1. //
  2. // 4ème journée

Valence ralentit, Villarreal enchaîne

Le Real et le Barça ont ennuyé, Séville déçoit, Villarreal l'emporte et Valence lâche ses premiers points. Cette Liga est définitivement étrange.

0 0
Getafe 0 – Malaga 2


La patte de Jesualdo Fereira commence à se faire sentir du côté de Malaga. Les
Andalous, sans se poser de questions, ont démoli Getafe avec un pressing infernal
et un trio d'attaque plein de jus composé des supersoniques Eliseu, Rondon et
Quincy. Victoire très convaincante qui permet aux Blanquiazules d'envisager sans
doute autre chose que la course au maintien cette saison.


Buts : 0-1, min. 54: Rondón. 0-2, min. 60 Apoño sp

Villarreal 1 – Deportivo la Corogne 0


Nouvelle défaite d'un Depor qui ne gagne plus à l'extérieur depuis bientôt 10
mois. Clairement supérieur aux Galiciens, le sous-marin jaune a trouvé son salut
sur un but plein de malice de l'ancien Lyonnais Nilmar, nouveau pichichi de la
Liga. Prends-ça Aulas...


Avec cette victoire, Villarreal confirme que sa place sera
certainement dans le groupe de tête de la Liga. Avec son jeu dégueu et ses
individualités limitées, le Depor aura en revanche bien du mal à retrouver son lustre
d'antan.


But : 1-0 Min. 35. Nilmar

FC Séville 1 – Racing Santander 1


A l'inverse de leur adversaire du soir, les Sévillans n'ont donné aucun signe
d'amélioration. Poussifs et développant un jeu stéréotypé, les Andalous ont été incapables d'inquiéter réellement les Cantabres. Il aura fallu un pénalty de
Negredo pour donner du souffle à une équipe en déficit de confiance. De leur
côté, les Verdiblancos ont affiché un bel état d'esprit et de l'ambition dans
le jeu récompensés par le but magnifique de Pinillos (reprise de volée) en fin de
match. La saison des Sévillans risque d'être pénible et très éprouvante au vu de
la fébrilité une nouvelle fois affichée au Sanchez Pizjuan.


Buts: 1-0, m.13: Negredo sp. 1-1, m.54: Pinillos.

FC Valence 1 – Atletico Madrid 1


Match nul logique entre deux équipes qui ont chacune dominé une mi-temps.
Madrilènes et Valencians ont ainsi confirmé qu'ils étaient bien les aspirants
les plus sérieux aux places d'honneur de la Liga. Les Madrilènes peuvent
néanmoins remercier leur incroyable gardien De Gea, auteur une nouvelle fois
d'un match dantesque. Malgré le fait d'avoir perdu leurs premiers points à
domicile et leur place de leader, les Che sont rassurés. L'absence de
Banega ne s'est pas fait trop ressentir, et celle de Villa non plus. Aduriz,
auteur du but égalisateur, est déjà en passe de faire oublier El Guaje.
C'est pas rien.

Buts : 0-1, m.18: Simao. 1-1, m.83: Aduriz




Real Saragosse 0 – Hercules 0


Il y a eu beaucoup de choses dans ce match : la lèvre ouverte de Lafita,
l'explosion de l'arcade sourcilière de Pamarot, la fracture de la pommette de
Fritzler, beaucoup de courses, pas mal de pressing, une démonstration
d'endurance physique, des engueulades... Oui, il y a eu beaucoup de choses dans ce match. Sauf des buts, et du football.




Almeria 0 – Levante 1


Almeria n'est certainement pas la pire équipe du championnat et pourtant les
Andalous se traînent en queue de peloton de la Liga. Levante au contraire est
bien l'équipe la plus vilaine de la compétition. Ce sont pourtant les joueurs du
Levante qui ont ramassé les trois points, sans particulièrement briller dans le
jeu. Almeria, qui n'a toujours pas gagné cette saison, est un peu le Lorient
espagnol : une équipe drivée par un théoricien du ballon (Lillo), capable de
jolies phases de jeu, mais qui pèche dans l'efficacité devant le but. Le
football a ses raisons que la raison ne connaît pas. La victoire imméritée de
Levante est là pour en attester.


Buts : 0-1, m. 38: Sergio.




FC Barcelone 1 – Sporting Gijon 0


La victoire du Barça était écrite d'avance. Et les deux équipes avaient
parfaitement conscience de ce scénario prévisible. Du coup, le Camp Nou a
assisté à un match sans saveur, entre des Blaugranas en mode « minimum syndical » et une équipe B du Sporting en sparring-partner ultra-conservatrice. David Villa, buteur contre son club formateur, aura réalisé le seul joli geste du match en refusant de fêter le but par respect envers le club qui l'a fait connaître. Confirmation également que sans Messi, ce Barça-là n'a pas d'envie, pas de folie et beaucoup moins de génie.


But : 1-0, min.49 :Villa



Osasuna 3 – Real Sociedad 1


Premiers buts de la saison, première remontée et première victoire pour Osasuna. Les Navarias se sont enfin dépucelés dans cette Liga en malmenant physiquement la Real Sociedad. Côté basque, le jeune Français Griezmann a encore réalisé un bon match et montré qu'il n'était pas manchot en matière de coup-franc. Tamudo, l'ancien capitaine de l'Espanyol, a également prouvé qu'il lui restait un peu de gaz dans les pattes en marquant son deuxième but en deux matches. Quoi qu'il en soit, c'est Osasuna qui fait la bonne opération de la soirée en s'imposant face à un rival direct pour la future course au maintien.

Buts: 0-1, m.16: Tamudo. 1-1, m.38: Pandiani. 2-1, m.42: Camuñas. 3-1, m.75: Aranda



Athletic Bilbao 3 – Real Majorque 0


Oubliez le kick'n'rush, les tacles venus d'un autre âge et le football rustre. Cette année, l'Athletic Bilbao a décidé de la jouer fine avec balles à terre, redoublements de passes et énormément de mouvement. Outre la présence des deux jeunes champions du monde que sont Javi Martinez et Fernando Llorente, Joaquin Caparros -l'Arsene Wenger andalou- a sorti de son chapeau un beau spécimen en la personne d'Igor Martinez, un milieu offensif carrément acclamé pour sa prestation par la Cathédrale de San Mames. Les Leones n'ont pas fait de détails contre des Mallorquins qui n'ont cadré aucune frappe du match. Séduisants, voire carrément spectaculaires, les Basques se sont même offert le luxe de faire tourner leur effectif en prévision du match de ce week-end contre Barcelone. On saura alors si une nouvelle ère a commencé chez les Leones ou pas. En tout cas, une chose est sûre, Majorque est dans un gouffre footballistique abyssal. Et le pire, c'est qu'ils n'ont même pas encore touché le fond.


Buts : 1-0, m.43: David López. 2-0, m.61: San José. 3-0, m.92: Íñigo Pérez




Real Madrid 3 – Espanyol Barcelone 0

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0