls sans saveur de Blackburn arrachés d’un coup de tête, sur corner évidemment, de Christopher Samba, ça passe. Pour les autres…

Chelsea / Everton : 3-1

Buteurs : Sturridge (31’), Terry (45+2’), Ramires (62’) pour les Blues ; Velios (80’) pour les Toffees

Elle ne tient à pas grand chose cette victoire de Chelsea : une parade de Cech sur une frappe de Saha et une intervention défensive in-extremis nickel de Mikel sur Fellaini dans a première demi-heure. Puis Chelsea s’est réveillé une fois sur une combinaison de son trio d’hommes toniques Mata-Cole-Sturridge. Et a fait le métier sur coup de pied arrêté (coup-franc de Lampard, tête de Terry, à l’ancienne) juste avant la pause, histoire de bien couper les pattes des Caramels de Moyes. En deuxième période, Ramires détruit tout espoir de retour mais y laisse un bout de genou (remplacé par Malouda). Les hommes de Villas-Boas complètent le podium squatté par les Manchester.

Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

nadalito_15 Niveau : DHR
Gervinho et Park, ça donne quoi à Arsenal?
On parle peu d'eux, peut-on en déduire qu'ils ne sont pas à la hauteur?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Liverpool n'a pas tenu
0 1