1. //
  2. // 22ème journée

Valence contient l’Atlético

Dans un match engagé mais fermé, l’Atlético Madrid et le FC Valence n’ont pu se départager (0-0). Beaucoup plus d’action à Séville, où un Villarreal retrouvé est allé chercher trois points précieux pour sortir de la zone rouge (2-1). Tout en bas, le Sporting Gijon n’avance pas (1-1 face à Osasuna), au contraire du Rayo Vallecano, vainqueur à Saragosse (2-1).

Modififié
0 0
Après le Bilbao-Espanyol d’hier soir, cet alléchant Atlético Madrid-Valence était le match à suivre dans la course à la Ligue des champions. A moins d’un retour en force de Malaga voire de Séville, c’est entre ces quatre équipes que devraient se jouer les deux tickets pour le tour préliminaire de la Coupe aux grandes oreilles. Avantage Valence, avec cinq et sept points d’avance sur ses concurrents, dont cet Atlético Madrid lancé à toute vitesse. Ce soir, au Vicente Calderon, les Colchoneros ont poussé, sans être très dangereux (0-0). Une tête d’Adrian en première mi-temps, un sauvetage sur sa ligne de Rami en deuxième. C’est à peu près tout. Pas mieux côté valencien, toujours aussi difficile à bouger, mais aussi prévisible offensivement. Niveau buteur, il y avait du lourd sur la pelouse avec Soldado d’un côté et Falcao de l’autre. Mais les deux ont touché trop peu de ballons pour se montrer décisifs. Après cinq journées disputées, l’Atlético Madrid n’a toujours pas encaissé de but en 2012. L'effet Simeone.

Ce match aussi aurait pu être un choc. L’année dernière, Villarreal et Séville étaient au coude à coude pour la 4ème place. Ce soir, au coup d’envoi, le FC Séville était 11ème et Villarreal, 18ème. En Liga, pour certains encore, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Frustrées, les deux équipes ont offert un superbe match au Pizjuan. Ouverte, débridée, la rencontre est allée d’un sens à l’autre, sans temps mort. Avec une légère domination sévillane quand même. C’est pourtant bien les locaux qui ont fini par craquer, à dix minutes du coup de sifflet final (2-1), sur un but de Camuñas. Auparavant, Valero, excellent ce soir, avait ouvert le score mais Bruno, contre son camp, remettait les équipes à égalité. Le score aurait pu être beaucoup plus ample, mais Javi Varas et Diego Lopez, les deux portiers, se sont mis au niveau du reste, enchainant parade sur parade. Negredo et Kanouté, alignés ensemble en attaque, auront tout tenté, sans succès. Villarreal sort d’une zone rouge où il n’avait rien à faire, et Séville reste englué en milieu de tableau. Pas forcément sa place non plus.

Les deux derniers du championnat jouaient également aujourd’hui. Et ils n’ont pas bougé d’un poil. Pour Saragosse, quasiment déjà condamné, il ne pouvait en être autrement. Déjà larguée, la bande à Postiga a pris le match par le bout, se faisant récompenser par un beau but de l’international portugais, son cinquième de la saison. Saragosse tient le coup jusqu’au dernier quart d’heure, moment choisi par Casado pour offrir deux balles de but à ses partenaires, Diego Costa d’abord, Michu ensuite (2-1). Trois points précieux pour le Rayo Vallecano. Pour le Sporting Gijon, encore au contact, l’occasion était belle. En recevant Osasuna au Molinon, le Sporting pouvait se raccrocher au bon wagon. Las, malgré un match globalement dominé, les joueurs de Tejada ont dû se contenter du nul (1-1). Carmelo, le footballeur, avait pourtant ouvert le score, mais une superbe tête de Lekic à un quart d’heure du terme a refroidi tout Gijon. Rien n’est perdu, mais le chemin est encore long.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'OM lâche deux points
0 0