Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. //
  2. // Valence

Valence, ainsi va la chute

C'est l'histoire d'une institution qui déraille et qui se trouve aujourd'hui au bord de la relégation. L'histoire d'un monument agité par la colère contre un propriétaire sans ligne directrice et que tout le monde veut faire sauter de son siège. Hier, Valence était une place lumineuse. Aujourd'hui, c'est une terre de révolution.

Modififié

Edmondo De Amicis aimait expliquer que « l'éducation d'un peuple se juge avant tout dans la rue » . L'histoire est ainsi faite. La rue est un marqueur des sentiments, mais surtout le tableau le plus représentatif de l'air du temps. Finalement, cette soirée de début février aura été une nuit comme les autres autour du Mestalla de Valence. Des banderoles vindicatives, des cris, des sifflets et des chants hostiles. Ça, c'est pour le décor. Sur le terrain non plus, rien n'a changé : le Valencia CF s'est une nouvelle fois planté, face à Eibar (0-4), et la rue est donc une nouvelle fois devenue le terrain de la contestation. Avant la rencontre, une large manifestation avait été organisée devant le stade contre un homme : Peter Lim, propriétaire du club depuis juin 2014. Une semaine comme une autre finalement dans une saison terrible qui se dessine comme un chemin de croix pour un monument, six fois champion d'Espagne au cours de son histoire, quatrième budget du pays et pour qui tout devait se terminer comme ça. Il suffit de se replonger dans les dernières semaines, pas plus loin, pour comprendre le tableau : fin décembre, Cesare Prandelli quittait son poste en dénonçant un « projet ridicule » ; quelques jours plus tard, le directeur sportif, Jesús García Pitarch, suivait pour une raison simple – « je ne peux pas continuer de défendre un projet dans lequel je ne crois pas. J'ai commis des erreurs et la plus grande d'entre elles a été de ne pas être parti avant. » – ; et dans la matinée de dimanche, on apprenait que l'ambassadeur du club, Mario Kempes, était dégagé après ses critiques acerbes contre la gestion et le spectacle proposé par une institution qu'il a toujours défendue jusqu'ici. Le tout sous des mouchoirs agités par des milliers de fidèles impuissants.

Du rire aux larmes


Mais que s'est-il passé pour que Valence passe en quelques mois à peine d'un club européen à un monument au bord de la chute en deuxième division ? Oui, nous sommes début février, vingt partitions nationales ont été jouées et les Blanquinegros n'ont remporté que cinq rencontres de championnat cette saison. Au point de se retrouver à six points de la zone rouge. Ce qui explique en partie la colère de son peuple, mais pas que. Non, cette situation n'est que la continuité logique du projet Lim dont on « suppose qu'il aime le football » sans en être sûr pour reprendre les mots de Pitarch. Au départ, l'homme d'affaires singapourien devait relever un club en crise, miné par deux stades – l'un qu'il ne peut pas vendre et l'autre qu'il ne peut pas terminer –, une dette immense et quelques soucis internes. Un peu moins de trois ans après le début de son mandat, que reste-t-il ? Un vague souvenir d'une première saison réussie entre les mains de Nuno où Valence avait terminé quatrième de Liga et donc européen au point d'éliminer l'AS Monaco en barrages de C1. Une époque où le Mestalla chantait des « Lim, on t'aime » avant de crier aujourd'hui des « Lim, dégage ! » Il ne faut pas s'inquiéter, Peter est déjà chez lui, comme toujours depuis plus d'un an, et ne reviendra probablement plus à Valence. La dernière fois que le proprio pyromane a été vu en Espagne, c'était à Barcelone en août dernier pour négocier le transfert de Paco Alcácer.

Couloir sans lumière


Si Lim est venu un jour à Valence, ce n'était pas pour ça. Mais pourquoi au juste ? C'est la question que tout le monde se pose aujourd'hui alors que les meilleurs joueurs continuent de quitter le club et que les différentes recrues s'empilent le plus souvent comme des échecs conséquents. Bien sûr, on connaît les contours : le système Jorge Mendes, la gestion floue, mais finalement un constat terrible tiré par Kempes il y a quelques semaines qui expliquait « ne pas souhaiter une telle situation, même à son pire ennemi » . Aujourd'hui, Valence avance avec un vestiaire divisé, un stade contestataire, un entraîneur – Voro – qui est, par la force des choses, devenu cette fois un peu plus qu'un simple pompier de service, histoire de finir l'exercice en cours tant bien que mal. Le départ de Prandelli en décembre n'a été que la partie visible du bordel et les raisons de ce dernier aussi. Car le technicien italien avait pris l'avion jusqu'à Singapour avec Pitarch et le président, Layhoon Chan, pour rencontrer Lim et avoir des réponses. Des réponses concernant les échecs de recrutement et l'incapacité du club à se renforcer, entre autres. L'été dernier, Valence avait pourtant amassé une bonne pile d'argent – plus de cent millions d'euros pour les départs de Barragán, Mustafi, André Gomes ou encore Paco Alcácer –, mais tout n'a été que mal investi. Prandelli était alors le septième coach de l'ère Lim. Aujourd'hui, Voro affirme que son « équipe a les moyens de se maintenir » , mais comment être positif ? C'est toute la question des prochaines semaines, alors que dans la colère, Valence meurt. Dans la rue et entre les murs.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 10 minutes Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 57 minutes Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 2
il y a 2 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 8 il y a 2 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 46 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3