En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Demi-finales
  3. // Allemagne/Italie (1-2)

Vague à Lahm

Emportés par une vague bleue italienne injouable, les Allemands n'ont jamais été en mesure de se qualifier pour la finale de l'Euro. À l'image de leur capitaine, Philipp Lahm, complètement dépassé en première période.

Modififié
Neuer (4) : Deux buts encaissés, aucun arrêt, une tête de victime. Comment dit-on Lionel Letizi en allemand ?

Boateng (5) : En théorie, le côté bancal du back four allemand, c'était lui. Mais son exercice pratique a été moins laborieux que d'habitude, la faute à la détresse qui s'est emparée de ses coéquipiers et à son envie de ne rien lâcher.

Hummels (3,5) : 373 minutes sans faire de faute. Le stoppeur du Borussia Dortmund est la révélation défensive de l'Euro. Une fois ce titre aussi pompeux qu'inutile distribué, Mats a trouvé le moyen de se faire ridiculiser par Antonio Cassano sur le premier but et de jeter par la fenêtre trois semaines de haute volée.

Badstuber (2) : Quand on joue avec des chaussures de ski aux pieds, c'est plus difficile de sauter. Pas besoin d'être un proche d'Isaac Newton pour le savoir. Sur l'ouverture du score de Balotelli, le défenseur du Bayern est à la rue. Et le paie cash. Quant à sa prestation sur le reste du match, on a oscillé entre le catastrophique et le ridicule. À un moment donné, on en est arrivé à regretter cette tanche de Mertesacker. Presque.

Lahm (3) : C'était la quatrième demi-finale de compétition internationale du gendre idéal allemand (comme Schweinsteiger). Ça, c'était le côté chiffres. Côté terrain, Philou a sombré, comme tous les siens. À l'image de ce placement de merde sur le deuxième but de Super Mario. Tellement à la masse qu'il n'est pas foutu de mettre l'attaquant de City en position de hors-jeu ni d'intercepter la balle. Un combo de loser.

Schweinsteiger (3) : « - Dis-moi, Jamy, à quoi ça sert, les poumons ?
- C'est simple, Fred, les deux poumons ont pour rôle de réaliser les échanges gazeux entre le corps humain et l’air ambiant. Ces échanges ont lieu au niveau des alvéoles, où le sang est alors enrichi en oxygène et appauvri en dioxyde de carbone. Et là, Schweini, qui sert habituellement de poumon à cette équipe allemande, on l'a perdu en chemin et, forcément, on n'a pas foutu un pied devant l'autre.
 »

Khedira (5) : On le pense rustre, violent, vicieux. Le milieu de terrain du Real Madrid est tout le contraire. Balle au pied, il a passé son début de match à ouvrir en deux l'entrejeu transalpin. En prison, on appelle ça un ouvre-boîte. Mais un mec en taule, c'est un mec qui s'est fait pécho. Forcément, c'est qu'il a raté un virage. Sami, lui, a tout simplement raté la composition de son équipe pour monter sur un gros coup.

Podolski (2) : « 80% des matches sont des rencontres contre des équipes comme le Liechtenstein, Saint-Marin, la Moldavie ou l'Estonie. Le problème, c'est qu'on exulte quand il marque deux buts face au Liechtenstein. » Uli Hoeness a son avis sur le futur joueur d'Arsenal et ses statistiques en sélection (101 sélections, 44 buts). Ce soir, Lukas jouait contre l'Italie et s'est fait sortir à la mi-temps. CQFD.

Özil (4) : Ses yeux sans paupières lui permettent de voir à 360 degrés. Comme une chouette. En général, c'est pratique pour distribuer le jeu aux copains. Ce soir, c'était surtout utile pour se planquer. Et force est de constater qu'à ce jeu, Mesut est foutrement costaud. On ne l'a pas vu du match. Il est juste revenu claquer un petit pénalty. Pour les stats.

Kroos (4) : Préféré à Thomas Müller, le milieu était le dépositaire du fonds de commerce allemand sur phase arrêtée. Une tâche qu'il n'a pas remplie, trouvant systématiquement un crâne transalpin ou les gants de Buffon. Dans le jeu, ce n'était guère mieux, il n'a jamais réussi à accélérer le mouvement.

Gómez (1) : Le savant Griffin, après 15 ans de recherches et des dépenses qui l'ont ruiné, invente une formule pour devenir invisible. Après avoir fait l'expérience sur le chat de sa voisine, il décide d'expérimenter la formule sur lui-même, notamment pour fuir ses créanciers. Il devient alors totalement invisible et sombre progressivement dans la folie. Visiblement, Mario Gómez a fait du bouquin de H.G. Wells un dogme.

Reus (5) : Son entrée a fait un bien fou à l'attaque allemande. Le futur joueur de Dortmund ne s'est pas trop posé de questions et a dynamité tout ce qu'il pouvait. Néanmoins, il s'est très vite retrouvé à court de mèche.

Klose (1) : Miroslav serait entré à la pause pour honorer sa 121e sélection. On le cherche encore.

Müller (/) : Pas vu pas pris.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 34 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 84 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40