1. //
  2. // Présentation Valence

Valence : « Dette » the music play

Toujours écrasé par un découvert conséquent, le Valencia CF va devoir affronter une saison sans Ligue des champions, avec pour seul objectif d’y retourner. Dirigée par un nouvel entraîneur et sans son meilleur buteur parti pour la grisaille londonienne, la formation Ché va bien galérer. Donc s’éclater. Présentation d’une année normale pour un club à part.

Modififié
17 12
Bilan de l’été.

Après s’être fait gentiment dégagés de la 4e place qualificative pour la Ligue des champions au soir de la dernière journée, les Valenciens ont dit « Adéu » à leur attaquant vedette, buteur à 82 reprises sur les 3 dernières saisons. Non-content d’avoir rapporté 30 millions au club, Roberto Soldado n’a pas manqué de leur faire un dernier petit bisou en alignant une salve de mots doux en direction du directoire. Dans le texte : « Le président m’a menti. Les dirigeants de Tottenham ont été beaucoup plus sincères. Je m’en vais, parce que je ne crois plus dans ce projet.  » Sympa pour ceux qui restent. C'est-à-dire pas Tino Costa, parti se refroidir au Spartak Moscou, et sûrement pas Adil Rami, qui cherche une façon de se sortir de ce foutoir. En plus, les restants dont la recrue « phare » Hélder Postiga, seront coachés par l’ancien défenseur central du club, le Serbe Miroslav Djukic. Tête carrée, accent qui va bien et dégradé militaire. Ça va être la franche rigolade, à Valence. Surtout pour le comptable qui arrive tous les jours au boulot avec une dette de 420 Millions d’euros devant lui.

Coefficient de résistance au Real et au Barça : 25%

Barça 1er, Real 2e. Ou le contraire. Si les deux premières places semblent trustées d’avance, le derniers tiers du podium est un vrai objectif de l’autre côté des Pyrénées. Et cette saison, les bonnes cartes semblent être dans les ailes de la chauve-souris. La Real Sociedad ? Va perdre des plumes pour son retour en Ligue des champions. L’Atlético ? Risque de ne pas réussir à assumer son statut de favori de la otra Liga. Málaga ? Va devoir digérer les départs d’Isco, Joaquín et Toulalan. Les FC Séville et autres Betis n’ont pas ou plus l’expérience pour se mêler à cette bataille. Du côté des vainqueurs de la feue Coupe UEFA 2004, l’arrivée d’un entraîneur à vocation défensive combinée à l’éclosion promise de jeunes talents (la moyenne d’âge des milieux de terrain est de 23 ans) devrait permettre aux coéquipiers d’Aly Cissokho de retrouver une solidité aux abonnées absentes l’année dernière. Parce que, quoi qu’on en dise, le meilleur des ultimes Valence reste le combattif, le besogneux, qui relance propre et envoie ses flèches planter des contres.

La regretté : David Albelda.

Certes, son maintien au sein de l’effectif tenait plus de l’hommage qu’autre chose. Il n’empêche que chaque amoureux du club a dû ressentir un vague à l’âme lors de l’annonce du non-renouvellement de David, le 10 juin dernier. Présent dans l’équipe première depuis 1996 (hormis deux prêts chez le voisin de Villarreal), Albelda aura tout connu des années les plus heureuses du club. Coupe du Roi, Championnat, Coupe de l’UEFA, une rentrée en finale de Ligue des champions 2001. Mais surtout, il était le témoin d’une époque, le vestige d’un Valence alors au sommet du gotha européen mais toujours populaire. Mis à l’écart par le dictat d’un incompréhensible Ronald Koeman fin 2007, Papi Albelda avait reçu tout le soutien du valencianismo, avant d’être réinstallé comme capitaine indéboulonnable, brassard autour du biceps. Sa deuxième peau. Il y a deux mois, Djukic annonce à son ancien coéquipier qu’il ne souhaite pas le voir sur le banc, par respect pour ce qu’il a été. El Capitán accepte, et s’en va dignement. La fin d’une époque.

