Espagne - Liga - 9e journée

Par Léo Ruiz

Valence est incorrigible

Après deux belles performances, Valence a rechuté face au Betis au Villamarin (1-0), comme toujours après la C1. En difficulté, Málaga a encore tenu le coup derrière pour ramener un point de son déplacement à Barcelone, où les Andalous affrontaient l’Espanyol (0-0). Pas non plus de vainqueur dans le derby andalou entre le Celta Vigo et La Corogne (1-1).

Note
2 votes
2 votes pour une note moyenne de 2.75/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Roberto Soldado (Valence)
Roberto Soldado (Valence)
Ce FC Valence est difficile à cerner. Comme depuis plusieurs années, il est capable du pire comme du meilleur. Le week-end dernier, il renversait Bilbao dans les dernières minutes avant d’aller faire exploser le Bate Borisov chez lui en C1. Mais le tarif Liga depuis deux mois est une victoire-une défaite. Alors cet après-midi, sur la pelouse du Betis, les hommes de Pellegrino se sont inclinés (1-0), comme après chaque match de Ligue des champions. Toujours privés de Feghouli, suspendu, et avec Banega sur le banc, les Chés ont été dominés en première mi-temps par les Andalous, toujours aussi joueurs et portés vers l’avant. D’entrée, Salva Sevilla avait ouvert la marque pour le Betis. En réussite en Biélorussie en milieu de semaine, Soldado a cette fois buté sur un très bon Adrian, alors que Valence terminait plus fort. Auteur d’un très bon début de saison, les Béticos remontent à la 4e place avec ce succès, à deux points des autres Andalous, ceux de Málaga.

Málaga infranchissable

Fatigués par la répétition des matchs, les héros de la semaine (victoire contre Milan) s’en sont remis à leur impressionnante solidité défensive pour repartir de Catalogne avec le point du match nul (0-0). En visite à Cornella El-Prat, la bande à Pellegrini n’a pas réussi à prendre le jeu à son compte, mais n’a pas non plus craqué. Quand ça ne va pas fort, on fait bloc. La recette de son excellent début de saison. Sans Toulalan et Monreal, encore forfaits, Málaga se présentait face à l’Espanyol avec Saviola et Joaquín sur le banc, Santa Cruz et Seba Fernandez prenant leurs places devant. En besoin de points, les Catalans ont encore eu un mal fou à déborder une défense bien regroupée, se procurant très peu d’occasions franches. Pochettino et les siens obtiennent un nul face au 3e de la Liga, certes, mais cela reste insuffisant pour sortir de la zone de relégation.

La classe de Valerón ne suffit pas

Une zone rouge qu’occupe aussi La Corogne, qui n’a pas non plus su sortir vainqueur du bouillant derby galicien à Vigo (1-1). Un match évidemment engagé, et débridé d’entrée par l’ouverture du score de Bermejo pour les locaux. Mais le Depor possède un joueur à la classe éternelle, Valerón, qui, après un enchaînement superbe, a servi Juan Domínguez sur un plateau pour l’égalisation. Lorsque deux équipes se livrent pour aller chercher la victoire, cela donne souvent un match animé. Ça a été le cas au Balaídos, où les occasions se succèdent de part et d’autre, sans qu’aucun des deux lascars ne fasse la différence. Dommage pour La Corogne, qui, suite au double carton jaune pour Cabral en début de seconde période, a joué presque la moitié du match en supériorité numérique. L’équipe de Luis Oltra est 18e, à trois points de son adversaire du jour. La route vers le maintien est encore longue.


Par Léo Ruiz


 








Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire