En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Real Madrid/Valence (0-0)

Valence relance tout

Real et Valence se séparent sur un 0-0 qui n’avait rien d’un match nul. La preuve, l’homme de ce match fou c’est Guaita, le gardien valencian. Compte-rendu du front.

Modififié
Dimanche de Pâques en Espagne, c’est le jour idéal pour regarder passer les dernières processions, les petits vieux enfiler un aguardiente à la fin de la messe et finir une belle journée au Bernabeu. Ce soir le stade est encore à moitié vide quand la première surprise saute aux yeux. Pas de Soldado. Le meilleur attaquant espagnol du monde (derrière Llorente), formé au Real, est sur le banc. Paraît, selon Marca, que Soldado n’était pas « à 100% » et souffre d’une «  légère contracture » . Tant pis pour nous, ce sera Aduriz qu’il faudra souffrir au moins pendant une heure. En face, pas de Ramos, suspendu, pas de Di Maria, sur-protégé par Mourinho, pas de Kaka non plus. Mais du Albiol, du Özil, du Benzema et du Higuain. Ça devrait donc filer droit en attaque. Pour Valence, mieux vaut ne pas se vautrer contre le premier si Emery espère vendre sa troisième place à sa direction en fin de saison. Levante, l’autre équipe de Valence, vient de s’incruster sur le podium à 48 points. Malaga, à un point derrière, joue demain contre Santander. Le Real doit gagner pour laisser le Barça à 6 points. Bref, un gros match.

Tino Costa Vs Xabi Alonso

Benzema commence le match à droite, histoire de faire passer l’envie à Jordi Alba d’aller humer l’air de la défense madrilène. Jérémy Mathieu sur le banc, le plan d’Emery se dessine à mesure que le premier quart d’heure passe. Tino Costa ne lâche pas Xabi Alonso, l’homme du jeu merengue. Ces deux-là s’épient, se suivent et s’interceptent. Le match de ce soir se joue dans le rond central. Autour, on ne fait que regarder. A droite Ricardo Costa, pas arrière droit de profession, se débrouille pas mal. Accompagné de Parejo devant lui, Ronaldo et son pote Marcelo ne trouvent pas d’espace dans lesquels glisser leurs pieds. Sur une frappe isolée, Ronaldo tape quand même le poteau de Guaita (7’). Eh ouais les gars, ici c’est Bernabeu. Etre bien positionné en défense ne sert qu’à exciter un peu plus le socio. Il faut faire mieux pour faire peur aux blancs. Alonso est loin du jeu et Valence sort à la faveur d’un Feghouli intenable (à tendance foufou quand même) et un Tino Costa au four et au moulin (poteau 24’).Valence fait plus que tenir.

Les chauves-souris sont plutôt à l’aise dans la nuit madrilène qui tombe tranquillement sur les socios. Bernabeu en veut à Clos Gomez de ne pas sanctionner les pertes de temps systématiques des noirs. Au pied ? À la main ? Guaita hésite beaucoup à relancer et énerve 80 000 personnes en même temps. Il faut dire qu’avec un une ligne de 5 attaquants statiques (Marcelo, Ronaldo, Benzema, Higuain, Özil) à la limite du hors-jeu, il y a de quoi avoir le dos crispé. Feghouli et Piatti rappellent qu’ils sont troisièmes de Liga (frappe repoussée par Casillas 35’) et Alonso perd un ballon presque fatal. Piatti rate la passe parfaite pour Aduriz, seul dans l’axe (38’). Le Real est piqué mais ne flanche pas. Les joueurs du Mou frappent chacun leur tour, par inertie. 12 fois, 7 cadrées. Valence fait mieux : 3 frappes, 2 cadrées. Mais ça fait toujours 0-0 et Di Maria s’échauffe déjà. Il va falloir dynamiser tout cela si Mourinho entend régler son compte aux valencians. See you en deuxième mi-temps.

Guaita, ce héros


A peine entré en jeu, Di Maria met le feu à droite, Ronaldo frappe et Guaita détend tout sa classe au sol (46’). Le Real doit accélérer le rythme du match pour bousculer les chauves-souris. Il suffit d’un caprice de Di Maria pour incendier Bernabeu. Vexé de se faire sanctionner pour simulation, l’argentin se roule par terre (10’). Pepe fait de même 4 minutes plus tard après un contact avec Piatti. Le portugais énerve tout le monde et se fait même engueuler par Arbeloa. Il faudra que quelqu’un révèle un jour au défenseur madrilène l’existence de la trentaine de caméras de télé à Bernabeu. Ce jour-là il aura enfin une bonne raison de se tordre de douleur morale.

Emery fait rentrer Mathieu pour neutraliser Di Maria. Côté Real c’est Khedira qui est sacrifié pour faire de la place à Kaka au milieu. Remplis de crispation à mesure que le temps s’écoule, les merengues tentent des choses (ouverture du Benz sur CR7 qui s’effondre sans raison, 24’) mais chacun dans son coin. Rami et Victor Ruiz tiennent la baraque dans l’axe, là où buttent toutes les tentatives madridistes. A 15 minutes de la fin il pourrait y avoir 3-3 (Mathieu 25’, Aduriz 30’, Di Maria 31’ dans la lulu) mais il y a toujours 0-0 grâce aux maladresses valenciennes et au talent de Guaita. Le gardien ché sauve trois fois de suite son équipe seul devant Ronaldo et Benzema (34’). Les noirs plient, mais Rami et Ruiz ne rompent pas devant Benzema (36’). En 3-2-5 le blietzkrieg madrilène ronfle de toute son artillerie devant les défenses adverses. Pablo Hernandez (37’, au-dessus) et Jordi Alba (39’, sur Casillas) en contre pardonnent les boulevards dans les lignes arrières madrilènes. Ce match mériterait au moins un but mais ce serait aussi un drame car dans les airs, en un contre un ou sur sa ligne Guaita fait tout. Ce soir, c’est écrit, il ne prendra pas de but : 49’ Di Maria butte encore sur le héros de la soirée. Coup de sifflet sur un 0-0 qui ne fait plaisir à personne d’autre qu’au Barça, maintenant à 4 points du leader. La Liga est relancée. Merci qui ?

Par Thibaud Leplat, à Bernabeu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
Paris prend sa revanche