Portrait-robot

15% de Christian Bale, la dernière chauve-souris qui a eu du succès.
35% d’Antónis Samarás, premier ministre Grec, pour la dette.
20% d’Ivan Drago, pour la bonhommie de Miroslav Djukic.
15% de Castorama, pour leur stade en bois.
12% comme le nombre d’années depuis la dernière finale de Champions League.
2,5 % comme le prix de l’Horchata bien fraîche dans le quartier de la Xerea.
0,5% enfin zsséro zssinq pour zssent , pour Adil Rami.

Le type à suivre : Ever Banega.


Un mec qui en vaut 11. Déjà au club depuis 2007, si ce n’est une pige à l’Atlético, Ever est ce genre de joueur qui ne laisse personne indifférent. D’habitude branché sur courant alternatif, le Rosarino a effectué sa meilleure saison lors de l’exercice précédent. Et c’est peut-être le temps de se sortir les doigts pour un homme qui, entre autres, s’est fait cramé en train de se chatouiller la nouille devant une webcam, s’est défendu en argumentant : « J’ai toujours dit que j’en avais une grosse. Maintenant, vous le savez tous » , a vu sa voiture lui rouler sur le tibia parce qu’il avait oublié d’en serrer le frein à main et s’est pointé à l’entraînement bourré en février dernier. Avant de claquer un pion contre le Barça deux jours plus tard. Depuis le départ de Roberto Soldado et de Tino Costa, c’est lui le seul et unique cerveau de l’équipe. Fantastique.

La banderole de supporter

« Vous avez des nouvelles de notre nouveau stade ?  »


Ce qui va se passer cette saison ?


1er septembre 2013. Après deux victoires 1-0, Valence reçoit le FC Barcelone pour le compte de la 3e journée. Pendant que Ricardo Costa s’occupe de baptiser les genoux de Neymar, Ever Banega s’amuse avec Busquets. Crochet, frappe enroulée, lucarne. 1-0. Sur l’engagement, Messi tergiverse et se fait bouger par Romeu, qui envoie Feghouli sur le côté. Après une série de passements de jambe sur Dani Alves, l’ancien de Grenoble centre pour Jonas, seul au deuxième poteau. Sa tête tape sur la transversale avant de lui revenir dans les pattes. Valdés est à terre, le 2-0 est au bout des orteils du numéro 7. Mais non. Son pied tape dans le sol, entorse de la cheville. Derrière, Messi claque un quadruplé. Le lendemain, le gouvernement brésilien déchoit le blessé de sa nationalité, parce que manifestement il y a du y avoir un souci à la maternité. Pendant ce temps là, Amedeo Salvo, président du club, organise vide-grenier sur vide-grenier afin de combler la dette. Banega perd espoir et devient petit à petit remplaçant. Mais titulaire au Bananas, la boite hype en périphérie de la ville. Mi-janvier, face à ce merdier, Coach Djukic s’énerve et colle un marron à Dani Parejo, sans raison. Ce qui à le mérite de foutre les jetons au reste de l’effectif. Les Valenciens ne prennent plus aucun but, se taisent, et obéissent. Ils finissent 3e, 9 points devant l’Atlético 4e. Le président Salvo est content. Il a perdu 17 kilos à cause du stress. Et le déficit s’est comblé de 34000 euros. Un bon début.


La chanson


Aloe Blacc – I need a dollar

Youtube


Par Walter Laouadi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mouais, un peu forcé, le jeu de mot dans le titre, je suis pas convaincu.
Ils ont pris Romeu aussi au milieu! Après entre Feghouli, Canales, Parejo et Piatti, y en a bien un qui va exploser et sauver la saison... Et au pire y a Jonas, qui reste un joueur solide, une quinzaine de buts la saison passée

Ça devrait finir 4e, Malaga a perdu Pellegrini et Isco, Séville a perdu Navas et Negredo, la Sociedad a perdu Montanier, et Bilbao a perdu Llorente et Bielsa...
romlakers Niveau : CFA2
Passer de Soldado au médiocre Postiga, situe bien le triste niveau de Valence.
Le club tente de se faire prêter Adrian de el Atleti , mais peu de chance que Simeone le lache !

