En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

Valderrama : « Guarín n'a pas de couilles »

Modififié
Les Cafeteros ont un nouveau capitaine, mais ça ne plaît pas à tout le monde.

Depuis la victoire face au Pérou le 8 octobre dernier (2-0), Fredy Guarín porte le brassard de capitaine de la Colombie, à la place de James Rodríguez, sur décision du sélectionneur José Pékerman. Mais cela n'est pas forcément du goût de Carlos Valderrama, légendaire meneur de jeu des Cafeteros et ancien capitaine de l'équipe nationale lors des Coupes du monde 1990, 1994 et 1998. S'il n'a pas apprécié la défaite en Uruguay (3-0) le 14 octobre dernier et il en a surtout profité pour tirer sur Guarín : « Quand on porte le brassard de capitaine de la sélection, il faut des couilles et Guarín... il n'en a pas ! » , canarde l'homme aux bouclettes, dans des propos rapportés par le site Bolavip. « Il faut un joueur qui parle à ses coéquipiers, un leader qui tire les autres vers le haut, enchaîne Carlos Valderrama. Mais en ce moment, nous ne l'avons pas. »


Il est chahuté cet après-Mondial 2014, pour les Colombiens. FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
Bordeaux, sans défense ?