En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8ème de finale
  3. // PSG/OM (2-0)
  4. // Les Notes

Van der Wiel est vivant, Beckham toujours sobre

Dans un match à sens unique, le Paris SG s'est facilement imposé face à onze Marseillais fatigués. Van der Wiel, aux chiottes depuis six mois, a réalisé un match de bonhomme.

Modififié
Paris-SG


Douchez (6) : Une belle parade sur une frappe tendue de Gignac, pas de faute grossière, pas de frayeur non plus. Un match à la cool. Il en a profité pour finir sa déclaration d'impôts, le réglage de sa Free Box et faire le tri dans ses mails.

Van der Wiel (8) : Son dernier bon match remonte à la finale de la Coupe du Monde 2010. A cette époque, Stéphane Sessegnon était l'idole du Parc des Princes. Ce soir, on enfin vu un footballeur après trois ans de RTT. Vif, technique, intéressant sur chaque montée et impliqué défensivement, le Néerlandais a livré un vrai match de football. C'est bizarre.

Sakho (6,5) : Facile. Un patron. Jamais inquiété. Jamais inquiétant.

Camara (6) : Thiago Armand sur le banc, c'est Juan Camara qui avait la charge de prendre le relais dans l'axe de la défense parisienne. Et comme d'habitude, Papus a été bon. Il n'a pas transpiré. Ce n'est pas son truc.

Maxwell (6) : En difficulté dimanche soir, le Brésilien s'est bien repris. Sobre et concerné, le gaucher a bien muselé Foued Kadir, transparent.

Beckham (6) : A défaut d'accélérer le jeu, on savait que la titularisation de l'Anglais allait produire de la cyprine. Bien dans son jeu, le Briton a été sobre et son pied droit a été précieux, notamment sur corners. A deux mèches de s'embrouiller avec Simon Phoenix en fin de match, le Spice Boy a préféré se recoiffer, lui dire d'aller niquer sa mère d'un simple regard et faire trois pas en arrière. L'expérience.

Matuidi (7) : Encore un match de Kényan. La faucheuse était partout. Tout le temps. Ce type est un porc. La plus belle trouvaille de Carlo Ancelotti. Et de loin.

Menez (4) : "Tu vois, Jérémy, on t'aime beaucoup puisque c'est toi le capitaine. Tu peux faire passer le message à Jean-Pierre Bernès". Par contre, ses 45 premières minutes ont été scandaleuses. Il a tout raté. Absolument tout. Sa seconde mi-temps n'a pas été mieux. Pas dans le coup.

Chantôme (6) : Sur le premier but, tout part d'une ouverture de génie de ses Nike. Il a été très intéressant dans le harcèlement. En revanche, Clément manque toujours de folie quand il s'agit d'aller de l'avant. Football des années 80.

Gameiro (6) : Ce soir, Kevin était énervé. Il avait de l'intensité à revendre. Dans les courses et les prises de balle, il était bouillant. Malheureusement pour lui, il n'a pas marqué. L'ancien Lorientais n'a pas réussi à rester au top pendant 90 minutes.

Ibrahimovic (7) : Trois sifflets dimanche. Un doublé ce soir. Boum. Plus collectif, moins ronchon, plus cohérent, le Suédois a servi à quelque chose. Par contre, il s'est fait humilier par Joey Barton. Oui le Z, tu peux fumer sous la douche. C'est un fait.

Jallet (9) : Le divin chauve a remplacé David Beckham dans un match de football. Il y a cinq ans, il remplaçait Guillaume Moullec à Lorient. Respect éternel.

Tiéné (-) : Siaka a joué deux fois cette saison. Deux fois contre l'OM en Coupe. Putain de troll.

Lavezzi (-) : Petit décrassage entre amis. Sans forcer.


Olympique de Marseille


Mandanda (5) : Le bas de survêtement, une très grosse faute de goût, Steve. On préfère tes fautes de main. Dommage, il n'en a pas fait ce soir. Il n'a rien eu à faire d'ailleurs. Pourtant, le portier international en a encore pris deux dans le buffet. Sale habitude.

Fanni (6,5) : Le meilleur Marseillais pendant très longtemps. L'ancien Rennais était sur toutes les balles, toujours bien placé et très efficace quand il s'agissait de faire vrombir le moteur. Dommage pour lui, il est tout seul...

N'Koulou (4,5) : On est en train de le perdre, petit à petit. Moins serein. Moins impressionnant. Il s'est fait bouger par Kevin Gameiro sur certaines phases de jeu. C'est dire.

Lucas Mendes (4) : Physiquement, le Brésilien est une épave. Il s'est fait remuer par Gameiro, secouer par van der Wiel et enrhumer par Ibrahimovic sur l'ouverture du score. A en faire regretter l'absence de Souleymane Diawara.

Morel (3) : Sans l'entrée en jeu de Jordan Ayew, Jérémy aurait hérité du titre de joueur le plus drôle de la soirée. Son "tacle" sur Ibrahimovic, à quatre pattes et de dos, a sonné le glas des ambitions marseillaises. Jusqu'à sa faute provoquant le penalty, le gaucher n'avait déjà pas été exceptionnel. Dire qu'Ancelotti avait cité Morel comme Olympien capable d'évoluer au Paris SG.

Romao (5) : Très nerveux et brouillon dans les impacts, le Togolais a semblé un poil vénère ce soir. Sans doute trop pour en faire un bonhomme de l'entrejeu. Il avait laissé entrevoir de belles choses dimanche dernier. Dommage.

Barton (10) : Joey à Zlatan : "Watch your big fuckin' nose". LA PUNCHLINE DE L’ANNÉE. RÉPONDS A ÇA LE JAMEL COMEDY CLUB.

Kadir (3) : Porté disparu.

A. Ayew (4) : Le plus talentueux des frères Ayew pensait passer une soirée pépère face à van der Wiel. Il a souffert pendant 90 minutes. La plus belle faille spatio-temporelle de l'année.

Valbuena (5) : Quand le milieu de terrain n'est pas dans le tempo, c'est tout l'OM qui flanche. Petit Vélo a manqué de gaz. Pas de jus, pas d'idées. Tellement crevé qu'il n'a pas plongé ou pleuré sur chaque tacle. Révélateur.

Gignac (4,5) : Il a mis cinquante minutes avant de pouvoir se retourner. Une fois face au but, il a prouvé qu'il avait un vrai pied et une capacité à arroser les filets. Pas suffisamment au top physiquement pour être un réel danger offensif.

Sougou (-) : Pour répondre à l'entrée de Lavezzi, Elie Baup a lancé son joker. Un mec dont même le magasinier officiel du club ignore le nom.

J. Ayew (9) : "J'entre, je regarde David Beckham, je lui pète sa race, il me reluque, se recoiffe et se recule. Baltringue."

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 33
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165