Valdes et Zubizarreta sont dans un bâteau

0 1
Dernier rempart d'une équipe, poste ingrat s'il en est, le gardien de but a une vie très peu comparable à celle des autres joueurs de champ.

Pour le quotidien espagnol El Pais, Victor Valdes et Andoni Zubizarreta se sont prêtés à un échange de points de vue sur ce poste si particulier.

« Quand tu es gamin, tu te sens impuissant. Les cages sont énormes et l'équipe adverse a toujours un grand joueur qui tire fort. Et tu ne peux rien faire, tu es petit! » , se remémore ainsi l'ancien gardien de l'Athletic Bilbao.

« Seul celui qui a été gardien sait comment on voit depuis le but. La vision depuis le but est différente de ce que l'on peut voir à la télé. C'est pour ça que je n'aime pas revisionner mes erreurs à la télé. Ils m'enlèvent tout mérite et ne m'apportent rien. Moi j'ai vu un autre jeu, pas celui qu'on voit à la télé. Le football n'est pas un ralentí, explique quant à lui Victor Valdes, que l'on découvre perfectionniste. Je n'aime pas qu'on me mette un but. Même quand on gagne ou qu'on en met six à Bernabeu. Quand les gens voient ce résultat, 2-6, ils sont émus. Moi quand je le vois, je n'aime pas ça. Je n'aime pas voir ce "2". Les buts sont une torture. Ça me rend anxieux. Je pense toujours que je peux faire plus » .

Autant dire qu'après avoir encaissé les deux buts face à Arsenal, Victor Valdes n'a pas dû danser le flamenco.

WW
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
"l'angoisse du gardien de but au moment du pénalty" écrivait Hanke. La preuve que l'autrichien n'a jamais été dans un but car au moment du péno, le portier est tout sauf anxieux. Il est fort, il a l'emprise sur le tireur. C'est l'attaquant qui flippe, pas le gardien. Vous avez déjà vu Lehmann au moment du penalty ?? Vous iriez tirer contre cet engin là ?? Allez demander à Landreau pourquoi il en arrêtait autant à une époque ! Il a le beau rôle le gardien , celui qui peut réaliser l'exploit. S'il la prend, tanpis, logique. S'il l'arrête, génial ! Par contre il aura toujours l'angoisse après s'il l'a encaissé: "pourquoi je suis parti à droite et pas à gauche; il avait pourtant ouvert son pied; je suis parti trop tôt" etc. et des nuits blanches ! Après, mais pas avant... D'accord avec Valdès, l'angoisse du but encaissé, de l'arrêt pas fait, même sur un 6-2 pour soit, ça empêche un gardien de dormir... Et je ne vous parle pas des "couacs" et des "boulettes"... Vous pouvez aussi demander à Landreau !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Trezeguet aux Corinthians ?
0 1