Curieux de voir Canales bien rétablit , ses souçis ligamentaires aux oubliettes !

Pour le Nou Mestalla peu de chance que les grues réintègrent le chantier , en attendant tout les sièges du viejo Mestalla seront changés d'ici peu en couleurs orange avec une immense chauve souris dans les gradins .
ChapeauDePaille Niveau : DHR
Haha ça fait plaiz' de voir un article sur Valence !


Même avec le départ de Soldado, moi j'suis plutôt confiant. Y'a vraiment du beau monde au milieu (Banega est vraiment un super joueur), jeune et très très technique !
Rodriguez007 Niveau : District
"Après s’être fait gentiment dégagés"... Aïe aïe aïe, début de l'article, déjà une faute. DégageR stp !

Remplace "dégager" par "avoir" si tu veux pas faire de faute.

J'aime pas faire mon maitre Capello mais si pour les com', voir des fautes pique les yeux mais on laisse passer, autant, dans des articles, ça casse tout, désolé. Ca fait pas rigoureux, alors que c'est une faute de débutant.
Message posté par ChapeauDePaille
Haha ça fait plaiz' de voir un article sur Valence !


Même avec le départ de Soldado, moi j'suis plutôt confiant. Y'a vraiment du beau monde au milieu (Banega est vraiment un super joueur), jeune et très très technique !


D'accord avec toi.
Parejo a tout d'ailleurs pour devenir le pilier de l'équipe (il est déjà un peu). Seul souci, c'est la défense. Guardado en AG, c'est limité non ? Mathieu/Costa ça peut tenir la route, mais ça restera assez lent.
Moi les deux joueurs que je veux voir exploser cette saison sont Bernat et J.Vieira. C'est le moment où jamais.
Avec le FC Valence, le probleme c'est que la dette appartient a la communauté de Valence, dont une partie de l'argent provient du gouvernement central.
Donc, chaque espagnol est propriétaire du FC Valence.
De plus, selon la loi, aucun organisme étatal n'a le droit de posseder plus de 5% de la propriété d'une entité sportive. Or, actuellement, le gouvernement de la communauté de Valence possede 80%. Est-ce que quelqu'un saurait me dire ou cela en est? car j'avais lu que si le probleme n'etait pas reglé, alors le FC Valence serait mis en faillite et disparaitrait tout simplement.
Message posté par Harko

Ça devrait finir 4e, Malaga a perdu Pellegrini et Isco, Séville a perdu Navas et Negredo, la Sociedad a perdu Montanier, et Bilbao a perdu Llorente et Bielsa...


Quoi que fasse Malaga cette saison, il ne grilleront pas une place en coupe d'europe vu qu'ils en sont exclus pour plusieurs saisons.

Derrière l'Atletico, selon moi, Valencia a le meilleur effectif des prétendants aux 3ème et 4ème place.

Par contre, je ne sais pas si c'est lié à l'hyper concurence entre les deux gros qui a monté d'un cran ces dernières saisons mais le niveau du reste du championnat d'Espagne baisse dramatiquement d'année en année. J'espère vraiment que la L1 ne devienne pas aussi peu interessante que la Liga.
Quid du voisin Villarreal (et non pas club de la banlieue de Valence comme on le lit souvent!)? Le club a retrouvé son budget d'avant sa descente, en s'étant intelligemment renforcé. Bien plus crédible que Malaga pour venir dans la course à l'Europe.
romlakers Niveau : CFA2
@Niki. Tout a fait d'accord. C'est le championnat qui a le plus vendu( pour 400 millions) et qui n'a fait que perdre ses stars( Negredo, Falcao,Navas,Soldado) au profit d'autres championnats. Seul le Réal et le Barca peuvent lutter mais ils évoluent dans un autre planète que les autres clubs espagnols. Cela fait fort longtemps que le championnat espagnol a perdu de son intérêt. . Seul l'Ecosse a un championnat avec moins de suspense.
Moi je me demande juste comment le club n'a pas encore disparu avec une dette si grande, et qu'il continue à recruter des joueurs, même beaucoup moins onéreux..Vive l'Espagne..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Marseille démarre fort
17 12