En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Van Bommel sort Bosman du gouffre !

Modififié
C’est entendu, sur un terrain de foot, Mark Van Bommel (35 ans) est un sacré client, pour rester correct. Simulations, provocations, tacles à la gorge, petits coups de pute en douce... Pourtant, il semblerait qu’en dehors des prés, Van Bommel soit un type correct. Voire un véritable gentleman. Si, si !

Vous vous souvenez de Jean-Marc Bosman, le type qui a initié l’arrêt du même nom, dans les années 90 ? Grâce (ou à cause) de ce médiocre joueur belge, un footballeur peut désormais quitter librement son club au bout de son contrat. Place aux transferts sauvages et au pillage des centres de formation. "Je suis toujours sous antidépresseurs, a-t-il confié dans un entretien à RMC. Ce qui est malheureux, c'est que je me suis battu pendant cinq ans pour défendre mes convictions. Tout le monde a oublié l'homme qui est à l'origine de l'arrêt Bosman. J'ai enrichi le monde du football et moi, je me retrouve avec rien. Je voudrais un peu de reconnaissance.  »

Mais d’après Marca, la dépression que subit de l’ancien joueur de 47 ans a percé la carapace du Hollandais de Milan. « C'est grâce à Bosman que j'ai pu quitter le PSV pour le Barça en 2005 » , a déclaré Van Bommel. Emu par le sort de Bosman, Van Bommel lui aurait payé des vacances. Les deux hommes se sont d’ailleurs revus lors du dernier Milan AC-Arsenal, où était invité Jean-Marc Bosman. Mieux, un match de gala serait organisé, agrémentée d'une vente aux enchères d'effets personnels de Van Bommel. Le tout au profit de l’Erin Brockovich du football des années 90.

« Le football m'a mis à l'écart du système car j'ai gêné ses hautes sphères. Si tous les clubs qui ont bénéficié de mon arrêt m'avaient donné un euro, je n'en serais pas là aujourd'hui. Sans ma force de caractère, je me serais déjà suicidé  » , confiait Bosman à De Standaard.


Un footballeur et une conscience sociale dans un même corps, c'est possible. AdM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié